L’allaitement et la confusion sein-tétine : causes et alternatives

Cet article est le fruit de recherches, lectures, rencontres et expériences. L’alimentation d’un bébé est un sujet complexe qui ne peut être pris à la légère, et je ne suis ni médecin, ni pédiatre, ni consultante en lactation ibclc. En cas de problème avec votre bébé, notamment prise de poids et croissance, veillez à consulter une personne du domaine médical, de préférence avec le diplôme ibclc (international board of certified lactation consultant) qui assure des connaissances approfondies en allaitement.

L’article se compose de 3 parties : ce qu’est la confusion, les trois types de confusion et les alternatives au biberon, qui permettent de limiter le risque de confusion ou de rééduquer bébé.

I Au sujet de la confusion

  1. Le principe : trois obstacles à l’allaitement au sein

Les biberons, la tétine, les bouts de sein/téterelles sont faits de plastique et imitent la forme du sein, ou en tout cas du téton, pour nourrir l’enfant, le rassurer, ou l’aider à se nourrir.

Ces trois utilisations, bien que fort courantes et banalisées, ne sont pas des alliées de l’allaitement au sein, mais de véritables obstacles qui peuvent entretenir les problèmes que bébé a de prendre le sein, lui empêcher d’apprendre à téter, diminuer la stimulation de manière considérable, faire baisser la production et la prise de poids, conduire au sevrage par manque de lait ou refus total du bébé de téter.

Le biberon, la tétine, et les bouts de sein agissent sur deux choses propre à l’allaitement au sein :

1) le transfert de lait : ils participent au ‘blocage’ de la manière dont le lait passe de la maman au bébé

2) La production de lait à la source : ils causent une diminution de la production, voire une disparition de celle-ci sur le long terme.

La tétine (sous entendue du biberon, tétine ou bouts de sein/téterelles) peut donc conduire à l’arrêt de l’allaitement maternel au sein, soit de manière discrète et progressive sans que la mère se rende compte de ce qu’il se passe, soit de manière brutale, le jour où le bébé refuse soudainement de prendre le sein.

  1. Les mythes au sujet du risque de confusion sein-tétine

« Un mythe pour faire peur », « qu’après les 1 mois du bébé plus de risque », « qu’un bébé sait bien faire la différence », « que si ce n’est pas la mère qui donne pas de risques de confusion », « que le besoin de succion est trop intense », « que ce n’est pas une confusion mais une préférence et un choix de la part du bébé », « que tel bébé n’a jamais fait de confusion » , « bébé n’aime pas et recrache de toute manière » , « bébé aime trop le sein pour faire une confusion, « que c’est juste pour s’endormir », « qu’au moins le papa peut s’impliquer », « qu’un seul biberon ne changera rien », « la tétine / les bouts de sein ont sauvé mon allaitement »….

  1. La réalité du risque de confusion

La confusion peut arriver n’importe quand tout au long de l’allaitement, il suffit d’un biberon ou de l’utilisation même rare de la tétine. Elle n’implique pas l’intelligence de bébé, ni son amour du sein, mais la perte de repères et de réflexes musculaires, démobilise encore plus les bébés qui manquent de tonicité au niveau de la bouche et qui auraient besoin d’entraînement et de rééducation. Elle peut toucher n’importe quel bébé, n’importe quand, immédiatement ou après plusieurs mois. Et en revenir n’est pas une tâche aisée, c’est parfois impossible.

  1. Comment la confusion se manifeste-t-elle ?
  • Mauvaise prise du sein, bébé n’ouvre pas assez la bouche pour téter
  • Énervement au sein : bébé est frustré de devoir faire autant d’efforts et ne sait plus comment téter
  • Trop peu de couches mouillées car bébé n’obtient plus assez de lait
  • Prise de poids lente, voire insuffisante ou inexistante car bébé n’obtient plus assez de lait
  • Refus total de prendre le sein.
  1. Pourquoi parle-t-on de confusion ?

Parce que la tétine a été fabriquée de telle sorte à avoir un aspect ressemblant au sein, sans être exactement la même chose. Elle est plus rigide, moins souple et moins élastique. Elle va moins profond au fond de la gorge que le sein.

Malgré une ressemblance, elle suppose un autre réflexe que la tétée au sein pour obtenir du lait. Au sein, bébé avance sa langue et s’en sert pour compresser le sein, et ne se sert pas de ses gencives. Au biberon, la langue doit se mettre en arrière et ce sont les gencives qui font le travail, en pinçant la tétine. Boire au biberon ou au bout de sein ne mobilise pas autant de muscles de la succion au sein. La tétine n’est donc pas très éloignée de la forme du sein, mais plus ‘facile’ à maîtriser, un piège pour tous les bébés, et encore plus ceux qui manquent de tonicité musculaire ou sont fatigués et doivent se remettre d’un accouchement compliqué, naissance prématurée, tensions physiques, maladies etc., mais également les bébés bien portants.

  1. Existe-t-il des tétines sans risque de confusion ?

Il n’y a pas de biberon ou de tétine qui permettent d’éviter la confusion.

C’est un argument marketing utilisé par les marques pour vendre leurs produits et rassurer les mamans, et en faire de futures consommatrices de biberons et autres produits qui vont avec. Ils n’ont besoin d’aucune étude ou d’aucune ‘preuve pour l’affirmer. Il suffit de l’écrire pour que la caractéristique du produit semble crédible et que les mamans relaient cette ‘désinformation ‘. Certaines marques prétendent avoir trouver la solution. Mais leur tétine est plus rigide qu’un sein, moins malléable, le débit beaucoup trop rapide, la position de la langue pas la même qu’au sein, et le bébé est bien obligé de ‘téter’ de modifier la manière qu’il a de téter pour obtenir du lait, donc le risque est bel et bien là.

 

II Les trois types de confusion

Ces trois types de confusion sont malheureusement cumulables.

00 panneau Risque

  1. Le biberon

Ce qu’il se passe avec un biberon

  • Bébé pince avec ses gencives pour obtenir le lait, la langue et la mâchoire ne sont pas positionnées de la même manière que lorsqu’il tète au sein. Au biberon, la langue se positionne en arrière, au sein, pour téter il doit tirer la langue et s’en servir pour comprimer le sein.
  • Le débit est rapide et le lait coule sans fournir d’efforts particuliers.
  • Bébé va reproduire cette manière d’obtenir du lait sur le sein et être frustré car cela ne vient pas, ou pas assez vite.
  • Bébé désapprend à téter et/ou maintien d’un mauvais réflexe de succion.
  • Cela peut causer des crevasses et douleurs.
  • Sa succion au sein sera moins efficace donc la production va diminuer.
  • Suppression de moments de stimulation : bébé n’a plus faim donc ne va pas téter donc pas stimuler et donc pas préparer (ou ‘commander’) la montée de lait suivante
  • La production de lait diminue progressivement.
  • La prise de poids ne sera plus satisfaisante / va stagner, il va falloir complémenter davantage.
  • Bébé refuse de prendre le sein : le débit ne lui convient plus, la production de lait est faible et il ne comprend pas pourquoi il devrait faire autant d’efforts pour obtenir si peu, alors qu’au biberon ça va ‘tout seul’.

Que faire en cas de confusion avec un biberon ?

Arrêter de donner des biberons. Si le besoin de complémenter est déjà bien installé ou nécessaire pour des raisons médicales, donner dans un autre contenant qui ne présente pas ce risque et diminuer progressivement la quantité des compléments en faisant surveiller la prise de poids par un professionnel.  (liste des alternatives au biberon et explications en fin d’article) Expliquer sa démarche au bébé, le câliner, lui proposer le sein pendant le sommeil, prendre un bain avec lui, faire abstraction du reste et être patiente. Contrôler ensuite que bébé ouvre grand la bouche au sein ensuite et si ce n’est pas le cas, faire vérifier les freins par un orl ou stomatologue spécialisé, voir un ostéopathe pour vérifier qu’il n’y a pas de blocage de la mâchoire.

  1. La tétine

Ce qu’il se passe avec une tétine

  • Bébé désapprend à téter et/ou maintien d’un mauvais réflexe de succion.
  • Cela peut causer des crevasses et douleurs.
  • Bébé utilise son énergie à téter la tétine et n’en a plus ou ne ressent plus la nécessité de stimuler le sein par la suite (le cas encore plus de bébés ‘fatigués’ par des circonstances particulières).
  • Suppression de moments de stimulation : bébé utilise son énergie sur la tétine donc pas stimuler et donc pas préparer (ou ‘commander’) la montée de lait suivante Sa succion au sein sera plus rare, donc la production va diminuer.
  • Sa succion au sein sera moins efficace donc la production va diminuer.
  • La prise de poids ne sera plus satisfaisante / va stagner.

Que faire ?

Supprimer la tétine. Elle n’est pas nécessaire. Donner le sein.

Tous les bébés ont un besoin de succion. C’est parfaitement normal et cela leur assure une production de lait adaptée à leurs besoins. La tétine interfère avec l’allaitement au sein, et de manière redoutable, alors que l’on croit son utilisation anodine.

Contrôler ensuite que bébé ouvre grand la bouche au sein ensuite et si ce n’est pas le cas,faire vérifier les freins par un orl ou stomatologue spécialisés, voir un ostéopathe pour vérifier qu’il n’y a pas de blocage de la mâchoire.

besoinsuccion

  1. Les bouts de sein

Ce qu’il se passe avec des bouts de sein/ téterelles

  • Bébé pince avec ses gencives pour obtenir le lait, la langue et la mâchoire ne sont pas positionnées de la même manière que lorsqu’il tète sans.
  • Bébé va reproduire cette manière d’obtenir du lait sur le sein et être frustré car cela ne vient pas, ou pas assez vite.
  • Bébé désapprend à téter et/ou maintien d’un mauvais réflexe de succion.
  • Cela peut causer des crevasses et douleurs lors de tétées sans bouts de sein.
  • Sa succion au sein sera plus rare, donc la production va diminuer.
  • Sa succion au sein sera moins efficace donc la production va diminuer.
  • La prise de poids ne sera plus satisfaisante / va stagner.

(un lien vers un article très complet du Docteur Jack Newman sur les bouts de sein : http://mamanlune.com/index.php/2017/03/23/les-bouts-de-sein-jack-newman)

Que faire ?

Enlever le bout de sein en cours de tétée, proposer le sein au bébé sans lors des tétées nocturnes, prendre le temps patiemment d’apprendre à faire ouvrir la bouche à bébé, se faire accompagner dans sa démarche par d’autres mamans allaitantes, se faire montrer la position correcte par un spécialiste.

Contrôler également que bébé arrive à ouvrir la bouche en grand et si ce n’est pas le cas,

faire vérifier les freins par un orl ou stomatologue spécialisé, voir un ostéopathe pour vérifier qu’il n’y a pas de blocage de la mâchoire.

Conclusion sur la confusion

En résumé les problèmes qui peuvent être causées par la tétine :

Le bébé désapprend à téter et sa succion est moins efficace.

Des moments de stimulation disparaissent.

La production de lait diminue.

Le bébé ne prend pas assez de poids.

On est ‘obligé’ de complémenter.

Les tétées ne sont plus un moment de plaisir mais de frustration, le bébé s’énerve.

Le bébé se sèvre progressivement ou d’un coup (refus du sein).

On ne s’occupe pas de problèmes tels que freins et blocages de la mâchoire, manque de tonicité musculaire…

Facteurs qui favorisent la confusion

  • Un bébé qui a un problème de succion (freins, blocages…) et qui m’a jamais su téter correctement et qui compense en permanence
  • Baisse de la production de la mère car séparation, compléments (ou autre)  donc plus d’efforts à fournir
  • Séparation de la mère : une forme de grève de la tétée
  • La fatigue : téter demande trop d’énergie parfois surtout quand le bébé a eu un biberon et a senti que ça pouvait couler tout seul. il peut préférer la tétine, le doigt, le pouce. plutôt que de fournir l’effort au sein.
  • La facilité : très humaine. Mais par conséquent, confusion impossible à anticiper et à enrayer.

 

III Alternatives aux biberons

Il existe, pour les situations où la complémentation au lait maternel tiré ou artificiel est nécessaire, des alternatives au biberon, qui ne font pas prendre le même risque de confusion.

Voici une liste, et plus bas, des explications détaillées.

 

  1. Dispositif d’aide à la lactation (dal) / sonde gastrique ou de nutrition
  2. Tasse
  3. Bickiepegs doidy cup 
  4. Soft cup / biberon tasse
  5. Cuillère
  6. Biberon cuillère
  7. Pipette
  8. Seringue sans aiguille
  9. Tasse 360 / wow cup
  10. Verre d’apprentissage avec valve anti fuite
  11. Tasse à bec dur avec valve anti fuite –  Philips Avent no drip spout cup 260 ml

Le principe

Le principe de ces dispositifs est de demander un effort à bébé et de lui permettre de distinguer cette méthode de s’alimenter du réflexe de succion qu’il doit fournir au sein.

Il doit soit laper le lait ou l’aspirer, et le lait est obtenu à un débit modéré lui permettant d’être connecté avec sa sensation de satiété, et de ne pas faire de confusion.

Le bébé est également actif, et est d’une certaine manière ‘rééduqué’ à se servir de sa langue et ses muscles, car il doit la tirer pour obtenir du lait, et non rester passif.

 

article reprenant les différentes alternatives :

Confusion : les alternatives au biberon

 

 

On peut penser que l’inconvénient de ces systèmes est leur contenance. Mais justement, c’est magique, on peut les ré remplir ! Nourrir un bébé n’est pas du gavage, ni quelque chose que l’on fait en 5 minutes. Il faut prendre son temps, faire des pauses, laisser le bébé se connecter avec sa sensation de satiété. C’est un moment de partage, et de complicité.

 

This entry was posted in Allaitement and tagged , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to L’allaitement et la confusion sein-tétine : causes et alternatives

  1. Pingback: L’allaitement au sein et la confusion : causes et types de confusion |

  2. Pingback: Les alternatives pour éviter la confusion et/ou rééduquer la succion |

  3. Pingback: Reprendre le travail en allaitant – Lesptitesmainsdabord

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *