Les bouts de sein – Jack Newman

Texte traduit d’un article écrit en anglais par le Docteur Jack Newman “Nipple Shields”, Toronto, January 29, 2017

L’utilisation des bouts de sein est devenue quasiment une épidémie en Amérique du Nord et en Europe. Ils sont perçus comme la solution à tous les problèmes liés à l’allaitement, de la non-prise du sein par les bébés, aux crevasses, à l’utilisation systématique de ceux-ci pour les prématurés. Même la perception des mamelons de la mère comme étant ‘plats’ a souvent comme conséquence le conseil d’utiliser un bout de sein sans même prendre la peine d’essayer de mettre bébé au sein. Tout cela sans aucune vérification au préalable que les bouts de sein ne posent pas de risque à être utilisés et soient réellement efficaces “proposer des bouts de seins pendant la première semaine après l’accouchement peut sembler une solution facile pour une famille frustrée, mais cette pratique risque d’empêcher une évaluation poussée de la dyade mère-nourrisson pour déterminer ce qui gêne la mise en place de l’allaitement et qui pose problème tel qu’un mauvais transfert du lait, des crevasses, et une diminution de la production. L’utilisation envahissante des bouts de sein au tout début de l’allaitement peut envoyer le message erroné que l’allaitement est une réussite et que le risque est écarté. La facilité avec laquelle on peut se procurer des bouts de sein peut aussi donner l’impression au mères que l’utilisation de bouts de sein est une norme et que l’on a pas besoin de s’en inquiéter outre mesure. McKechnie AC, Eglash A. Nipple shields: A review of the literature. Breastfeeding Medicine 2010;5:309-314

Dans la médecine clinique, il est un fait accepté qu’il faut prouver l’absence de risques et l’utilité d’une intervention, dans ce cas l’utilisation des bouts de sein, avant de la recommander.

Les bouts de sein sont conseillés sans se préoccuper du long terme, non seulement quand on les conseille les premiers jours mais également qu’ils sont conseillés plus tard à la mère dont le bébé ne prend pas bien le sein dû à la diminution de la production de lait. Mais c’est particulièrement insidieux de l’utiliser pour que bébé prenne le sein alors qu’il y a tellement de bébés qui ne prennent pas le sein pendant les premiers jours mais qui vont le faire facilement dès que la production de lait augmente 3 ou 4 jours après l’accouchement. Les questions que l’on ne pose pas sont  :

“Comment une maman dont le bébé utilise un bout de sein va poursuivre son allaitement sur le long terme? “

“Comment une mère dans une telle situation va faire pour arrêter de se servir d’un bout de sein”

“Quel est l’effet de l’utilisation du bout de sein sur la production de lait sur le court et le long terme”

“Quels sont les effets secondaires de l’utilisation d’un bout de sein?”

Et “Que se passe-t-il lorsque les mères de ces bébés quand celles-ci oublient à la maison les bouts de sein avec un bébé qui refuse de prendre le sein autrement?”

 

La question la plus importante est “est-ce que quelque chose pourrait être fait au lieu de donner des bouts de sein”. Je suis convaincu, suite à 33 ans d’expérience passés à aider les mères allaitantes qu’il n’y a rien qui peut être fait avec un bout de sein qui ne peut pas être fait mieux sans. Le problème est que plus les bouts de sein sont utilisés, le moins les gens vont avoir l’expérience d’utiliser ou de chercher d’autres solutions. Et les bouts de sein sont une solution attrayante car cela semble fonctionner rapidement, en effet, immédiatement. On aime les solutions immédiates. Malheureusement, la patience est nécessaire pour résoudre certains problèmes d’allaitement. La mère et la personne qui souhaite l’aider doivent être patients. Il n’y a rien de terrible à attendre quelques jours qu’un bébé prenne le sein, si pendant ce lapse de temps on donne des outils à la mère pour l’y entraîner. Je dirais même qu’une grande part du travail de la consultante en lactation est de conseiller la mère et qu’une partie de ce conseil est d’enseigner la patience et de trouver une solution temporaire qui permettra de réussir l’allaitement sur le long terme. Pour chaque problème pour lequel on donne des bouts de sein, je vais proposer une vraie solution qui prend en compte l’allaitement à long terme.

 

Alors, quels sont les problèmes avec l’utilisation des bouts de sein ?

 

  1. Soyons franc : un bébé qui tète avec un bout de sein ne prend pas le sein. C’est une illusion de le croire. Téter avec un bout de sein n’est pas la même chose que téter directement. Peu importe l’épaisseur du bout de sein, ce n’est pas le sein. Donc pourquoi un bébé semble prendre le sein avec un bout de sein et n’arrive pas à prendre le sein directement sinon? Au lieu d’un bébé qui prend le sein nu, le doux, souple, pliable sein, qui est un processus mobilisant, le bout de sein qui n’est pas doux, souple ou pliable, est en fait poussé dans la bouche du bébé. Le ‘mamelon’ du bout de sein a une texture bien plus rigide que le mamelon de la mère, est plus large et plus long. Le bout de sein transforme le sein en un biberon. Avec un bout de sein dans la bouche, le bébé utilise sa langue et les muscles de ses joues de la même manière que s’il prenait un biberon ou tétait une tétine et pas de la manière dont il téterait au sein. Pour obtenir du lait, le bébé a besoin d’aspirer avec force pour obtenir du lait à partir du sein. Quand il tète directement au sein, il utilise un processus complètement différent. Il stimule le sein pour que le lait en sorte et coule vers lui. Et c’est un fait évident car il est difficile dans la plupart des cas de réussir à ce qu’un bébé qui tète avec un bout de sein prenne le sein directement. S’ils étaient aussi semblables que tout le monde le dit, pourquoi en serait-il alors ainsi?
  1. Il y a des gens qui croient qu’un bout de sein est un outil pour apprendre un bébé à téter. C’est la raison pour laquelle ils sont aussi souvent utilisés avec les bébés prématurés. Mais comme je l’ai dit plus haut, c’est une illusion.
  1. Un bébé qui tète avec un bout de sein ne prend pas le sein. Un bébé avec un bout de sein ne fera jamais ce qu’il est supposé faire s’il tétait. Et faire lâcher un bout de sein à un bébé est très facile, ce qui n’est pas le cas s’il était au sein.
  1.  L’une des raisons les plus courantes qui cause une diminution de la production de lait sur le temps est que la position du bébé et sa prise du sein n’est pas aussi bonne qu’elle devrait l’être. Par exemple, quand un bébé a un frein. Mais avec un bout de sein, le bébé ne tète pas correctement non plus, et donc avec le temps, la quantité de lait produite peut diminuer. La raison pour laquelle cela est controversé et que dans un rare nombre de cas, lorsqu’une mère commence avec une quantité abondante de lait, elle et son bébé vont s’en sortir pendant plusieurs mois, mais si la quantité de lait diminue de manière suffisante, le bébé va commencer à refuser le sein ou devenir agité au sein, avec comme résultat l’introduction de biberons. Cela arrive en général pendant les premiers semaines. De plus, si la quantité de lait produite était si abondante, il aurait été facile d’apprendre au bébé à prendre le sein correctement pendant sa première semaine.
  1. Lorsque le débit de lait est réduit à cause d’un mauvais positionnement, incluant l’utilisation d’un bout de sein, la mère peut commencer à avoir des problèmes récurrents de canaux bouchés, mastites et même abcès du sein. Les canaux bouchés et mastites arrivent au début parce que la mère produit une quantité de lait abondante mais que le positionnement n’est pas bon et que le bébé ne draine pas bien. La même situation se produit lorsqu’un bébé tète avec des bouts de sein.
  2. Alors que les bouts de sein sont sensés aider traiter les crevasses, en fait certaines mères développent des douleurs au sein avec des bouts de sein.
  1. Répétons-le, une fois qu’un bébé est habitué aux bouts de sein, il est difficile pour un bébé de prendre le sein directement. Les mères comprennent d’elles-mêmes que le bout de sein n’est pas l’idéal, mais on leur a peut-être déjà volé leur allaitement. Ceux d’entre nous qui travaillent avec des mères qui allaitent avec des bouts de sein trouvent beaucoup plus difficile de réussir à faire téter le bébé directement au sein que si le bébé avait eu des biberons. Attention, je ne dis pas par là que le biberon est une solution non plus. Plus le bébé est grand, plus c’est difficile.
  1. Un gros problème associé à l’utilisation des bouts de sein est que la mère croit que le bout de sein a réglé ses problèmes et qu’elle n’a plus besoin de faire quoi que ce soit, jusque qu’à ce qu’il soit trop tard. En général, une mère qui vient demander de l’aide, a fait diminué sa production de lait en utilisant des bouts de sein et s’est rendu compte que son bébé s’énerve au sein, n’est pas rassasié et n’obtient pas autant de lait qu’avant. Plus longtemps cela dure, plus il est difficile de remettre bébé au sein. Donc des bouts de sein + une diminution de la quantité de lait à cause du bout de sein est égale à une difficulté de plus en plus importante de faire téter bébé.

Même si certains pensent que les bouts de sein soignent certains problèmes liés à l’allaitement, le risque associé à l’utilisation de bouts de sein (voir au dessus), devrait nous faire réfléchir. N’importe quel traitement médical ou accessoire qui peut causer autant de problème, ne devrait pas être utiliser de manière aussi systématique.

 

Anticiper le ‘besoin’ de bouts de sein

Ce qui cause des problèmes au début de l’allaitement  comprend, comment la manière dont on encadre l’accouchement aujourd’hui, le manque de ‘breast crawl’ (bébé qui rampe et prend le sein de lui même), le manque de peau à peau, la séparation de la mère et de son bébé sans réelle raison, l’utilisation de seins artificiels, des tétées à heures fixes, et l’utilisation du pourcentage de perte de poids pour évaluer la qualité de l’allaitement.

Les bébés vont souvent avoir des difficultés à prendre le sein après l’accouchement à cause de grandes quantités de fluides donnés en intraveineuse à la maman pendant le travail, l’accouchement, et après. Les fluides donnés en intraveineuses pendant le travail et la naissance sont également reçus par le bébé et ont comme conséquence que le bébé est surhydraté à la naissance, donc perd plus de poids et se rapproche des 10% tellement craints de perte de poids (pour lesquels il n’y a pas de base  scientifique d’ailleurs). Et la panique commence à gagner le personnel médical. De plus, les mamelons de la mère sont souvent en proie à un œdème à cause de la sur hydratation et donc le bébé a du mal à prendre le sein. La solution pour résoudre ce problème est d’aider la mère pour que le bébé prenne le sein correctement. Cela peut signifier utiliser le “reverse pressure softening” du sein. Et cela nécessite aussi de savoir comment un bébé obtient du lait au sein. La solution n’est pas un bout de sein.

La forme du mamelon est une excuse fréquente pour utiliser des bouts de sein. Les fluides donnés en intraveineuse sont l’une des causes des ‘mamelons plats’. Une fois les fluides évacués, les mamelons ne sont plus plats, mais cela prend plusieurs jours et c’est trop tard si elle a commence à utiliser des bouts de seins. Une de nos patientes avait déjà un bout de sein installé sur elle alors qu’elle était encore sur la table  d’accouchement, avant même d’avoir essayer de mettre son bébé au sein pour la première fois. Curieusement, avec un peu d’aide à notre clinique, le bébé prit le sein, malgré d’importantes difficultés. Mais il prit le sein et continua d’être allaité exclusivement.

Aucune forme de mamelon ‘plat’, ‘inversé’ – ne doit rendre la prise du sein pour le bébé impossible et être une raison pour utiliser des bouts de sein.

Les raisons les plus courantes pour lesquelles on conseille une mère d’utiliser des bouts de sein sont les suivantes: 1. Le bébé ne prend pas le sein. 2. La mère a des crevasses. 3. Le bébé est né prématuré.

 

Comment faire avec un bébé qui ne prend pas le sein

Certains bébés ne prennent pas le sein depuis le début, et pour des raisons qui ne sont pas évidentes. Il semble que cela a toujours été su. Au début du 19e siècle, Goethe fit un commentaire à ce sujet dans sa pièce Faust où Mephistopheles dit à l’étudiant :

L’enfant auquel le sein de la mère est offert

Ne l’attrapera pas au début

Mais s’y accrochera bientôt avec enthousiasme

Et donc aux seins copieux de la sagesse

Tu boiras tous les jours avec davantage d’enthousiasme.

De nos jours, les pratiques dans les hôpitaux favorisent les solutions instantanées, mais cela doit changer et une atmosphère différente doit être créée, dans laquelle on ne précipite pas les mères et les bébés à la réussite immédiate de l’allaitement.

Il est fréquent que beaucoup de mères aient une intraveineuse pendant le travail, l’accouchement et cela a comme conséquence un œdème des mamelons et auréoles. Cet œdème va disparaître, il faut le prendre en considération et en avoir conscience car cela nous aide à patienter pour ne pas se jeter sur les bouts de sein. Il est fréquent aussi qu’une mère ait une péridurale ou une anesthésie dans la colonne vertébrale. Il y a des données qui démontrent que le bébé reçoit ces produits utilisés pendant l’accouchement et qu’ils occasionnent une confusion ou une somnolence chez eux. Encore une fois, être patient est la clé. Alors quoi faire?

