Moi j’aime bien les bisous

Nous sommes nombreux à avoir vu les paroles d’une chanson intitulée ‘Moi j’aime bien la fessée’ de Pierre Chêne, que des élèves de maternelle devaient apprendre et chanter.

J’avais envie d’écrire un post sur ces paroles choquantes et perturbantes, qui sous le couvert de l’humour et de vouloir faire rire, tentent de banaliser la violence et de la tourner en dérision,  minimisant ses effets sur les enfants. La violence tue littéralement des enfants chaque jour et en détruit beaucoup d’autres de l’intérieur, qui seront les adultes abimés de demain. Non, la violence ne rend pas plus fort.

J’ai hésité. Quel serait mon intérêt d’écrire au sujet de ce texte? un défouloir pleine de haine ? faire sa publicité ?

Non. Cette chanson est un témoin de ce qui est subsiste encore dans la conscience collective.

Un témoin que la violence imprègne la conception des relations parents-enfants, un témoin de cette conception sociétale selon laquelle la violence n’est pas grave, et qu’on peut en rire.

Réfléchissons ensemble pour ne pas enseigner ça aux enfants. De rire de la souffrance, du mal être et de la destruction.

Je propose donc deux versions de cette chanson, qui pour moi ne devrait être utilisée uniquement dans le cadre d’une activité de réflexion sur le côté insidieux de la violence, son impact sur les enfants, et non comme une apologie de la violence.

La version originale :  Moi j’aime bien la fessée
 
Refrain :
Moi j’aim’ bien la fessée
Ca m’chatouille
Ca m’chatouille
Moi j’aim’ bien la fessée
Ca m’chatouille tout’ la journée

La fessée que j’aime bien )
C’est la fessée du matin ) bis
Quand je mets la queue du chat
Dans mon bol de chocolat

La fessée que j’apprécie )
C’est la fessée de midi ) bis
Quand je reviens tout crotté
Avec mon pull déchiré

Y’a la fessée de quatre heures )
Qui me remplit de bonheur ) bis
Quand je me pointe en retard
Avec un oeil au beurre noir

Mais ma fessée préférée )
Je la gard’ pour la soirée ) bis
Quand je découp’ les rideaux
Avec un’ pair’ de ciseaux

Et comm’ le disent mes parents )
Ca fait circuler le sang ) bis
La maison est bien plus gaie
Quand on reçoit la fessée

 

Première version :  Moi j’aime pas la fessée

Refrain :
Moi j’aime pas la fessée
Ca m’fait mal
Ca m’fait mal
Moi j’aime pas la fessée
Ca m’fait mal tout’ la journée

La fessée qui me détruit
C’est la fessée du matin ) bis
Quand je mets la queue du chat
Dans mon bol de chocolat

La fessée qui m’anéantit
C’est la fessée de midi ) bis
Quand je reviens tout crotté
Avec mon pull déchiré

Y’a la fessée de quatre heures )
Qui me remplit de malheur ) bis
Quand je me pointe en retard
Avec un œil au beurre noir

Mais la pire d’toutes des fessées )
Je la gard’ pour la soirée ) bis
Quand je découp’ les rideaux
Avec un’ pair’ de ciseaux

Et comm’ le disent mes parents )
Ca fait circuler le sang ) bis
La maison est bien meurtrie
Quand on reçoit la fessée

 

Deuxième version : Moi j’aime bien les bisous

Refrain :
Moi j’aime bien les bisous
Ca m’chatouille
Ca m’chatouille
Moi j’aime bien les bisous
Ca m’chatouille tout’ la journée

Le bisou que j’aime bien )
C’est le bisou du matin ) bis
Quand je sors l’bout de mon nez
De mon petit oreiller chaud

Le bisou que j’apprécie )
C’est le bisou de midi ) bis
Quand j’reviens tout enjoué
Après toutes mes activités

Y’a le bisou de quatre heures )
Qui me remplit de bonheur ) bis
Quand je rentre rempli de joie
Avec tout plein de secrets
Mais mon bisou préféré
Je la gard’ pour la soirée ) bis
Quand je raconte mes histoires
A deux patientes paires d’oreilles
Et comm’ le disent mes parents )
Ca fait circuler l’amour ) bis
La maison est bien plus gaie
Quand on reçoit des bisous

bisou

Allez, bisous!

This entry was posted in bienveillance. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *