Ma fille, le bleu et les camions

Cet article n’a rien d’exceptionnel et relate des faits absolument banals. Vous voilà prévenus.

Ma fille aime les objets qui roulent, et elle a donc une caisse de petites voitures, divers types de camions, un camion de pompiers, un tracteur, et quelques petits avions.  Ce sont des jouets qu’elle affectionne particulièrement.

fullsizerender3

Ces jouets lui permettent de développer sa dextérité, s’amuser à observer la vitesse, le mouvement, l’élan et es déplacements. Mais aussi de développer son imagination et son vocabulaire en imaginant des scènes, en imitant le bruit des sirènes.

En effet, elle est très intéressée par les véhicules et lors de nos promenades, elle me demande de nommer les véhicules ainsi que leur couleur. Ou elle le fait elle-même. Les camions, vélos, voitures, motos, métros, bus n’ont plus de secret pour elle et font partie intégrante de son quotidien.

fullsizerender2

Elle a également une boîte à outils car elle adore les tournevis et essaie souvent de dévisser. Elle a vu son père le faire, elle m’a vu le faire. Et cela l’intrigue.

Je l’habille en souvent en dégradé de roses car il est pas toujours facile de trouver d’autre couleur en vêtements pour l’habiller. Elle porte quand même du vert, du bleu, du marron, du rouge et du violet, mais ça me demande plus d’efforts pour chercher des assortiments.    Sa couleur préférée est pourtant le bleu. Dans son monde, tout est bleu et beau.

Banal, je vous avais dit.

Je pense qu’il est important d’être sensible aux intérêts de ses enfants et de ne pas les limiter dans leurs sphères d’activités, car on prend le risque de limiter leur curiosité, le développement de leur intelligence et leur liberté d’explorer.

Une fille a le droit d’apprendre à être habile, de développer des compétences en motricité fine, de faire rouler des voitures, d’aimer passionnément les véhicules, de vouer un culte aux camions de pompiers (il faut reconnaître que ce rouge, ça tape à l’œil), de faire du football ou autre. Ca ne fait pas d’elle un garçon, ni d’elle moins une fille.

J’espère pour ma fille, que j’aime terriblement fort, qu’elle continuera à avoir le choix tout au long de sa vie d’explorer les possibilités que le monde lui offre. Qu’elle pourra se laisser guider par ses propres intérêts et non par les représentations qu’on essaie de lui imposer.

C’est justement parce qu’elle est une fille que tout est possible.

 

jouet_fille_garc3a7on_bd

 

Un lien vers l’article de l’autre côté du miroir  :

Une poupée pour un garçon

 

This entry was posted in bienveillance, Maternage, pédagogies. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *