La chiropraxie et ses bénéfices pour les bébés (allaités)

Article rédigé en collaboration avec Axelle Camus Chiropracteur

  1. Définition et terminologie
  2. En quoi cela consiste la chiropraxie ?
  3. Histoire : quelques dates
  4. Pratique : déroulement d’une séance
  5. Pourquoi consulter pour un bébé (allaité) ?
  6. Témoignages

 

  1. Définition et terminologie

Du grec ‘chiro’ la main et  ‘praxie’ qui fait.

En anglais, on parle de  chiropractic et chiropractor pour le praticien.

En français, on parle  de chiropraxie ou chiropratique et chiropracteur ou chiropraticien.

Dans les autres pays francophones, on parle de chiropractique.

La chiropraxie est une méthode thérapeutique globale qui vise à traiter et prévenir les douleurs et dysfonctionnement du corps notamment par des ajustements des vertèbres, articulations et qui s’appuie sur un savoir approfondi, de la colonne vertébrale et des nerfs, basée sur de la recherche scientifique

 

  1. En quoi consiste la chiropraxie?

« La chiropraxie est une science, un art, une philosophie » Palmer (fondateur de la chiropraxie)

Avec les mots d’Axelle Camus, chiropracteur

« Nous avons plus de 70 km de tissu nerveux dans le corps humain. C’est l’organe qui assure la communication : le système moteur (marcher, attraper un objet etc), le système sensitif (toucher, proprioception etc) et le système végétatif (digestion, sudation etc). Agir sur le système nerveux c’est agir sur la perception de l’extérieur et celle de son propre corps : des émotions jusqu’aux mouvements articulaires, de la sensation de froid jusqu’aux sécrétions hormonales. C’est en partie grâce à lui qu’on maintient l’homéostasie : cet ensemble de constantes permettant le bon fonctionnement de la vie.

La vie est faite d’une succession d’apprentissage, de micro traumatisme ou de réels chocs, physiques ET émotionnels. Ces chocs marquent et parfois cela implique des blocages, qui influent sur le corps comme le moral. On se retrouve avec des douleurs, des pertes de mobilités, des coups de spleen, des gènes et bien d’autres symptômes. Certains symptômes, comme la douleur qui est trop souvent le seul motif de consultation, peuvent sembler disparaitre et pourtant, c’est bien la partie émergée de l’iceberg que l’on voit disparaitre, pour mieux revenir à la charge plus tard, car le corps s’est inscrit dans un schéma de mauvaises habitudes posturales. C’est ce qui explique qu’il est systématiquement nécessaire de faire plusieurs séances rapprochées puis quelques séances à distance pour rééduquer un corps qui a subi tout une vie d’habitudes plus ou moins mauvaises.

Un chiropracteur aura toujours une approche globale, que cela soit sur l’analyse posturale, les antécédents personnels, familiaux, l’hygiène alimentaire et l’hygiène de vie en général pour être le plus spécifique à chaque patient et remonter le fil conducteur des symptômes qui ont menés à la consultation.

Un chiropracteur peut aider le corps à traiter une pathologie, mais aussi, et surtout, en prévenir l’apparition, car la prévention est le maitre mot lorsqu’il s’agit du corps humain et de son usure. Pour cela un chiropracteur peut travailler sur tout type d’articulations (pas uniquement vertébrale), sur les muscles, les tendons, les ligaments. Il utilisera l’ajustement pour aider le corps à optimiser ses mécanismes : de la guérison à la performance physique et même moral.

L’ajustement est un terme exclusivement utilisé par les chiropracteurs, ils ne manipulent pas, (personne n’aime être manipulé…). L’un des principes fondateurs des ajustements biomécaniques est le principe HVLA : High Velocity, Low Amplitude.

