Faire croire ou non au Père Noël ? La question du mensonge et de la magie

J’ai toujours été fascinée par les histoires, mythes et légendes. L’imaginaire a une part considérable dans ma vie, il me stimule, me fait rêver et m’ouvre des possibilités infinies. Sans l’imaginaire, je n’existe pas. Et je pense que pour les enfants, il est tout aussi vital que pour moi, ainsi que pour les autres adultes.  Je ressens souvent de la peine pour les personnes qui n’ont pas accès à l’imaginaire ou qui sont mis mal à l’aise par tout ce qui s’en approche.

 

Faut-il faire croire au père noël à ses enfants ? voici mon point de vue.

perenoel

Enfant, mes parents m’ont fait croire au père noël, j’y ai ‘cu jusqu’à 7 ans environ. Noël était pour moi l’un de mes moments préférés de l’année, l’hiver, les préparatifs, les décorations, un gros moment d’anticipation, d’excitation, de rassemblement. Il y a bien évidemment la gratification de recevoir des cadeaux ‘surprises’ qui entrait en compte.

Mon petit frère a arrêté d’y croire avant moi. Il avait compris alors que moi je m’obstinais, j’en avais besoin, cette fable me plaisait. La désillusion a été amère. JE n’ai pas compris pourquoi on m’avait assuré qu’i existait, et que maintenant que je me doutais de la vérité, on m’annonçait quelque chose de différent. L’impression d’être exclue du ‘secret’, tous les autres étant déjà au courant.

 

Je n’en ai jamais voulu à mes parents, c’était une pratique courante, à priori inoffensive, perçue même comme faisant partie de l’enfance, permettre à son enfant de croire au père noël, le faire ‘rêver’.

Avec mon regard d’adulte, je trouve cela absurde. Installer ce mythe comme une réalité à deux aspects néfastes, à vous de décider lequel est le plus dommageable pour l’enfant, votre relation avec celui-ci et sa relation avec le monde.

 

Le mensonge

L’utilisation d’un mensonge dans la relation du parent et de son enfant. Les enfants ont besoin de vérité, ils la perçoivent ou la ressentent donc autant l’expliciter un minimum. Continuer de la masquer, c’est de l’hypocrisie, cela fausse le relations, et contribue à renforcer un sentiment de méfiance vis-à-vis des mots, des comportements de ses parents. Un enfant a besoin s’appuyer sur eux, de leur faire confiance et de sentir qu’ils le sentent capables d’affronter la vérité. Faire croire au père noêl n’est pas un jeu !

J’ajoute que si les parents laissent l’enfant croire au père noêl ‘sans intervenir’ c’est à dire qu’ils laissent le cercle familial faire des intervention là dessus ou laissent passer le message de la société sans l’éclaircir, c’est la même chose, voire ‘pire’. Ils acquiesent silencieusement, ne prennent pas de responsabilité de parents, en rejetant leur rôle d’éducateurs et en laissant à la société ou à l’entourage ce travail. A partir du moment où tous les adultes s’accordent pour dire que le père noël n’existe pas, autant transmettre cette information à leurs enfants. Vous leur faites croire aux dragons, sphinx et sirènes, vous ?

Ensuite, le père noël n’est pas représentatif de la magie de nöel. Noël n’est pas magique grâce au père noël ni grâce à Jésus mais parce que c’est une période très particulière de l’année. La célébration de cette fête est depuis de nombreuses années l’objet d’un marketing acharné, car l’occasion de faire de gros profits, en faisant croire que pour sa célébration, il est nécessaire d’acheter et de consommer à outrance. Capitalisme quand tu nous tiens.

La magie

Le sens et la magie de ce moment-là ne dépende pas du père noël mais de la nature elle-même de cette période de l’année.

A l’automne, les feuilles tombent et les arbres deviennent peu à peu dénudés, les plantes dépérissent, le froid s’installe, la luminosité diminue au fur et à mesure et l’obscurité semble dominer. La neige dans certaines contrées qui vient recouvrir la réalité d’un voile et adoucit les sons comme un voile de protection. C’est l’odeur de la forêt, doux et enivrant, les sapins, toujours aussi verdoyants au cœur de l’hiver, symboles de l’éternelle jeunesse. La vie semble avoir disparue mais la chaleur, le besoin de vivre ensemble reste intact, renforcés dans ce semblant d’adversité. La vie ne s’est pas éteinte, elle est là, souterraine, enfouie dans le sol où les graines et animaux hibernent pour garder des forces et surgir à nouveau plus fort au printemps. Lorsque les lumières s’éteignent, nous sommes à nouveau sensibles au cycle de la vie, à l’espoir et l’essentiel de la vie. On voit avec des yeux neufs la force de régénérescence présente dans la lumière de l’hiver, ses arbres, ses odeurs, et les émotions que nous font ressentir cette période , qui peut être un moment d’introspection et de réflexion personnelle.

Noël n’est pas magique parce que c’est noël mais parce que c’est une période magique de retour sur soi et de reprise de force, de partage et de transformation profonde de la nature, loin de la folie consommatrice d’objets qui nous remplissent de vide.

Célébrons la nature et sa splendeur, le vivre ensemble et la chaleur, l’espoir et la préparation du renouveau.

 

winter-651050_960_720

This entry was posted in bienveillance, Maternage. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *