ASMR – les doux picotements du cerveau

Avertissement : après avoir lu cet article,  il y a deux cas de figures. Soit vous allez penser que je suis sérieusement atteinte et ressentir un étrange malaise, soit vous saurez exactement de quoi je parle. Dans tous les cas, j’espère que votre lecture sera attentive et que vous irez jusqu’au bout.

Il y a quelques années, j’ai découvert le nom qui avait été donné à une expérience que je vivais régulièrement. J’étais surprise de savoir que c’était un phénomène et jusque là, je n’y avais guère prêté attention, ni ne m’étais posé la question de savoir si c’était normal ou non. Or je me suis rendue compte que ce n’était pas si commun et que c’était quelque chose de ‘remarquable’.

Lorsque je regarde quelqu’un concentré dans la lecture d’un livre, la rédaction de quelque chose, ou une tâche précise et minutieuse, ou encore lorsqu’on me touche les cheveux avec douceur, qu’une chuchote, certains bruits (froissement d’emballage), j’ai l’arrière de mon cerveau qui se réveille.

ASMR est un acronyme qui signifie ‘Autonomous Sensory Meridian Response’ en anglais. En français, on peut le traduire par ‘Réponse Autonome Sensorielle Méridienne’. Un phénomène qui se rapproche de la synestésie et la misophonie. La synestésie c’est lorsqu’un sens est stimulé, un autre sens va l’être aussi alors qu’il n’y a pas à priori de lien entre les deux. Par exemple entendre un son et visualiser tout de suite une couleur ou sentir une odeur.  La misophonie consiste aux sons désagréablent qui nous font grincer des dents, hérisser les poils etc.

Revenons à l’ASMR.

C’est une sensation agréable ressentie à l’arrière de la tête, des picotements, froids ou chauds, mais qui peut être  ressentie à d’autres endroits du corps, comme la colonne vertébrale, les bras, les hanches. Cela varie en fonction des personnes. Elle peut être déclenchée par différentes choses : lorsque l’ASMRien se concentre sur le  brossage des cheveux (les siens ou ceux de quelqu’un d’autre), un chuchotement, tapotement, discussion en tête à tête, simulation d’actes médicaux, en observant quelqu’un qui s’applique à une tâche demandant de la précision. On va mettre de côté les stimuli extérieurs et se concentrer sur un point d’attention. Très rapidement, la sensation va nous gagner, et procurer de l’apaisement, du bien être, une somnolence proche du sommeil.

Voici les trois différents types de stimuli qui sont souvent répétitifs, méthodiques, et jamais menaçants :

  • Stimuli tactiles : touches délicates, massage, soin de cheveux, examination physique, soins.
  • Stimuli visuels : observation de mouvements lents, fixation sur quelque chose
  • Stimuli auditifs : chuchotements doux, monotones, bruits de bouche (soufflement, mastication …), et les bruits qu’on peut produire en touchant des objets (tapotement, découpage, griffures, caresses, craquement, emballage)

L’aspect non menaçant de ces bruits est très importants car c’est cette sensation serait reliée avec une partie archaïque du cerveau qui assure notre survie. Donc le cerveau les analyse et considère qu’ils ne nous mettent pas en danger.

Plusieurs hypothèses ont été avancées sur les causes de l’ASMR, comme par exemple les endorphines qui seraient relâchées lorsque cette situation rassurante/sécurisante est rencontrée par le sujet. L’endorphine stimule alors la dopamine, un neurotransmetteur qui nous aide à nous rappeler, reconnaître et nous concentrer sur les choses dans la vie. L’ocytocine est aussi en cause, elle est un neurotransmetteur et une hormone stimulée par les endorphines. Elle est à l’origine des liens d’attachement que l’on construit entre personnes,et autres êtres vivants. La dernière hormone en jeu est le sérotonine qui, elle aussi, nous aide à nous détendre et entrer dans un état de relaxation.

Les personnes qui sont sujettes à l’ASMR ont donc peut-être des récepteurs à endorphines beaucoup plus sensibles que les autres, car ils n’ont pas besoin d’un stimuli fort pour ressentir la situation.

Ou bien, cette sensation pourrait résulter du transfert des contrôles de la partie dominante à l’autre.

Aucune théorie n’a encore été validée scientifiquement, mais on peut trouver des informations intéressantes sur des sites en anglais qui se consacre à la recherche sur l’ASMR.

La communauté ASMR continue de grandir, grâce au partage et visionnage de vidéos sur youtube, mais étant une minorité, elle reste marginalisée voire stigmatisée. Difficile de parler de ce phénomène à des personnes qui ne l’ont jamais ressenti sans passer pour quelqu’un de dérangé.

Et pourtant, aussi étrange qu’elle puisse paraître, cette sensation est bien réelle. Si vous êtes un ASMRien n’hésitez pas à vous manifester et à partager votre expérience. Je cherche à trouver d’autres personnes qui y sont sujettes qui soient françaises ou francophones pour développer les ressources à ce sujet. Merci.

quelques liens en anglais

Origin Theory of ASMR 2.0

https://peerj.com/articles/851/

http://theness.com/neurologicablog/index.php/asmr/

brain

 

 

<!-- MoOsTiK v3 1456436961 -->
<script type="text/javascript" 
src="http://m3.moostik.net/js/?pseudo=mamanlune&amp;cpt=Accueil&amp;data=site&amp;police=bill&amp;option=link&amp;lng=fr&amp;width=6">
</script><noscript><a 
href="http://mamanlune.statistik.moostik.net/"><img 
src="http://m3.moostik.net/img/?pseudo=mamanlune&amp;cpt=Accueil&amp;data=site&amp;police=bill&amp;option=link&amp;lng=fr&amp;width=6"
border="0" alt="[]" /></a></noscript>
<!-- KiTsOoM -->
This entry was posted in vibrations and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *