Téterelles

Les téterelles ne sont pas un détail lorsque l’on tire pour une relactation ou que l’on fait du tire-allaitement. Avoir une taille adaptée est essentiel à la réussite de son projet.

Groupe avec des ressources, informations soutien sur l’allaitement ‘Allaiter en maternant’ https://www.facebook.com/groups/122414898390553

Pour commander les 13mm
http://www.maymom.com/eshop/index.php?main_page=product_info&products_id=130

Pour avoir les bases pour les 13mm compatibles avec les biberons spectra
http://www.maymom.com/eshop/index.php?main_page=product_info&cPath=1_6&products_id=128

pour avoir les bases pour les 13mm compatibles avec les biberons medela
http://www.maymom.com/eshop/index.php?main_page=product_info&cPath=1_6&products_id=129

relactation / tire allaitement: article ici.
les téterelles : ici
astuces pour le tire-allaitement : ici.
douleurs en tirant son lait : ici.
le dispositif d’aide à la lactation : ici.
tirer son lait toutes les bases : ici

Posted in Non classé | Leave a comment

Douleurs au sein lors de la relactation, tire-allaitement exclusif

Avoir mal au sein lorsqu’on tire est le symptôme d’un problème, ce n’est pas normal. La ou les cause-s peuvent être :
une mauvaise taille de téterelle
– une intensité de tirage inadaptée
– une candidose
– une infection bactérienne
– un vasospasme
– un canal bouché
– une mastite
– un abcès

Il y a des remèdes à ces problèmes, et il faut prendre soin de soi et s’en occuper pour que le tirage redevienne confortable, possible et que la production de lait ne soit pas impactée.

Groupe avec des ressources, informations soutien sur l’allaitement ‘Allaiter en maternant’ https://www.facebook.com/groups/122414898390553

                                   Avoir une candidose en tire-allaitement exclusif

     Symptômes : mamelon rosé, irrité, qui brûle, pique. La peau qui pèle, une crevasse qui ne cicatrise pas. Cela peut se manifester par une sensation désagréable ou de la douleur, cela peut piquer comme des aiguilles, brûler, gratter, démanger, être comme un coup de poignard. Le frottement des vêtements peut être insupportable ainsi que le contact avec de l’eau. Certaines mères ont l’impression qu’on rappe leurs seins avec du papier à verre. La sensation de brûlure peut remonter les canaux lactifères lors que la candidose est à un stade avancé.  En général les deux seins sont atteints, mais il arrive que cela ne soit qu’un seul. La douleur peut avoir lieu pendant les tirages mais aussi en dehors, au contact des vêtements, de l’eau, en permanence.

 Causes :
blessure à cause de mauvais taille de téterelles,
– déséquilibre hormonal,
– fragilité immunitaire, grande fatigue
– prise d’antibiotiques

        Aide / remède :
–  trouver la bonne taille de téterelle
– stériliser le matériel une fois par jour
– laisser les seins le plus possible à l’air, éviter l’humidité,  les
crèmes grasses classiques
– appliquer après le tirage de l’argent colloidal/ l’huile de coco bio
– consulter pour avoir une prescription d’antifongique
– prendre soin de sa santé et son alimentation, manger équilibré,
varié, moins de sucres, plus de produits frais, dormir 

            Peut être confondu avec : eczéma, infection bactérienne, vasospasme. Il est aussi possible d’avoir un vasospasme et une candidose, ou de tout cumuler. La pommade du docteur newman contient antifongique,   antibiotique et cortisone.

Photos de candidose mammaire ici

   

                   Avoir une infection bactérienne en tire-allaitement exclusif

   Symptômes : douleurs au mamelon, crevasse qui ne guérit, cicatrise pas.              

  Causes/facteurs :  – blessure à cause de mauvais taille de téterelles et contamination,
– fragilité immunitaire, grande fatigue
– prise d’antibiotiques inadaptés

       Aide / remède :
– trouver la bonne taille de téterelle
– stériliser le matériel une fois par jour
– laisser les seins le plus possible à l’air, éviter l’humidité, les crèmes grasses classiques
– appliquer après le tirage de l’argent colloidal/ l’huile de coco bio
– consulter pour avoir une prescription d’antibiotiques
– prendre soin de sa santé et son alimentation, manger équilibré,
varié, plus de produits frais, dormir

            Peut être confondu avec : eczéma, candidose.

La pommade du docteur newman contient antifongique, antibiotique et cortisone.

     

                            Avoir un vasospasme en tire-allaitement exclusif   

Symptômes : pendant et/ou le tirageLe mamelon change de couleur, il devient blanc, bleu, violacée. La douleur est lancinante, brûlante, intense, ressembler à un coup de poignard dans le  sein, ou comme si le mamelon était pincé très fort. Il existe différents degrés pour la douleur et des vasospasmes non douloureux.      

  Causes/facteurs :
taille de téterelles non adaptée
– candidose mammaire
– anémie et autres carences
– syndrome de raynaud (dans ce cas il peut y avoir des médicaments)

       Aide / remède :
– trouver la bonne taille de tétérelle
– soigner la candidose si candidose il y a
– mettre du chaud sec sur le sein (paume de la main)
– se complémenter en fer, magnésium, autres minéraux.
– voir un chiropracteur
– prendre soin de sa santé et son alimentation, manger équilibré, varié, plus de produits frais, dormir.

Peut être confondu avec : candidose. Il est aussi possible d’avoir un vasospasme et une candidose.

photos de vasospasme : ici.

 

                              Avoir de l’eczéma sur les seins en tire-allaitement exclusif

 Symptômes : Plaque rouge ou rose, peau sèche, fendillée et qui pèle. Suintement, irritation, sécheresse, démangeaisons. Il y a parfois des plaques à d’autres endroits du corps.               

  Causes/facteurs :
eczéma de contact (matière, tissu, produit, crème)
– allergie alimentaire
– allergie à un médicament

       Aide / remède :
– trouver la cause et la retirer
– stériliser le matériel une fois par jour
– laisser les seins le plus possible à l’air, éviter l’humidité, les crèmes grasses classiques
– appliquer après le tirage de l’argent colloidal
– consulter

            Peut être confondu avec : candidose, infection bactérienne.
La pommade du docteur newman contient antifongique, antibiotique et cortisone.

 

         Comment soulager un canal bouché / mastite / ampoule de lait

Symptômes :
ampoule de lait : une ampoule au bout du mamelon, douloureuse ou non.
canal bouché : sein douloureux, comme si on avait reçu un coup, parfois une zone dure et rouge,  gonflée, une boule.
mastite : aux symptômes du canal bouché s’ajoute un ou plusieurs autres: état grippal, de la fièvre,  faiblesse généralisée, une migraine.

Causes :
– un tirage de supprimé ou écourté
– mauvais drainage du sein
– mauvaise taille de téterelles

Aide / remède : pour l’ampoule de lait : changer de taille de térelles, mettre du gras sur le mamelon pour ramollir la  boule, tirer plus souvent , masser le sein, s’assurer de ne pas avoir de canal bouché.

Pour le canal bouché, la mastite :
– changer de taille de téterelle
– Masser le sein avant, pendant, après le tirage.
– Tirer plus souvent et plus longtemps, drainer complètement
– Utiliser une compresse chaude sur le sein pendant le tirage.
– Utiliser la gravité et s’installer de manière à ce que la téterelle soit en dessus du sein pour aider le lait à couler.
– utiliser la vibration d’une brosse à dents électrique près de la zone dure.
–  Prendre de la lécithine de tournesol pour fluidifier le lait (le soja est un allergène majeur).
– Utiliser un tire lait manuel et faire des expressions longues.
– Ne pas porter de soutien-gorge, ne pas dormir sur le ventre.
– Demander à un adulte de drainer en aspirant le lait bloqué.
– Remplir un tire lait manuel en silicone d’eau chaude et de sel d’epsom et                            presser le tire-lait pour exprimer le lait.
– se reposer, dormir plus, laisser les tâches non essentielles.
– consulter si pas d’amélioration après 48h.

photos de mastite : ici, abcès : ici.

     Article sur les téterelles ici.

relactation / tire allaitement: article ici.
les téterelles : ici
astuces pour le tire-allaitement : ici.
douleurs en tirant son lait : ici.
le dispositif d’aide à la lactation : ici.
tirer son lait toutes les bases : ici

Posted in Non classé | Leave a comment

Astuces et difficultés pour la relactation / le tirage exclusif

Quelques bases pour une relactation / tirage exclusif

  • Se procurer un très bon tire-lait en double pompage
  • Avoir plusieurs tailles de téterelles adaptées (chaque sein peut avoir une taille différente, la taille peut changer au cours du tirage, de la journée, de l’allaitement).
  • Avoir mal en tirant n’est pas normal.
  • Entretien : remplacer les valves toutes les 3-4 semaines est vital.
  • Tirer toutes les 2h pendant les 12 premières semaines minimum est crucial
  • Tirer jusqu’à ce que le lait arrête de couler plus 5 minutes après, soit 20mn environ.
  • Ne pas hésiter à tirer plus souvent quand c’est possible.
  • Si difficultés à couvrir les besoins, tirer plus souvent et plus longtemps pour booster la production, utiliser le power pumping.
  • Boire en quantité suffisante, manger correctement, trouver des moments pour dormir.
  • Donner le lait tiré au bébé plutôt que stocker au réfrigérateur.

relactation / tire allaitement: article ici.
les téterelles : ici
douleurs en tirant son lait : ici.
le dispositif d’aide à la lactation : ici.
tirer son lait toutes les bases : ici

 

Quantités insuffisantes :

comment booster la lactation avec le power pumping : ici.

un article sur l’importance de la taille des téterelles  : ici.

Douleurs :

photos de candidose : ici

photo de vasospasme ici.

photos de mastite : ici

un article sur les téterelles : ici

 

 

un point sur le matériel ici.

comment conserver et transporter le lait : ici.

comment le réchauffer : ici

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Le frein de lèvre restrictif

Le frein de lèvre restrictif

Un frein de lèvre peut causer des tensions au niveau des fascias de tout le visage, à cause du manque de mobilité.  Un frein de lèvre restrictif peut causer des difficultés pour téter ou s’alimenter autrement, car le bébé ne peut pas s’attacher au sein avec facilité, il peut glisser, ne pas avoir une prise étanche, être obligé d’utiliser la force pour maintenir le sein en bouche. Cela peut être épuisant, le faire restreindre les tétées, celles-ci sont moins fréquentes, moins longues, moins efficaces. Cela peut conduire à des grèves, contribuer à une baisse de la lactation car la stimulation est moins efficace.
La mère peut avoir des douleurs au sein pendant les tétées ou en dehors des tétées à cause des blessures.

Le même type de difficultés peut se retrouver avec d’autres types d’alimentation, les tensions étant toujours présentes.

Lors de la diversification, cela peut se traduire par des difficultés à aspirer le bolus alimentaire du fait du manque de mobilité, qui peut rendre l’alimentation frustrante, difficile. Le parent est obligé d’aider le bébé en avançant celui-ci plus loin dans la bouche.

Un frein de lèvre restrictif peut également causer un écartement entre les deux incisives, les dents du bonheur.

 

 

Il existe différentes configurations de frein de lèvre restrictif.

Une configuration possible de frein de lèvre restrictif

Lorsque retroussée, la lèvre ne touche pas le nez, il y a donc un manque de mobilité, qui peut gêner la prise du sein, causer des difficultés au bébé, des douleurs à la mère, et rendre la tétée fatigante. Il peut aussi gêner l’alimentation par un autre biais.

De plus le frein descend jusqu’au bord de la gencive. Son insertion est donc basse et peut jouer sur le placement des dents.

Une ampoule/cloque est présente au niveau de la lèvre supérieure mais aussi de la lèvre inférieure, ce qui indique que le bébé pince le sein pour le maintenir en bouche, utilise de la force pour y parvenir. Cela peut être le résultat de tensions, du frein de lèvre restrictif, d’un potentiel frein de langue restrictif, de la combinaison de tout.

 

Une configuration possible de frein de lèvre restrictif

La lèvre peut quasiment toucher le nez lorsqu’elle est retroussée, mais le fein cause des tensions manifestes. La gencive se met à blanchir du fait de la tension. Il y a donc un manque de mobilité, qui peut gêner la prise du sein, causer des difficultés au bébé, des douleurs à la mère, et rendre la tétée fatigante. Il peut aussi gêner l’alimentation par un autre biais.

L’insertion du frein est basse également, le frein épais et cela peut jouer sur le placement des dents.

 

 

Freins de lèvre restrictifs multiples

 

exemples de freins restrictifs : ici.

symptômes de freins restrictifs : ici

que faire si mon bébé a des freins restrictifs : ici.

Posted in Non classé | Leave a comment

Que faire quand son bébé a une plagiocéphalie ou autre malformation crânienne

Il existe différents types de malformations du crâne d’un bébé, les causes de celles-ci étant multiples et il est intéressant d’identifier les causes, et de les adresser avec une prise en charge ‘plurielle’ afin de remédier au problème de manière efficace.

On entend souvent des mythes selon lesquels la tête plate, la plagiocéphalie ce n’est qu’une histoire d’esthétique ou encore que cela va se remettre tout seul. C’est faux. Ce sont les mots de personnes qui ne mesurent pas les implications, ne sont pas formés, ne veulent pas chercher comment aider le bébé.

Il est important de se préoccuper d’une malformation crânienne chez le bébé dès le plus jeune âge.

un point sur les causes et types de malformations ici.
un groupe de partage, de soutien et d’information : plagiocéphalie chez les bébés.

Voici ici des pistes

1. Ce qu’il faut éviter : l’immobilisme

– Éviter d’arrêter les activités physiques pendant la grossesse.
-Éviter de laisser bébé toute la journée sur le dos : cela ne favorise pas sa mobilité mais l’immobilisme.
– Éviter de mettre bébé dans des transats ou cosy, le bébé reste également immobile.
– Éviter l’usage de coussin anti tête plate ou accessoires du type, ils favorisent aussi l’immobilisme voire peuvent être dangereux (risque d’étouffement).
– éviter de forcer sur le corps du bébé
– Éviter de maintenir le bébé debout ou assis avec des accessoires tant qu’il n’est pas capable de le faire lui-même (chaise, trotteur etc). Respecter son rythme physiologique.

2. Ce qui aide : le mouvement

  • Le portage : garder bébé dans les bras, ou en portage physiologique (écharpe, porte bébé physiologique à partir de 6 mois) le plus possible. Ainsi le bébé va être en mouvement, et le balancement permet de rééquilibrer les tensions présentes dans le corps. pourquoi porter : ici, les risques du portage non physiologique : ici.
  • L’allaitement : être allaité favorise un développement physique optimale, et la manière de déglutir, comment la langue touche le palais.
  • Habituer le bébé à passer du temps sur le ventre  en s’installant avec lui sur le sol, et en maintenant le contact, en captivant son attention à l’aide de jeux et accessoires, cela muscle le dos et le cou, permet au bébé de trouver un équilibre physique et de corriger lui-même d’éventuelles asymétries. Proposer des activités, des choses à regarder, pour stimuler les capacités motrices de l’enfant. article sur le tummy time : http://mamanlune.com/index.php/2019/11/27/tummy-time-le-temps-sur-le-ventre/

  • travailler sur les tensions, le torticolis : des pistes de ce qu’on peut faire à la maison, massages, bains ici.

Rééquilibrer

  • Lorsque bébé est sur le dos, le faire dormir sur le côté non aplati.
  • Si bébé non allaité, changer de côté lors de la prise de biberon.
  • Faire un suivi très régulier chez un chiropracteur pour permettre de prendre en charge les dysfonctionnements physiques, tels que torticolis ou problème au niveau du bassin.

Le suivi en chiropraxie

Un suivi en chiropraxie permet de prendre en charge les tensions liées à la vie in utéro et à la naissance, les tensions générales du corps, de la colonne vertébrale, des cervicales afin de permettre au bébé de retrouver de la mobilité.

Dans le cadre de la plagiocéphalies et autres malformations crâniennes, le chiropracteur a un rôle crucial pour soulager des tensions au niveau des cervicales, du bassin, et pour réaliser un travail sur les sutures crâniennes et aider la remodelation du crâne.

Les chiropracteurs ont une formation rigoureuse qui consiste en un cursus de 5 ans dispensé par l’école de chiropraxie française qui a deux antennes en France. Ce cursus est encadré par la législation française et permet aux chiropracteurs de réaliser certains gestes. Cette formation est également reconnue au niveau internationale et permet de pratiquer en tant que chiropracteur dans tous les pays du monde, puisque uniformisée et suivant des codes stricts.

Pourquoi la chiropraxie http://mamanlune.com/index.php/2019/05/24/la-chiropraxie-pourquoi/

Lien entre crâne et bassin, techniques sacro-occipitales http://mamanlune.com/index.php/2019/11/30/sot-les-techniques-sacro-occipitale-et-le-dr-dejarnette/

Liste des chiropracteurs http://mamanlune.com/index.php/2019/02/04/liste-de-chiropracteurs/

Parfois, un suivi en sus de la chiropraxie avec un kinésithérapeuthe formé à la plagiocéphalie peut permettre aux familles de compléter la prise en charge en chiropraxie et de rapprocher les séances pour le bébé.

S’intéresser aux problèmes sous-jacents

Faire évaluer les freins de langue, lèvre, et joues qui peuvent contribuer au torticolis et déséquilibre physique. Symptômes de freins restrictifs : ici, groupe sur les freins : Frénotomie et Freins (La majorité des professionnels ne sont pas formés à la détection des freins)

 

 

– Se préoccuper de l’état du microbiote et des allergies qui jouent sur le bassin. (un article sur les allergies chez les bébés ici)


-apporter les vitamines nécessaires à l’ossification via une alimentation riche et variée (chez la mère si bébé allaité, puis lors de la diversification). Complémenter le bébé avec une vitamine d de bonnes qualité. un article ici.

– Écarter d’autres pathologies, problèmes fonctionnels du bassin, du reste du corps.

– Si un suivi rapproché en thérapie manuelle avec un chiropracteur ne porte pas ses fruits il y a souvent un souci avec les hanches (dysplasie ou autre problème qui peut ne pas avoir été diagnostiqué).

 

Casques / orthèses

Lorsque la plagiocéphalie ou déformation crânienne n’évolue pas favorablement malgré un suivi hebdomadaire avec un chiropracteur, il est envisageable de faire porter un casque correctif, cela demande de voir des spécialistes et les casques sont bien souvent non remboursés. Ce sont des dépenses financières conséquentes et il existe plusieurs centres pour les casques, plusieurs types de casques. Les plus connus en France sont le docband aux alentour de 4000-4500 euros (ils ont de bons retours), les laguarrigues et les proteors aux alentours de 1000-2000 euros.

Témoignages : ici.

Posted in Non classé | Leave a comment

Dents fragiles, gluten et maladie coeliaque

Le dentiste Weston Price qui s’était penché sur la question de la multiplication et fréquence des caries suite à l’industrialisation avait noté comme facteur, entre autre, des modifications profondes dans la manière de s’alimenter. Les populations consommant beaucoup plus de céréales, en particulier le blé, et donc des sucres, présentaient des dents abimées, cariées, nettement plus fragiles.

Depuis quelques temps, les défauts de minéralisation, les émails dentaires fragiles, la prévalence de caries dentaires chez les très jeunes enfants comme chez les adultes sont étudiés et mis en lien avec l’intolérance au gluten, qui s’appelle aussi la maladie coeliaque.

Des soucis dentaires pourraient donc être l’unique symptôme de cette maladie.

Qu’on se le dise ! le blé ne fait pas du bien aux dents, puisqu’il abime le microbiote, fragilise les défenses immunitaires, et fait obstacle à l’assimilation des vitamines et nutriments nécessaires à la bonne minéralisation des dents.

_____________________

« chez certains enfants, des problèmes dentaires peuvent être l’unique symptôme d’une intolérance au gluten ou maladie coeliaque (une maladie auto immune). En plus de dégradation de l’émail, on peut noter des défauts d’émail dentaire : des tâches blanches, jaunes, ou marrons sur les dents, des dents translucides ou tachetées, des dents avec des trous ou fusionnées. Malheureusement la majorité des dentistes attribuent ces problèmes à des excès de fluor ou une maladie juvénile, manquant l’opportunité d’avertir les parents d’une intolérance au gluten possible.

Le gluten et les allergies alimentaires causent de l’inflammation qui peut conduire à des caries dentaires.

Ensemble ces maladies peuvent causer non seulement une dégradation de l’émail dentaire et une santé orale peu reluisante, mais aussi d’autres symptômes d’inflammation, comme l’eczéma, les allergies, des troubles du comportement. Pour reprendre le dessus sur l’inflammation et permettre au système digestif de se réparer, peut supposer de faire adopter à votre enfant un régime alimentaire qui élimine les aliments en cause en plus du gluten. »

Source : http://drflannery.com/gluten-could-be-causing-your-childs-cavities/

 

Littérature scientifique

«  les défauts d’émail sont courants parmi les patients avec la maladie coeliaque. Ils ont tendance à se retrouver des deux côtés, être symétriques et répartis de manière chronologique. Ces lésions affectent essentiellement les incisives et les molaires. Des patients avec de telles caractéristiques doivent être évalués pour une éventuelle maladie coeliaque. »

source : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S107921049790367X

 

La maladie coeliaque et l’impact sur la santé de la bouche

Le tableau clinique des défauts de l’émail dentaire chez les malades coeliaque peut être varié et peut comprendre de l’hypoplasie (défaut quantitatif) ainsi que de l’hypominéralisation (défaut qualitatif)

Afin de pouvoir examiner ces changements, il existe une classification proposée par Aine et al généralement utilisée :

  1. Une seule tâche ou plusieurs plaques couleur crème, jaune, ou marrons avec des contours clairs ou brouillés, une partie de l’émail dentaire peut manquer de transparence.
  2. Des défauts légers d’émail, une surface rugueuse avec des rainures ou creux horizontaux modification de la couleur de l’émail ou transparence.

III. Des défauts évidents de l’émail dentaire, une partie de la surface rugueuse avec des rainures profondes de différentes profondeurs, avec des creux verticaux profonds, des tâches larges de différentes couleurs.

IV Défauts de structure sévères. La forme de la dent est différente. Les pointes des cupsides sont pointues ou les pointes s’amincissent de manière inégale et rugueuses. L’aminciment de l’émail est facilement détectable et la lésion peut être très décolorée. L’analyse morphologique au microscope electron réalisée par Bossu et al montre une différence significative entre la structure de l’émail chez les malades coeliaques et chez les patients non coeliaques (des prismes d’émail plus courts répartis de manière plus irrégulière, moins de substance interprismatiques). D’après les auteurs la différence entre les défauts quantitatifs de l’émail dentaire lié à la maladie coeliaque peut être utilisé comme un marqueur supplémentaire dans le diagnostic de cette maladie.

(…)

Des résultats intéressants qui peuvent au moins expliquer partiellement les modifications dans la maturation de l’émail ont été obtenus par des études in vitro de Munoz et al. Ils observent que les anticorps anti-gliadine présents chez les patients coeliaque pourraient réagir au contact des protéines de la matrix de l’émail (amelogenine et ameloblastine). La cause de cela est probablement la similarité entre

La composition en acides aminés de la gliadine et celle des protéines de l’émail qui ont une composition particulièrement élevée en proline qui, à son tour, associée avec la glutamine, serait responsable des propriétés immunologiques de la gliadine chez les personnes génétiquement prédisposées. Malgré le fait que les causes de ces défauts d’émail dentaire chez les patients coeliaques ne soient pas entièrement expliqués, il est indiscutable que ces défauts soient répandus chez ces malades. Par conséquent, la Société Nord Américaine de pédiatrie, gastro entérologie et hépatologie et de nutrition a reconnu que des défauts d’émail dentaires des dents définitives comme l’un des symptômes directs de la maladie coeliaque. Ces défauts peuvent être l’unique symptôme de la maladie coeliaque chez les enfants.

Source : http://www.advances.umed.wroc.pl/pdf/2014/23/5/675.pdf

 

Eviction du gluten : ici.

Posted in Non classé | Leave a comment

Témoignage d’Elsa, intolérante au gluten (maladie coeliaque)

“Les symptômes ont commencé en 2015 : tout a commencé par une bactérie (selon moi)… j’ai été traitée par antibiotiques et probiotiques après des diarrhées et sang/glaires dans les selles. Quelques mois après que tout soit rentré dans l’ordre je me retrouve de nouveau avec de forts maux de ventre le matin au réveil suivis de diarrhées qui étaient, elles, présentes tout au long de la journée. [Ça a été une période extrêmement compliquée… je partais parfois du boulot en pleine journée en prétextant n’importe quoi pour rentrer chez moi (j’habitais à 10 min à pieds) et pouvoir me vider aux toilettes. c’était clairement impossible pour moi d’aller aux toilettes sur mon lieu de travail. Je rentrais tous les midis pour aller aux toilettes et en fin de journée je rentrais le plus tôt possible. j’avais peur de sortir de chez moi et de devoir aller aux toilettes d’un coup. je n’allais plus voir mes amis, je ne faisais plus rien. Dès que je sortais j’avais un tel stress d’être malade que ça m’en faisait mal au ventre et donc cercle vicieux j’étais jamais bien… (ça continue encore par période aujourd’hui et je ne fais d’ailleurs plus rien. Dès que je dois aller manger chez des gens j’ai mal au ventre, quand je dois aller faire des courses je m’assure d’être passée aux toilettes avant, et j’angoisse déjà à l’idée de reprendre le boulot -je suis en congé parental jusqu’en septembre- parce que j’ai changé de bâtiment et que les toilettes sont accolés à l’open space alors que dans le bâtiment précédent j’allais aux toilettes sans soucis même malade car ils étaient isolés au bout d’un couloir sans passage….) Je ne pense pas être la seule, j’ai déjà lu des témoignages de ce genre sur les groupes facebook. Je suis aujourd’hui à la recherche d’une idée de job en freelance/auto-entrepreneur pour pouvoir bosser de la maison et m’enlever ce stress. J’en viens à me dire qu’il faudrait que la MC soit reconnue comme pathologie handicapante.] Bref, donc on refait une analyse de selles mais rien de particulier. Je soumets l’idée d’une intolérance alimentaire à mon médecin traitant de l’époque qui m’engueule presque quand je lui parle du gluten, en me disant que ça n’existe pas, que c’est une mode. Bon je le crois qu’à moitié mais je ne suis pas médecin et je n’y connais rien en intolérance (je ne sais pas d’où m’est venu l’idée que ça puisse etre ça… sûrement une intuition) donc je me dis que ça va passer. Mais comme ça ne passe vraiment pas et que mon généraliste ne semble pas vouloir chercher le problème, je change de médecin. Et je trouve mon sauveur tout a fait par hasard ! Dès la première consultation et à l’évocation de mes symptômes il me fait faire des analyses : une coproculture + test sanguin pour recherche d’intolérance au gluten. Le résultat de la prise de sang tombe : mes IGA (marqueurs de la maladie cœliaque) sont à plus de 200 (la norme est à – de 10 pour un résultat négatif). Il me renvoie donc vers un gastro-entérologue qui va me faire une gastroscopie pour vérifier l’état de mon intestin grêle et du duodénum, et surtout confirmer ou non cette maladie. Le compte rendu de la gastroscopie confirme une maladie cœliaque. Donc mon gastro me donne plein de documents de l’afdiag (Association Française des Intolérants au Gluten) , des recommandations pour le régime d’exclusion du gluten et c’est parti pour une nouvelle vie. Je démarre donc le régime (mais mon gastro me dit que pour le moment je peux conserver les “traces” dans mon alimentation). Je fais le régime, je vois déjà la différence au bout d’une semaine. 1 an plus tard je refais prise de sang et  gastroscopie : très bons résultats puisque je suis passée a 15 (IGA) et que les villosités de mon intestin grêle ont repoussé. Je suis donc reconnue coeliaque depuis 2016, avec un régime d’exclusion (plus ou moins) strict (je ne fais toujours pas gaffe aux traces même si je devrais). En 2019 j’ai rencontré le Dr Bonaz, spécialiste de la maladie cœliaque au CHU de Grenoble qui va me suivre dorénavant. Il m’a prescrit une densimétrie osseuse (que je n’ai pas encore faite), une prise de sang (taux IGA a 5 en 2019) et m’a renvoyé vers une diététicienne de son service. C’est elle qui m’a dit que je devrais supprimer toute trace. Je n’y arrive pas encore… Concernant le régime, je l’ai plutôt mal vécu au début parce que je suis très très gourmande, grosse mangeuse, amoureuse de la bouffe…. Donc ça a été assez dur les premières semaines mais finalement je me suis surprise à très bien m’adapter à mon régime, à prendre du plaisir à cuisiner, à m’amuser à trouver des combinaisons de farines pour la pâtisserie… Bref ça a été plutôt naturel, et très vite les interdits ne me faisaient même plus envie. Au début la vue d’un croissant ou d’une baguette me faisait saliver et me mettait le moral dans les chaussettes. Aujourd’hui je n’y prête même plus attention, mon cerveau a fait le travail de deuil. C’est interdit donc ça ne me fait pas envie.

En ce qui concerne le démarrage, où trouver les infos etc. je suis sur plusieurs groupes fb, je me suis rapprochée de l’afdiag (j’ai été adhérente un moment puis j’ai arrêté), je suis le blog et la page fb because-gus, je suis abonnée à des pages Instagram sans gluten…. voilà, rien de particulier. Certaines personnes vont avoir besoin de se faire accompagner pour manger correctement, moi j’ai fait mon rééquilibrage seule sans diététicienne, tout va bien… Je fais régulièrement des bilans sanguins pour vérifier que je n’ai pas de carences et à part le fer qui est toujours un peu bas (anémie = un des signes de maladie cœliaque) je ne manque de rien.
Bon par contre pour les restos c’est pas toujours évident. Bien qu’ils sachent de mieux en mieux ce qu’est le gluten, il y en a souvent qui me regardent comme une extra terrestre et qui ne prennent pas la peine de se renseigner. De toute façon maintenant j’ai le régime PLV (protéines de lait de vache) qui s’est rajouté pour ma fille que j’allaite alors le resto j’ai laissé tomber.”

 

Eviction du gluten et explication sur la maladie coeliaque :  ici.

Eviction des protéines de lait de vache : ici.

Posted in Non classé | Leave a comment

Structure du frein de langue et importance de la préparation à la frénotomie

 

 

 

Images extraites de la communication ‘What Is a Tongue Tie? Defining the Anatomy ofthe In-Situ Lingual Frenulum’ – NIKKI MILLS, SETH M. PRANSKY, DONNA T. GEDDES, AND SEYED ALI MIRJALILI disponible ici https://franklinsusanibar.com/wp-content/uploads/2019/10/2019-Mills-What-Is-a-Tongue-Tie-Defining-the-Anatomy-of.pdf

Posted in Non classé | Leave a comment

S’occuper des tensions de bébé depuis la maison

 

Ces propositions s’adressent aux parents de bébés tendus, en attente d’une visite chez le chiropracteur, pour les bébés qui ont des freins restrictifs,  pour les bébés qui attendent une frénotomie, qui ont du mal à téter, ouvrent très peu la bouche pour téter, s’alimentent peu, voici quelques pistes détaillées, valables en période de confinement mais aussi en période ‘normale’.

Elles s’articulent autour de trois grands principes, les massages, les postures tummy time et guppy, les bains (thérapeutiques). Tout cela dans l’idée de reconstruire un cocon où le bébé se sent en sécurité, de consolider une relation basée sur l’amour et la confiance, de libérer les tensions.

________________________________

Activités à faire de manière régulière et sérieuse

Les massages, exercices, bains proposés sont des occasions de sécuriser le bébé, de créer une relation apaisante avec lui, de communiquer, de se regarder.

Ce sont parfois de nouvelles habitudes à prendre, qui peuvent être déroutantes ou inconfortables au début, et il est important de rester sensible à l’inconfort du bébé. S’il ne se sent pas bien, on peut arrêter immédiatement, essayer à un autre moment. Répéter l’exercice, le massage, l’expérience du bain à plusieurs reprises permet de créer une nouvelle habitude, de nouveaux repères. Ce qui n’était pas familier peut le devenir.

Il se peut qu’au début bébé ou vous-même ne soyez pas à l’aise mais avec la pratique cela va changer, et le bébé et vous-même allez vous détendre. Cela va devenir une habitude.

 

1.Les massages

Ils semblent simples et anodins, mais ils touchent une partie de notre corps très sensible qui enregistre même de très faibles stimuli. Instaurer une routine quotidienne en choisissant des massages qui nous parlent, pour le visage, les pieds, le corps. En profiter pour regarder bébé, lui parler, lui chanter. C’est un moment d’intimité et de connexion. Il apprend à ressentir son corps, prendre confiance dans des contacts doux, sa circulation sanguine est stimulée, les fascias se relâchent. Il se sent bien, aimé.

masser le visage (quelques exemples)

 

Masser le palais et les gencives de bébé avec l’index plusieurs fois par jour : se laver les mains soigneusement au savon au préalable.

Palais : le massage permet de le stimuler et de l’habituer au contact (normalement c’est la langue qui vient stimuler le palais). avec son index venir masser juste derrière la gencive supérieure. si on va trop loin cela déclenche un réflexe nauséeux, si on appuie trop fort c’est désagréable, si on caresse cela déclenche un réflexe nauséeux également. donc trouver le bon dosage, et appuyer légèrement. ce massage déclenche un réflexe de succion chez les petits et fait également travailler la langue/réflexes archaïques. Il est très bénéfique et vient stimuler le nerf vague. il peut être fait plusieurs fois par jour.

Gencives : masser d’une extrémité à l’autre la gencive supérieure, puis la gencive inférieure, en laissant bébé suivre la langue avec le doigt.

Sleeping tongue hold posture (merci Michelle Emanuel @tonguetiedbabies encore une fois) :

lorsque bébé dort si on appuye délicatement sous son plancher buccal et lui ferme la bouche, cela fait monter la langue au palais et elle va le stimuler. Cela favorise aussi une position physiologique, la respiration nasale.

vidéo https://www.youtube.com/watch?v=ucmK28dZ3X4

Certains bébés n’apprécient pas les massages. Ne pas désespérer, varier, en chercher d’autres, changer d’endroit ou de moment de la journée pour les faire, ré essayer plus tard. Et essayer les autres propositions. Le compte instagram de l’ergothérapeute Michelle Emanuel (@tonguetiedbabies) est plein d’idées. C’est une thérapeute qui a l’habitude de préparer les bébés aux frénotomies et de faire une rééducation complète des fonctions corporelles.

quelques idées de massages http://mamanlune.com/index.php/2019/01/30/massages-pre-et-post-frenotomie/

Massages ici concernant la bouche, la familiarisation avec celle-ci, les réflexes cardinaux (comprend des vidéos) : http://www.pecpo-t21.fr/education-precoce/aspects-pratique/prise-en-charge-enfant/prise-en-charge-oro-faciale/

Stimulations oro-faciales qui comprennent la stimulation du palais avec le doigt propre https://www.cspo.be/sites/default/files/DDI/Documents/05_Stimulation%20formation%20courte%20-%20mars%202011.pdf

 

  1. Les positions tummy time (temps sur le ventre) et guppy

Ces exercices ne sont souvent pas pris au sérieux, on pense qu’ils ne changent rien, on peine à les inclure dans nos routines, on oublie, on est pas persuadés qu’ils soient utiles.

Pourtant ce sont de précieux outils, gratuits pour soulager son bébé, l’aider avec son corps, consolider la relation avec lui.

Ces deux positions sont proposées et détaillées toujours par l’ergothérapeute Michelle Emanuel. Elles sont utilisables dès la naissance avec des précautions supplémentaires.

Ce sont des habitudes à prendre, alors quand on commence ne pas laisser bébé trop longtemps si bébé inconfortable, être toujours vigilante si jamais inconfort, soutenir la tête du bébé en guppy, ne jamais prendre le risque de faire perdre l’équilibre à bébé.

Tummy time / le temps sur le ventre :

Si l’on vous dit que ce n’est pas une position physiologique, pour rappel, la position physiologique de bébé est d’être porté, pas posé sur le dos sur le sol. Sa première posture lors du breast crawl est d’être à plat ventre sur sa maman, donc du tummy time.

si le bébé n’a pas l’habitude ou du reflux il peut rapidement manifester de l’inconfort. Parfois vous remarquerez que cela l’aide à évacuer les gaz et le soulage. Souvent bébé pleure aussi parce que le parent qui lui fait faire l’exercice ne saisit pas qu’il faut rester en contact visuel, accompagner son bébé, lui parler, jouer avec lui, se mettre à son niveau. Il n’est pas question de poser bébé à plat ventre et de le laisser se débrouiller.

Si c’est un petit bébé on peut lui faire faire cet exercice sur soi ou le ventre de l’autre parent.

Sinon, on s’assied par terre, on présente le sol à bébé, on lui explique qu’on commence une nouvelle activité, on le rassure. On peut utiliser un tapis, des jouets, balles , livre à toucher, pour stimuler les sens de bébé, son envie d’intéragir, mais on reste en contact avec lui, on crée une relation de confiance, un univers rassurant / sécurisant.

Cet exercice permet de délier le corps, travailler plusieurs tensions, de muscler le cou, de stimuler la digestion, de travailler sur l’asymétrie, le repérage dans l’espace, la conscience de son propre corps. Et de s’amuser avec ses parents.

Elle peut être pratiquée plusieurs fois par jour.

 

Guppy

C’est la même position que tummy time, mais avec la gravité dans le sens inverse.

L’attraction terrestre colle le ventre au sol en cas de tummy time, alors que c’est le dos qui est attiré par le sol cette fois-ci. C’est aussi une activité qui permet de délier le corps, étirer les muscles, ressentir les choses différemment, travaillent sur l’asymétrie, les représentations de son corps.

Le plus simple est de s’installer sur un canapé et de poser bébé le dos sur ses genoux, à l’horizontal, et de laisser dépasser sa tête à gauche ou à droite à la maintenant, pour qu’elle puisse délicatement aller en arrière.

Cet exercice suppose également un maintien du contact, parler avec son bébé, de rester vigilant face à son inconfort possible. Il peut être pratiqué plusieurs fois par jour (en tenant la tête du bébé)

 

 

  1. Bain thérapeutique

Comment aider le corps à se comporter autrement, à détendre ses muscles ? rappelez-vous la sensation après une baignade, même sans nager ou bouger, le simple fait de rester dans l’eau modifie l’état général du corps. Une nouvelle relation face à l’attraction terrestre, on n’a plus le même poids, plus les mêmes sensations.

Un bain pour un bébé est aussi un moment de soin intense, un rappel de sa vie in utéro, un moment de souvenir, apaisement, connexion, il ‘revit’ comme avant.

 

Précautions

On fait attention à la température de l’eau, on ne laisse jamais bébé seul, et on organise la sortie du bain à l’avance si on se baigne avec bébé (pour ne pas glisser en sortant avec bébé dans les bras). Par exemple sortir bébé d’abord et le poser dans un cosy ou couffin avant de sortir soi, ou faire venir quelqu’un pour prendre bébé et sortir ensuite.

Avec un bébé qui peine à prendre du poids, en économie d’énergie, on tente d’éviter les bains qui peuvent coûter des calories précieuses. Barboter c’est du sport, et le changement de température à un effet sur le corps qui doit s’adapter.

Enfin, pendant la période d’épidémie de coronavirus il faut savoir que l’au dans certaines communes contient beaucoup plus de chlore qu’habituellement et que le chlore peut être irritant, agressif pour la peau, voire est un allergène potentiel. En cas de réaction de bébé à l’eau il est donc plus sage de limiter les bains.

Difficile pour les parents
Il peut être difficile pour les parents d’être à l’aise pour faire prendre un bain, mais l’une des choses qui aide est la pratique, c’est à dire s’entraîner et la répétition pour trouver des repères, et pour ceux qui ont une baignoire, se baigner avec bébé.

 

Difficile pour le bébé
Certains bébés n’aiment pas l’eau. Pourquoi ?

– Ils ne nous sentent pas à l’aise avec la pratique du bain. Donc s’entrainer pour prendre confiance

– Ils sont tendus : continuer d’essayer des petites sessions de bain qui ne durent pas longtemps pour les mettre en confiance et se détendre progressivement. Toujours rester attentif à leur bien être

– Le contact avec l’eau leur vie in utéro qui a été stressante, insécurisante : déni de grossesse, grossesse non souhaitée, mère qui n’était pas sûre de garder le bébé, peur de fausse couche, annonces stressantes, deuil, mère peu connectée avec son bébé pendant la grossesse, qui q énormément travaillé. Le souvenir de vie intra utéro peut être donc difficile à vivre, mais justement la mise en place de bains avec câlins, prise de parole, parole rassurantes verbalisation de son amour va permettre doucement au bébé de se réconcilier avec son passé, et de se détendre.

 

Pour exemple voici deux vidéos :

Bain dans un évier : Dans la première vidéo, un bain donné par Sonia Krief à la clinique de la Muette, le bébé a été emmailloté (à éviter en dehors des bains) pour lui rappeler sa vie in utéro. Notez la douceur extrême des paroles de la soignante, comment elle parle au bébé, le sécurise (et nous aussi), le touche, le masse, lui crée un cocon avec ses mains, avec ses mots, avec son être. https://www.youtube.com/watch?v=zzgoY83pXc4

 

Bain dans la baignoire avec un parent : dans la vidéo de Marie ‘Mes cours prénataux’, est travaillé justement la liberté des membres et du corps. Pensez à contrairement ce qu’il se passe dans la vidéo à parler avec bébé, le rassurer, l’encourager. Le bain reste une manière de se connecter. Est expliqué les éléments auxquels rester vigilant. https://www.youtube.com/watch?v=_1lP42qF6eA

 

  1. Envisager les allergies

Certains aliments peuvent être irritants pour le bébé, ils sont présents non pas uniquement dans les solides ou les préparations commerciales pour nourrissons mais ils passent également dans le lait maternel.

On parle souvent des protéines de lait de vache en cause dans les allergies chez le bébé. Ces protéines sont inflammatoires et peuvent causer un inconfort digestif, du reflux, de la constipation. Réduire la consommation de produits laitiers peut être un premier geste pour aider bébé. Il faut parfois les supprimer complètement.

Mais il n’y a pas que les plv, d’autres aliments peuvent causer des allergies et donc des tensions : gluten, œuf, amandes, arachides et autre fruits à coque, maïs, soja etc….

Tenir un journal alimentaire, cuisiner plus simplement, éviter les plats préparés, réorganiser ses courses (oui en période de confinement cela peut être complexe) peut permettre de soulager énormément un bébé.

Pour les bébés non allaités, envisager une préparation aux acides aminés.

Penser aussi à vérifier si la vitamine d est irritante et si vous prenez vous même des médicaments qui peuvent irriter bébé, ou si vous fumez.

un groupe ‘Allergies : bébé, enfant, adulte’
https://www.facebook.com/groups/2406502122782691/
le journal des allergies : http://mamanlune.com/index.php/2020/02/14/le-journal-des-allergies/
allaiter un bébé allergique : http://mamanlune.com/index.php/2019/05/12/allaiter-un-bebe-allergique/

 

  1. Pallier au manque de lait

Obtenir le nécessaire pour être rassasié permet aussi de se détendre. En cas d’une succion peu efficace, de tétées peu fréquentes, il est envisageable de revoir la conduite de l’allaitement en premier lieu, d’augmenter la fréquence de téter, placer bébé en prise asymétrique, changer plusieurs fois de sein au cours de la tétée, dormir avec son bébé en cododo sécuritaire.

On peut également tirer et de donner au bébé à la tasse ou à la cuillère le lait tiré, en anticipant la faim et en proposant souvent.

En fonction de la courbe, si elle est plate, complémenter avec une préparation commerciale adaptée en cas de bébé allergique.

Des pistes et des détails ici pour compenser pour une succion inadéquate http://mamanlune.com/index.php/2020/01/05/comment-compenser-et-aider-bebe-a-obtenir-du-lait/

Des liens sur le tirage http://mamanlune.com/index.php/2019/07/17/tirer-son-lait-toutes-les-bases/

 

  1. S’occuper des douleurs de la mère allaitante

La mère qui allaite et dont le bébé est tendu peut avoir faire l’expérience de douleurs au sein. Son bébé serre, sa langue rape le mamelon, il peut frotter contre le palais. Mettre en place les exercices ci-dessous va aider le bébé a avoir une meilleure prise du sein car cela va détendre ses muscles.

Il faut également revoir la conduite de l’allaitement, s’assurer que le bébé est assez souvent au sein, que ses tétées ne sont pas trop espacées. Plus elles sont espacées, plus il va avoir des difficultés à obtenir du lait et serrer. Plus il a faim, plus sa tétée va être ‘nerveuse’ donc potentiellement douloureuse.
Dormir avec lui, lui proposer le sein la nuit lui permet aussi d’avoir plus de lait et d’être plus serein. Supprimer la tétine afin de ne pas lui donner d’autres habitudes de succion que le sein, et ne pas faire baisser la lactation.
N’hésitez à s’installer de manière confortable pour soi pour la tétée : allongée, semi- allongée, le placer en prise asymétrique.

Pour les douleurs intenables elles ne sont pas normales et relèvent d’une consultation médicale. Un médecin, gynécologue, pédiatre peut vous prescrire un traitement pour prendre le problème en charge (dans la situation du confinement, la téléconsultation est possible. Du muguet chez bébé nécessite également une consultation.

Une candidose mammaire (douleurs de brûlures, picotements, démangeaisons, mamelon irrité, rosé/rouge, contact avec les vêtements et l’eau désagréables) requiert des antifongiques et un traitement sérieux. Avec le traitement la douleur doit disparaître rapidement.

Une infection bactérienne (douleurs qui résistent au traitement de la candidose) nécessite la prise d’antibiotiques ou la pommade du docteur newman qui contient des antibiotiques)

Un vasospasme (douleur très violente, mamelon qui change de couleur) peut être aidé par de la chaleur sèche, une complémentation en magnésium et fer.

En l’attente de la consultation, ne pas utiliser de crèmes grasses, mais de l’argent colloidal et/ou de l’huile de coco, mais uniquement après les tétées et essuyer avant la tétée suivante, pour ne pas en mettre dans la bouche de bébé. Ce sont des antifongiques et antibactériens ‘naturels’ mais à utiliser avec précaution.

Ici un article complet pour les douleurs qui renvoie vers des articles détaillés pour chacune des situations. http://mamanlune.com/index.php/2017/06/24/douleurs-au-sein/

Posted in Non classé | Leave a comment

Lorsqu’on n’arrive plus à faire les soins post frénotomie

La frénotomie est un acte chirurgical, qui suppose une préparation (massages, exercices), un suivi en chiropraxie, des soins post frénotomie : des infos ici.

L’absence de soins post frénotomie et d’une prise en charge pluridisciplinaire et complète peut conduire à un réattachement du frein, donc une restriction de la mobilité linguale, ce qui n’est évidemment pas le but escompté. Il est important de s’assurer avant de faire réaliser une frénotomie à son bébé ou un adulte d’avoir mesurer l’investissement qu’elle présente.

Lorsque les parents n’arrivent plus du tout à faire les soins post frenotomie, voici quelques idées.

– renouer un lien de confiance avec son bébé, le câliner, le porter, lui chanter, le rassurer, prendre un bain avec lui.

– retourner voir le chiropracteur pour la prise en charge des tensions.

– continuer le tummy time(temps sur le ventre) et guppy(tenir la tête du bébé)

– continuer les massages si bébé accepte.

– pratiquer des bains ‘thérapeutiques’ : ici des détails sur les bains et autres moyens de détente .

Bain de Sonia Krief, Clinique de la Muette                Mes cours prénataux de Marie Fortier

 

– utiliser cette technique quand bébé dort pour coller sa langue au palais : sleeping tongue hold posture (merci Michelle Emanuel @tonguetiedbabies encore une fois) : vidéo ici

Posted in Non classé | Leave a comment