Renaissance

Cette période de l’hiver s’inscrit dans l’esprit de l’espoir et de la renaissance.

Au creux de l’hiver, la lumière diminue, l’obscurité s’épaissit avec l’arrivée de la neige qui vient comme un duvet adoucir les contours et les sons. Les arbres se dénudent, la majorité des animaux hibernent. La vie se cache sous la terre dans la chaleur souterraine. Elle se cache pour mieux revenir.
Et la flamme de la bougie, les rayons chauds du soleil dans la rigueur de l’hiver sont la promesse que la vie est là. Elle n’a pas disparue. Elle subsiste pour resurgir quand le temps sera venu.

Les fêtes de l’hiver et de noël célèbrent la promesse et le miracle, le cycle de la vie, la lumière qui semble s’éteindre à petit feu pour renaître.

Une femme, comme la nature, est par essence cyclique. Son corps suit le rythme lunaire. Le vide remplace le plein, le plein décroit pour laisser place au vide, et ainsi de suite. Les forces s’amenuisent puis ressurgissent. Ce cycle sans fin identique au fonctionnement de l’univers, création puis destruction est le principe de la Vie.

Se recréer sans cesse.
Renaître.
Devenir mère.

– La puissance inouïe des femmes –

Photo de Tawny Chatmon

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.