Allergies et intolérances

Quelques lignes pour clarifier la différence entre allergie et intolérance.

 

Allergie

Ce serait une réponse immunitaire du corps. Il y a une production d’immunoglobulines et une réaction inflammatoire au contact de l’allergène. L’aliment ingéré est considéré comme un poison peu importe la quantité. La réaction est instantanée et peut entraîner la mort (œdème de Quincke et choc anaphylactique). Une fois la réaction passée il n’y a aucune séquelle pour la santé.

Les signes précurseurs d’un choc anaphylactique sont :

  • Des douleurs au niveau de la poitrine
  • Un gonflement au niveau de la gorge
  • Une accélération du rythme cardiaque
  • Des difficultés pour respirer
  • Une peau de couleur bleu pâle
  • Des vertiges ou évanouissements

 

Autres symptômes allergiques

Peau et muqueuses : gonflements, rougeurs, érythème, urticaire, eczéma, cernes violacés

Au niveau du cœur : tension qui augmente ou baisse

Respiration : obstruction nasale/congestion, toux, étouffement, asthme, infection de la sphère orl récurrentes (otites, rhumes, angines etc)

Système digestif : vomissements, diarrhées, constipation, sang dans les selles

Cerveau : angoisse, vertiges, perte de connaissance, convulsions

 

 

Intolérance

Ce serait l’incapacité qui peut devenir définitive d’un organisme à considérer comme bénéfique tout ou une partie d’un aliment en principe non toxique et/ ou à le digérer. Cela pourrait être causé par un manque d’enzymes qui ont le rôle de casser les aliments pour faciliter la digestion. Il n’y a pas de symptômes immédiats, ils peuvent apparaître plusieurs jours après ingestion, et l’état inflammatoire s’installerait au fur et à mesure. La santé est impactée de manière récurrente, le système digestif étant incapable de fonctionner correctement et la qualité de vie se dégrade progressivement. C’est un peu comme mourir à petit feu, mais le pronostic vital n’est pas engagé de manière immédiate comme avec une allergie.

Les symptômes sont les mêmes que ceux d’une allergie (à l’exception de l’œdème de Quincke et du choc anaphylactique) et on parle des fois d’une allergie retardée.

 

Le cas de l’intolérance au gluten : dans le cas de la maladie cœliaque, certaines protéines du corps du malade, appelées ‘anticorps’ vont attaquer les cellules de l’intestin du malade lui-même. C’est une maladie auto-immune.

 

Sources :

Intolérances alimentaires, sensibilités, allergies : comprendre (et vivre avec), Florence Arnaud et Véronique Chazot, 2016

Allergies et intolérances alimentaires : Fiches pratiques sur les 14 allergènes majeurs, Nathalie et Philippe Cayot, 2016

 

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.