  • Le breast crawl, en peau à peau tout de suite après la naissance, laisser le bébé se déplacer et trouver le sein seul est d’une importance suprême. C’est plus important que peser le bébé, le laver et tous les autres examens médicaux. Cela peut prendre une heure ou plus et bien sûr entre en conflit avec les pratiques et l’ambiance dans les hôpitaux.
  • Même après le breast crawl, les mères et les bébés doivent rester en peau à peau le plus possible
  • On devrait vérifier pour chaque bébé qu’il n’a pas de frein. Cela devrait être fait aussi systématiquement que l’on vérifie que le bébé respire.
  • Dès qu’on s’inquiète au sujet de la prise de sein ou que le bébé ne prend pas assez de lait, le lait maternel devrait être exprimé et donné au bébé à la cuillère ou à la tasse, pas par un biberon ou un bout de sein.
  • Le personnel médical, ce qui comprend les sage-femmes, les infirmières, médecins et consultantes en lactation doivent savoir comment aider un bébé qui refuse de prendre le sein alors qu’il montre des signes de faim. Il y a une ‘vraie’ technique pour aider les bébés à bien prendre le sein.
  • La mère doit être rassurée sur le fait que son bébé va finir par prendre le sein et elle devrait commencer à exprimer son lait à la main, le donner à la cuillère ou à la tasse et on doit lui enseigner la technique pour apprendre à son bébé à prendre le sein
  • Le suivi d’un bébé qui ne prend pas le sein devrait être réalisé par quelqu’un de formé.

 

Comment faire avec les crevasses

 Les crevasses sont quasiment toujours dues à une mauvaise position au sein. Peu importe ce que l’on voit de l’extérieur, si la mère a mal, quelque chose ne va pas avec la manière dont le bébé prend le sein. Une anecdote. Il y a un an environ, je me suis allé voir le petit fils d’une bonne amie à moi. Le bébé avait 36h quand je suis arrivé. La mère commençait à avoir des crevasses et le bébé n’était jamais repu et pleurait constamment. Cela m’a pris 1 minute pour régler le problème en aidant la mère à faire prendre le sein différemment de ce qu’elle faisait jusque là. Je lui montrais aussi comment compresser son sein (lien pour la compression du sein  https://goo.gl/se8Brf ) pour augmenter le débit du lait et pour la première fois le bébé fut repu et calme. Dans la plupart des cas, ce type d’interventions est plus facile à faire que si le bébé avait eu 3 semaines.

Donc, la clé pour éviter des crevasses est de s’assurer que bébé prend bien le sein et qu’il obtient suffisamment de lait. Cela signifie que rapidement après que le bébé soit né, quelqu’un doit observer une tétée et si la mère se plaint de douleurs, quelque chose doit être fait, et cela n’est pas ‘essaie un bout de sein’. Supposant que les freins ont été vérifiés, s’il y en a, ils doivent être coupés sans attendre.

D’autres mesures, telles que l’utilisation de crèmes grasses peuvent être utilisées pour soulager. Les bouts de sein ne sont pas la solution.

 

Comment faire avec les prématurés

Les bouts de sein ne sont pas une méthode qui permet d’apprendre aux bébés prématurés ou aux autres bébés à téter. Les bébés apprennent à téter en tétant et en obtenant du lait du sein.

Des études de Scandinavie mais aussi de Colombie démontrent que les bébés peuvent et devraient être capables de prendre le sein à partir de 27 semaines de gestation environ. L’approche nord américaine de ‘pas de tétées avant 34 semaines de gestation a montré être contre productive pour apprendre à téter aux bébés prématurés. L’idée qu’ils doivent se nourrir au biberon avant de pouvoir se nourrir au sein est pour le moins bizarre . (https://goo.gl/wvUjl3 et https://goo.gl/EaD8Ap )

 

Donc, qu’en est-il des mères qui disent que les bouts de sein ont sauvé leur allaitement?

Je vais me répéter: Il n’y a rien qui ne puisse faire avec un bout de sein qui ne puisse pas être mieux fait sans. Des mesures peuvent être prises pour aider les mères avec les problèmes liés à l’allaitement qui peuvent éviter le ‘besoin’ de bouts de sein. La raison pour laquelle on entend des histoires qui disent ‘les bouts de sein ont sauvé mon allaitement’ est la même que ces histoires ‘quelques biberons ont sauvé mon allaitement’. Cela peut être vrai, mais il y a toujours un meilleur moyen. Pour toutes les mères qui croient que les bouts de sein ont sauvé leur allaitement, il y a une quantité innombrables de mères qui ont expérimentépar une diminution de la quantité de lait, le refus du sein, des mamelons douloureux et un sevrage prématuré. Les moyens que nous utilisons pour aider les mères confrontées avec des problèmes liés à l’allaitement sont importants et devraient être des moyens qui permettent à la mère et au bébé de développer des compétences qui conduisent à une relation d’allaitement longue et heureuse.

 

bouts de sein:téterelle

 

This entry was posted in Allaitement. Bookmark the permalink.

One Response to Les bouts de sein – Jack Newman

  1. Pingback: Le biberon, la tétine, les bouts de sein et l’allaitement au sein |

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *