Frénotomies complètes et incomplètes

avertissement : Je ne suis ni docteur, ni pédiatre, ni sage-femme, ni consultante en lactation, ni professionnelle de la santé,  je suis une maman. ce site ne rapporte pas d’argent et l’information y est proposée à titre gratuit.

Il existe plusieurs configuration de freins et  et plusieurs termes pour en désigner la coupe :

Frénotomie – retirer une partie du frein

Frenectomie/ Frenuloplastie : retirer le frein intégralement, ablation

Il existe de nombreux professionnels qui ne maîtrisant pas l’anatomie du frein réalisent des entailles ou frénotomies partielles, laissant une partie du frein intacte. Un article de l’ORL Ghaheri sur les freins postérieurs et l’importance de la plaie lors de la frénotomie.

Lors de la cicatrisation, les parties restantes vont naturellement se réattacher pour reformer ce qui existait auparavant. un article sur le réattachement : ici

Les frénotomies partielles ne permettent pas de récupérer suffisamment de mobilité linguale et au contraire favorisent un réattachement. Il est donc préférable pour éviter un échec ou de multiples interventions sur un bébé de préférer un praticien réalisant des frénotomies complètes.

article sur la frénotomie : ici.

Posted in Non classé | Leave a comment

Différentes configurations de freins restrictifs

avertissement : Je ne suis ni docteur, ni pédiatre, ni sage-femme, ni consultante en lactation, ni professionnelle de la santé,  je suis une maman. ce site ne rapporte pas d’argent et l’information y est proposée à titre gratuit.

un article sur la frénotomie : ici

un article sur l’anatomie du frein : ici

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Frénotomie à la maternité

avertissement : Je ne suis ni docteur, ni pédiatre, ni sage-femme, ni consultante en lactation, ni professionnelle de la santé,  je suis une maman. ce site ne rapporte pas d’argent et l’information y est proposée à titre gratuit.

Il est rare que les freins soient examinés à la maternité. Les professionnels qui exercent dans ce type d’établissement ne reçoivent généralement aucune formation sur ce sujet malgré l’impact que ceux-ci peuvent avoir sur l’allaitement et au cours de la vie.

Il arrive parfois qu’un frein de langue restrictif avec une configuration antérieure bien visible (une attache du bout de la langue à la gencive) soit identifié et qu’une frénotomie soit proposée. Celle-ci n’occasionne pas une plaie en forme de losange ou diamant. Cette frénotomie ne peut pas être préparée, et ne suppose pas de soins de la plaie. Elle n’est pas ‘complète’ car uniquement la partie évidente du frein est coupée.

Cependant elle peut améliorer les conditions de l’allaitement et pour cette raison, elle peut être envisageable voire nécessaire, en attendant une évaluation plus approfondie de la fonctionnalité de la langue et une réelle évaluation des freins

En résumé, la frénotomie à la maternité
– Elle est partielle, mais peut aider l’allaitement, la fonction de la langue.
– Elle ne suppose pas de soins car pas de plaie en losange/diamant.
– Elle peut être bénéfique.
– dès que possible emmener bébé chez un chiropracteur orienté en pédiatrie pour la prise en charge des tensions.
– Il est important de faire une évaluation approfondie des freins par la suite.

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Réattachement post frénotomie

avertissement : Je ne suis ni docteur, ni pédiatre, ni sage-femme, ni consultante en lactation, ni professionnelle de la santé,  je suis une maman. ce site ne rapporte pas d’argent et l’information y est proposée à titre gratuit.

L’objectif d’une frénotomie est de libérer la langue et d’obtenir une meilleure mobilité de celle-ci afin qu’elle puisse réaliser ses fonctions (téter, déglutir, se coller au palais etc).

Il arrive cependant que la frénotomie ne soit pas un succès, que le frein se ré-attache, que la langue continue d’être restreinte et que les symptômes réapparaissent.

Des photos d’exemples de réattachement en fin d’article.

Voici des facteurs de réattachement (liste non exhaustive) :

  • La frénotomie n’est pas complète : le praticien coupe le frein mais partiellement, il en reste, ou bien il ne coupe pas suffisamment de muqueuse pour permettre de libérer la langue et le frein se reforme comme il était auparavant en repartant de ce qu’il ‘reste’ du frein. Exemple de plaies post frénotomie : ici.
  • L’absence de préparation et la présence de trop de tensions: les muscles, le système de compensation doivent être relâchés pour permettre à la frénotomie d’être profonde, et que le corps ne se précipite pas pour cicatriser sous la tension. Articles sur la thérapie manuelle de la dentiste Marjan Jones : ici, et l’importance de la tension musculaire de l’ORL Ghaheri : ici.
  • L’absence de soins réguliers toutes les 3h jour et nuit après la frénotomie : la cicatrisation va se faire au plus rapide, et le frein peut se reformer exactement comme il était. Les soins permettent de mettre en place ce que l’on appelle une cicatrisation ‘active’. Articleq sur le protocole de soins post fréno de l’ORL Ghaheri : ici, et l’importance de la cicatrisation de l’ORL Ghaheri : ici.
  • Des soins inadaptés avec mauvais positionnement des doigts : c’est pour cette raison qu’un suivi régulier avec un professionnel compétent pour vérifier la cicatrisation et la manière de faire les soins est important. Idéalement il faut que le professionnel qui ait coupé puisse suivre l’évolution de la plaie en l’examinant et observer la manière dont elle cicatrise.
  • L’absence de suivi en chiropraxie en suivi post frénotomie : le corps remet en place de nouvelle compensation, la cicatrisation peut être asymétrique etc.  Articles sur la thérapie manuelle de la dentiste Marjan Jones : ici, et l’importance de la tension musculaire de l’ORL Ghaheri : ici.
  • Un système immunitaire en alerte qui va se précipiter pour refermer la plaie qui non refermée est un centre de vulnérabilité. Les allergies, les vaccins, toute source de stress, changement de repères peut agir sur la cicatrisation. Il est important de s’occuper de tout ce qu’il y a autour du frein. Il est préférable d’éviter les déplacements, sorties pendant la période de cicatrisation, ce n’est pas non plus le moment pour partir en vacances, allez à des fêtes, grands rassemblements, mais de laisser son bébé au calme et en sécurité sans changer ses repères.
  • L’acidité de la salive en cas de RGO peut favoriser une cicatrisation plus rapide.
  • L’utilisation d’une tétine qui maintient la langue en position basse et augmente le risque de réattachement en gênant la mobilité et en empêchant un positionnement idéal (langue contre le palais).
  • Le manque de mobilité de la langue, qui malgré la frénotomie, ne bouge pas assez car elle n’a pas récupéré de fonction. C’est pour cela qu’il faut la stimuler le plus possible avec des jeux, jouets, entreprendre une rééducation avec un kinésithérapeute / orthophoniste formé en amont.

La frénotomie n’est qu’une petite étape au sein d’un long processus qui doit être réfléchi et mûrement pensé.

Article sur la frénotomie chez les bébés : ici.

 

un autre bébé.

 

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Origine des freins restrictifs

Explication traduite de
http://www.myomentor.com/new-blog/2017/6/16/epigenetics-and-tongue-tie

“L’idée erronée répandue est que le MTHFR cause le frein de langue. C’est un facteur considérable dans les freins restrictifs mais pas la cause directe en soi. Jennifer Tow, IBCLC, OMT, et Dr Ben Lynch travaillaient ensemble et se sont aperçus que beaucoup de bébés avec MTHFR avaient des freins restrictifs. En approfondissant leurs recherches ils ont découvert que ce n’était pas que l’expression génétique du MTHFR mais tout le système de méthylation et presque toujours un système digestif abimé (intestin perméable) qui étaient présents chez ces mères et donc leur bébés.

Comme expliqué jusque là, c’est un concept complexe. Ce n’est pas une formule mathématique A+B = C qu’on peut modifier afin d’avoir un résultat différent. Il y a des théories qui disent qu’on peut prendre des methylfolates pendant la grossesse pur éviter que le bébé ait des freins restrictifs. Cela n’a jamais été prouvé. (…) Ce qui a besoin de se passer pour que l’expression des gènes se modifie, c’est une guérison du  système en entier. Cela peut être réalisé en soignant la santé digestive, optimiser les chemins de méthylation en consommant des aliments et de l’eau sans substances synthétiques. Cela peut prendre des années et il y a beaucoup de facteurs sous-jacents que nous n’avons pas encore pris en considération. Cela mérite d’essayer. Mais dire que prendre une vitamine dans la bonne forme va permettre d’éviter un midline defect/défaut de la ligne médiane est se voiler la face.  Chercher et trouver les origines de la maladie et du dysfonctionnement est la seule manière de se sortir de cette problématique dans le futur.”

version originale
Posted in Non classé | Leave a comment

Livre ‘Frein de langue’ du dentiste Baxter

Quelques extraits et mots sur le livre ‘Frein de Langue’ du dentiste Baxter, traduit par l’orthophoniste Anne Solene Amblard.

livre qu’on peut se procurer ici (lien non affilié) :  France: https://www.amazon.fr/dp/1732508232/

 

symptômes de freins restrictifs : ici

Posted in Non classé | Leave a comment

Plagiocéphalies, autres malformations crâniennes et freins restrictifs

Extrait du livre ‘Frein de Langue’ du dentiste Baxter, traduit par l’orthophoniste Anne Solene Amblard.

livre qu’on peut se procurer ici (lien non affilié) :  France: https://www.amazon.fr/dp/1732508232/

Posted in Non classé | Leave a comment

Effets du reflux sur la respiration

Le reflux influence la manière dont nous respirons.
Voici quelques exemples :
– le reflux irrite les muqueuses respiratoires qui augmentent de volume et gênent le passage de l’air.
– la bouche s’ouvre pour compenser pour le manque d’air.
– La langue se place en position basse et non contre le palais.
– Le palais ne se développe pas correctement.
– Les amygdales et végétations sont sur stimulées et augmentent de volume, obstruant à leur tour les voies respiratoires.
il est donc judicieux de rechercher la cause du reflux.
un article sur la respiration : ici
un article sur la forme du palais : ici

Posted in Santé et alimentation | Leave a comment

Thérapie myofonctionnelle adaptée

le pouvoir de la langue : ici

symptômes de freins restrictifs chez les bébés : ici

symptômes de freins restrictifs chez l’adulte : ici

intérêt de la thérapie manuelle pré et post frénotomie : ici

frénotomie : ici

Posted in Non classé | Leave a comment

Couches et continence

Dès le début de la vie du bébé, il y a des urines et des selles que les parents peuvent choisir de gérer par

  • des couches jetables qu’il faut changer et jeter régulièrement (une catastrophe pour l’écologie au passage)
  • Des couches lavables qu’il faut changer et laver régulièrement (il reste à évaluer l’empreinte écologique en nombre de machines et décrassage, et produits utilisés)
  • l’hygiène naturelle infantile (hni), c’est à dire apprendre à reconnaître les signes que le bébé a envie d’uriner ou d’aller à la selle et l’emmener et le tenir en position physio (jambes relevées) au dessus d’un pot.  Le bébé n’a pas de couches et reste connecté à ses besoins, n’est jamais dans les urines ou ses selles.

La majorité des parents choisissent l’option 1 ou 2, des couches, pas que cela leur revienne moins cher mais parce que généralement autour d’eux on fonctionne de cette manière, ils ne savent même pas que l’option 3 existe, et puisque cela semble plus simple…

En mettant des couches, on déconnecte le bébé de son ressenti, car même en le changeant souvent, il va forcément passer du temps dans ses selles et urines. Il s’y habitue donc. Vers ses deux ou trois ans, naît dans la tête de l’adulte une nouvelle idée. Tiens, mais il serait peut être temps qu’il soit continent? Ça serait pratique non qu’il se passe de ses couches? Des économies, être bien vu par les autres adultes de la famille qui commencent à faire des réflexions, avoir l’impression d’accomplir quelque chose. De servir à quelque chose.

Il y a juste un problème. La continence ne s’apprend pas. Ce n’est pas une formule magique, ni un entraînement.
On a désappris au cerveau de se connecter. Il va falloir maintenant qu’en ses propres termes il retrouve le chemin.Ce n’est pas juste une question de savoir monter les marches ou de sphincter. C’est un processus complexe où le corps doit s’allier à l’esprit. Où sont en jeu des représentations, des aspects psychiques, d’éventuels blocages, gênes, de confiance, de sécurité, de laisser aller…L’enfant pas à l’aise va se retenir, refuser de se laisser aller, où se laisser aller  n’importe où.

Et on lui dit ‘ce n’est pas comme ça’. Il faut t’asseoir ici et faire comme ça. On le déshabille, on le laisse faire pipi sur le sol en pensant lui faire comprendre. On le gronde parfois.

On lui dit qu’il est grand et qu’il faut passer à autre chose…alors que c’est nous qui lui avons enseigné cela en lui faisant porter des couches, cela pour notre propre confort. C’est nous qui voulons passer à autre chose, selon notre rythme propre, sans penser à celui du bébé.

Mais s’il n’est pas prêt, il ne passera pas à autre chose. Peu importe la pression, la peur, les récompenses, les encouragements. Les connexions nerveuses se feront en leur temps.

En attendant on peut accompagner, verbaliser, dédramatiser.

Accompagner:

à la maison :

  • en créant un espace toilettes où l’enfant se sent en sécurité, à l’aise, où il peut aller à sa guise, lui proposer d’y aller.
  • Pas de propos méchants ou humiliants, ni de comparaison. Chaque enfant est unique et va à son rythme.
  • En expliquant à son enfant à quoi sert son sexe et son anus. Que c’est valable pour tout le monde. Ne pas faire de drame des accidents.
  • Lire ensemble des livres pour enfants sur le sujet. En général cela les passionne.
  • Usage de culottes d’apprentissage lavables pour veiller au confort de l’enfant, lui permettre des accidents mais à la fois de la souplesse d’un habit. @mumandthegangbysteph suggère les bambino mio.

à l’école :

  • en ne refusant jamais un passage aux toilettes.
  • Pas de propos méchants ou humiliants, ni de comparaison. Chaque enfant est unique et va à son rythme.
  • On peut aussi utiliser des culottes dites d’apprentissage qui absorberont une partie des urines et éviteront que tous les vêtements soient trempés. Par exemple celles de la marque bambino mio lavable en machine à 40 degrés.
  • En mettant autant de changes que nécessaires dans le sac.
  • En dédramatisant.
  • Par ailleurs il n’existe aucune loi stipulant que la couche soit interdite, c’est l’inverse, refuser un enfant parce qu’il n’est pas continent rentre dans le cadre de discrimination.

 

Pistes physiologiques : travailler le réflexe de spinal de galant. Non intégré il peut contribuer aux difficultés à se retenir, faire le point sur la santé digestive qui est en lien avec de nombreux muscles et donc la possibilité de contrôler ou non les sorties.

 
Posted in Non classé | Leave a comment