Les techniques biomécaniques sont nombreuses, elles peuvent être manuelles (Diversified, Gonstead, HIO etc) ou mécaniquement assistées (Cox, activator, Thomspon etc) dans tous les cas, elles ne passent pas forcément systématiquement par ce fameux « crac » qui peut faire peur ou qui est parfois trop attendu. Il pourra aussi utiliser des techniques utilisant des points de pression, des impulsions, des étirements ou un système et points réflexes. »

On se sert donc du système nerveux pour adresser un message à la tête ou au corps, et c’est à la fois une science puisque la chiropraxie s’évertue à appuyer sa pratique et ses résultats sur des recherches, mais également un art, car le traitement s’ajuste à chaque cas particulier, et il ne s’agit pas de reproduire des ajustements de manière mécanique.

une vidéo intéressante https://www.youtube.com/watch?v=3vuadenRZEc&feature=youtu.be

 

  1. Histoire : quelques dates de la chiropraxie

1895 Aux Etats Unis dans l’Iowa, DD Palmer fonde la méthode chiropractic. C’est un autodidacte qui cherche à localiser les organes malades et les réajuster pour aider leur guérison.

1987 Début de l’enseignement

1919 Mort de DD Palmer

Années 1920 Début de la pratique chiropraxie et création d’organismes professionnels

1932 Création de l’organisme de European Chiropractors Union

1944 aux Etats Unis, création de la Foundation for Chiropractic Education and Research

1963 Aux Etats Unis, création du National Board of Chiropractic Examiners

1984 En France, création de l’Institut français de chiropratique, aujourd’hui institut franco-européen de chiropraxie

1988 Création de la Fédération mondiale de chiropraxie (World Federation of Chiropractic)

2001 En France le ministère du travail de l’emploi et de la santé définit une réglementation pour la pratique de la chiropraxie

2005 l’OMS publie une étude sur la chiropraxie

 

  1. La pratique : Déroulement d’une séance

Le patient rencontre le praticien, et ce dernier conduit un entretien détaillé (une anamnèse) et précis des motifs de la consultation, de l’historique du patient. Le motif de consultation étant le plus souvent une douleur aigüe ou chronique. Le chiropracteur se servira ensuite de ses mains et de son regard pour examiner le patient, fera un examen neuro-orthopédique, cherchant où se trouvent les subluxations. Ensuite il effectuera les ajustements, toujours à l’aide de ses mains ou bien d’outils spécifiques à la chiropraxie. A savoir que plusieurs séances peuvent être nécessaires pour traiter des douleurs et des problèmes de postures. Le traitement s’adapte à chaque patient, et le soulagement n’est pas forcément immédiat.

 

  1. Pourquoi consulter pour un bébé (allaité) ?

Grandir dans le ventre de sa mère, venir au monde, téter font partie des chemins de la vie. Mais ces étapes peuvent être marquées par des traumatismes émotionnels et physiques importants.

En voici des exemples :

  • Une mauvaise position dans le ventre de sa mère
  • accouchement trop rapide ou trop lent, compliqué
  • un choc émotionnel (décès, séparation…)
  • accident de la voie publique
  • accouchement prématuré
  • utilisation de ventouse, forceps
  • manipulation à la naissance (aspiration)
  • la présence d’un frein de langue (qui sera coupé ou non) et qui vient avec des tensions au niveau des cervicales

A la suite de cela, le bébé peut alors développer d’importants dysfonctionnements, comme différents types de torticolis, des blocages articulaires ou des petites tensions neuro-méningées.

Des soucis de postures peuvent également causer une plagiocéphalie positionnelle (=syndrome de la tête plate) et cela jusqu’à 2 ans. Celle-ci peut avoir un impact sur le développement psychomoteur et ne se résorbe pas seule, la plagiocéphalie devant absolument être traitée avant 1 an.

Le syndrome de kiss est de plus en plus connu, et consiste en un blocage complexe des cervicales  C0 à C4, et requiert une manipulation spéciale sur plusieurs séances.

Ce syndrome est une cause de souffrance importante chez le bébé et ne s’améliore pas avec le temps car c’est un trouble de symétrie induits des vertèbres cervicales. Ce syndrome n’est donc pas une maladie mais une perturbation fonctionnelle de la jonction cranio-cervical entraînant des troubles de la posture.

Deux liens explicatifs à ce sujet

Le site de l’association kiss, très complet https://asso-kiss.fr/le-syndrome-kiss/

L’article de la leche league https://www.lllfrance.org/1828-une-cause-de-souffrances-meconnue-le-syndrome-de-kiss

Cela affecte considérablement sa qualité de vie, causant des douleurs, des pleurs, de l’inconfort pour bébé et des difficultés à se mouvoir, dormir, téter, prendre du poids.

 

  1. Témoignages

Quand la recherche témoigne pour la chiropraxie : une série d’études sur les effets bénéfiques de la chiropraxie (en anglais)

http://icpa4kids.org/Chiropractic-Research/ 

 

Femme enceinte

 J’ai consulté 3 fois pendant ma grossesse. ( 1 fois à chaque trimestre)

Les 2 premières fois, c’était pour m’aider car j’ai des problèmes de dos et avec la grossesse ça risquait de s’accentuer. ( grâce à ces séances, plus de douleurs) et la troisième séance était pour retourner le bébé car elle était en siège. Il m’a manipulé de manière très douce au niveau de l’aine afin de libérer le passage pour que le bébé se retourne (ce qu’elle a fait le soir-même!!) Il m’avait dit qu’une autre séance pourrait être nécessaire si bébé bougeait encore mais finalement elle est resté bien placée. Je n’y suis pas encore revenue car il ne manipule pas les petits bébés. Mais j’y retournerai très certainement pour moi dès que j’en aurai besoin ou quand ma fille sera plus grande.  Olivia

 

Bébé – suspicion de kiss

J’y suis allée car suspicion de KISS (bébé agité qui n’ouvrait pas grand la bouche et la tête qui était bloquée). Ca s’est très bien passé, un professionnel à mon écoute (j’étais un peu angoissée). Je l’ai appelé et il m’a demandé de ramener un certificat médical. Quand je suis arrivée il m’a dit que si c’était un Kiss il ne manipulerait pas le jour même car il voulait prendre son temps et faire un bon diagnostic. Il m’a questionné sur la grossesse et sur la naissance. Je lui ai dit que mon fils a dû être manipulé à la naissance car sa tête ne regardait pas vers le haut comme il aurait dû mais vers le bas, il avait le cordon autour du cou et il était resté bloqué dans le bassin. Ensuite il l’a ausculté il a trouvé quelques cervicales bloquées. Il a regardé sa mâchoire après avoir manipulé ses cervicales. En fait c’était à cause du blocage que sa mâchoire n’était pas bien ouverte. Puis il a voulu vérifier ses hanches. Il y avait un petit souci qu’il a réglé. Tout de suite après la séance je l’ai mis au sein… et magie il était plus apaisé et ouvrait bien la bouche !’ Aurélie

 

Bébé kiss

‘Chiropracteur dit la conseillère en lactation ibclc, euh oui mais je ne connais même pas ce que c’est… votre fille tète mal au sein gauche et plusieurs signes apparents qui lui faisaient penser au syndrome de kiss. J’ai pris un rdv et là, surprise elle me prend tout de suite le lendemain à la première heure. Elle m’explique tous ces faits et gestes et me confirme le syndrome qui est bien présent. Ma fille toute calme jusqu’au moment où elle se met à travailler sur les points bloqués (de tête cervicale c2 et c3 ou c3 et c4 je ne me souviens plus sur le coup). Ma fille hurlait je ne savais même plus comment faire pour la calmer… mal au coeur de la voir dans cet état. Elle a fait 3 séances et je voyais des améliorations dès la première séance de faite. Depuis je ne l’ai plus revu mais j’y retournerais si autre souci et ne compte plus aller ailleurs.’ Elodie

 

Coliques

Alors j’ai emmené ma fille voir un chiro elle avait 2 mois à peu près. C’était sous les conseils d’une amie qui y a été pour son fils et pour elle. J’y suis allé pour les coliques de ma fille car rien ne la soulageait. Je suis tombé sur un chiro jeune et super sympa. Il m’a manipulé et manipulé la petite. Elle avait plusieurs blocages présents. Il m’a dit qu’elle allait beaucoup pleurer pendant deux jours et qu’ensuite les coliques ça irait mieux. On a passé deux jours horribles. Elle pleurait énormément et le papa m’a même dit tu ne la ramènes plus la bas c’est de la connerie (il n’aime pas vraiment ces choses là ). Mais deux jours plus tard c’était un autre bébé elle était calme plus de coliques plus rien. Je l’ai ramène 4 fois à peu près. Souvent les gens qui n’y croient pas je leur raconte qu’une fois mon bébé l’a regardé en fronçant les sourcils il m’a dit ce n’est pas normal qu’un bébé fasse ce regard il y a quelque chose qui ne va pas, qui la gêne. Il l’a manipulé et depuis ce jour elle n’a plus jamais refait ce regard en fronçant les sourcils. Enfin je suis une adepte du chiropracteur. ». Romann

 

RGO

Je suis allée voir un chiropracteur car mon bébé a un RGO. J’ai donc été en voir un en dernier recours en espérant que celui-ci serait enfin ma solution miracle. J’ai décidé d’aller le voir car j’étais littéralement en détresse fasse à la souffrance de mon bébé! la séance à durée une bonne heure. Le chiropracteur m’a posé diverses questions : “L’accouchement s’est il bien passé ? la grossesse ? des difficultés particulière avec bébé ? des reflux ? etc ..” les questions basiques pour connaitre un peu la situation. Je sentais que mon bébé était bloqué au niveau de la nuque, je lui ai donc dit et il m’a confirmé que oui il était bien bloqué. Il a travaillé sur beaucoup de point et avec beaucoup plus de douceur !! mon bébé n’a pratiquement pas pleuré. J’ai retrouvé un bébé plus apaisé suite à cette séance ! et pourtant il a eu une bronchiolite la semaine suivante mais je voyais tout de même une nette amélioration. De plus la séance est moins chère qu’une séance d’ostéopathie. Une seule séance à suffit à résoudre les problèmes de mon bébé. » Ophélie

 

Bébé avec un frein de langue de type 4

«J’avais un bébé qui ne savait pas téter. Suite à la frenétomie, sa langue a été libérée et il a été capable d’ouvrir grand la bouche et d’améliorer sa succion. Mais sa langue restait peu mobile, et il me pinçait alors qu’auparavant je n’avais pas de douleurs pendant les tétées car il prenait moins bien le sein. Suite à la première séance de chiropraxie, durant laquelle la praticienne est venue travailler sur le crâne (légère plagiocéphalie,) les cervicales (blocages), la mâchoire, la langue et le reste du corps, c’est un bébé transforme que j’ai retrouvé. Capable de se mettre en boule et de s’attraper les pieds, avec une succion bien plus efficace et une langue mobile, et il ne me faisait plus mal lors des tétées. Une deuxième séance de révision était à prévoir, et je recevais des conseils pour la posture de mon bébé. Je ressortais convaincue des bienfaits de la chiropraxie. »  Maman Lune

 

Liens

Page d’Axelle Camus Chiropracteur https://www.facebook.com/axellecamus.chiropracteurtoulonlacrau.9

Site d’un chiropracteur http://vertebre.com/

Lien vers les résultats de recherche sur les effets de la chiropraxie http://icpa4kids.org/Chiropractic-Research/

Effets sur les migraines et tensions http://www.paris-chiropratique.com/Articles/Chiropraxie-cephalee-tension.html

un article de slate sur la chiropraxie http://m.slate.fr/story/66615/lombalgie-mal-dos-chiropraxie-chiropratique

This entry was posted in Allaitement, Santé et alimentation. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *