La chiropraxie : pourquoi?

Il semble que la médecine classique continue d’avoir une attitude prudente, voire méfiante, ou pire dénigrante envers la chiropraxie. Pour ceux qui pensent que c’est une pratique obscure et qui manque de transparence, lire l’arrêté sur la formation de chiropraxie datant de 2018 mis en lien en fin de post. Elle développe tous les points avec précision.
 
Pour rappel, ils la connaissent très mal. Et c’est une vieille querelle de principes entre médecine pure qui se considère supérieure et les professions de médecine dites ‘alternatives’.
 
La chiropraxie est une pratique très encadrée par la loi, dont la formation permet de lister avec précision les gestes autorisés.
 
Cette formation se fait en 5 années à temps plein, et comprend entre autres des cours d’anatomie, des dissections, des stages cliniques.
 
Il y a une seule école de chiropraxie en france, elle a un campus à paris et un à toulouse. Un chiropracteur diplomé en France peut pratiquer la chiropraxie partout dans le monde.
 
La formation est en effet uniformisée pour correspondre à des standards qui ont été établis comme similaires partout dans le monde.
 
Le risque zéro n’existe pas. La santé est une chose précieuse. Délicate. Qui mérite des soins précis et adaptés. Les gestes doivent être précédés d’un examen complet du patient, et être fait de manière responsable et considérée.
 
Chaque bébé est unique, chacun de ses soucis de santé l’est. Il existe différents praticiens et différentes approches, mais le sérieux et leur préoccupations pour la santé les rassemble.
 
Alors avoir peur des chiropracteurs?
 
La grossesse, le manque de mobilité de la mère, son asymétrie, pathologies pendant celle ci, une naissance ‘compliquée’, une césarienne, naissance précipitée, longue, médicalisée, l’utilisation de ventouse, forceps, ou autre manoeuvre pour retourner le bébé, les soins post accouchement, peuvent laisser des traces considérables sur le corps du bébé. Ces traces peuvent impacter la qualité de vie, le bien être, les avancées motrices, le développement cérébral du bébé et tout son futur.
 
Comment la médecine classique nous aide-t-elle face à ces problématiques?
Il est rare pour commencer qu’elle soit en mesure de détecter et d’anticiper ces phénomènes.
Ensuite, hormis les antalgiques et le temps?
Le temps n’est pas le grand sauveur, il ne règle pas les tensions physiques seul. les symptômes se transforment, le système de compensation change.
 
Qui peut prétendre qu’avec une subluxation, entorse des cervicales, plagiocéphalie ou autre déformation du crâne, asymétrie, un bébé doit attendre d’aller mieux? Que le temps suffira?
 
Que des ajustements mille fois plus doux que la force de la ventouse sont dangereux pour un bébé? Que des pressions précises font plus de mal qu’une manoeuvre qui a pour objectif de casser un os pour sortir le bébé de force?
 
La chiropraxie entre dans le corps par la colonne vertébrale et le système nerveux. Une subluxation ou un manque de mobilité causés par différents tels que le stress physique et émotionnel, des accidents, des positions peuvent avoir un impact sur le fonctionnement du corps. En restaurant un équilibre, de la mobilité, les nerfs peuvent alors fonctionner de manière optimale, permettre aux organes d’envoyer des informations au cerveau et au cerveau de communiquer avec eux.
 
Travailler ensemble, est-ce trop demander?
Ou faut-il se cantonner dans la peur et craindre ce que l’autre pourrait apporter de bon?
 
La chiropraxie et les bébés allaités : ici
 
Causes de tensions chez les bébés : ici
Liste de chiropracteurs : ici
Textes :
 
Formation en chiropraxie, document legifrance : ici
 
Agrément des établissements de formation en chiropraxie : ici
 
Arrêté sur la formation de chiropraxie : détails sur toute l’organisation de celle-ci : ici
 
Posted in Non classé | Leave a comment

Allaiter un bébé allergique

Le lait maternel contient des traces des aliments ingérés par la mère, certains peuvent être irritants si le bébé est allergique.

Dans aucun cas cela ne justifie de passer aux préparations commerciales pour nourrissons. Elles ne sont pas adaptées à la flore digestive, besoins nutritifs. Elles sont potentiellement irritantes et contiennent toujours au moins des traces d’allergènes (ex une préparation sans maïs n’existe pas).

Dans ce cas l’idéal est de trouver les allergènes en cause et de les supprimer de son alimentation et de l’alimentation du bébé s’il est diversifié. Le lait maternel a des propriétés irremplaçables qui permettent au système digestif et au système immunitaire de se développer correctement. Il contient de très nombreuses souches de bonnes bactéries qui protègent le bébé, et des protéines complexes.

un groupe de soutien dans le cas d’allergies : ici

Pourquoi tant d’allergies : ici
un point sur les allergies immédiates, retardées, et intolérances :  ici
un article rédigé en collaboration avec un allergologue sur les allergies retardées et les intolérances : ici
Eviction des protéines de lait de vache : ici
Eviction du gluten : ici

Fiabilité des tests

A l’heure actuelle les tests allergiques ne sont pas fiables à 100% et ne permettent pas d’écarter avec certitude une allergie même immédiate :

  • les prises de sang ne sont pas fiables à 100% en particulier, il y a deux types d’antigènes recherchés en fonction de si l’allergie est suspectée être immédiate ou retardée.
  • les prick tests ne sont réalisés qu’à partir de fioles qui contiennent les protéines synthétisés mais non la protéine ‘naturelle’. On pique la peau du patient et laisse couler une goutte. On observe ensuite la réaction.
  • Les patch tests : l’aliment est placé directement sur la peau sous un pansement et laissé 48h. Lorsque l’on retire les patch, on observe la réaction de la peau.

On s’appuie sur les symptomes clinique et on enquête à l’aide d’un journal alimentaire, et on met en place des évictions des allergènes suspectés en équilibrant son alimentation.

Il existe différents types d’allergies :

  • les allergies immédiates qui provoquent une réaction immédiate des IgE et peuvent causer un œdème de quincke et donc la mort,
  • allergies retardées qui ne mettent pas les jours de la personne en danger, et dont les symptômes peuvent apparaître en décalé avec le contact à l’allergène.
  • Les intolérances : souvent liées à des déficits enzymatiques et des symptômes digestifs essentiellement, elles peuvent cependant avoir de grave conséquences comme c’est le cas de l’intolérance au gluten.

 

Probiotiques

Donner des probiotiques à un bébé allaité est inutile voire néfaste. Cela revient à diversifier, les probiotiques du commerce sont des ‘fabrications’ et comportent de nombreux ingrédients non mentionnés qui peuvent être eux-mêmes des allergènes et irriter le système digestif (lactose, gluten etc). Ce sont de purs produits marketing.

 

Diversification

De même diversifier un bébé prématurément favorise les allergies puisque cela irrite son système digestif et déséquilibre son microbiote (oui les industriels prétendent le contraire à l’aide d’études qu’ils ont eux mêmes financé).

 

En cas d’oedème

Une première réaction nécessite une consultation médicale le plus rapidement possible. Il faut parfois s’équiper d’un epipen car la deuxième réaction peut être plus fort. L’epipen contient de l’adrénaline qui permet de contrer la réaction allergique.

 

bébé non allaité

Au cas où le bébé n’est pas allaité, il est nécessaire de savoir que les préparations commerciales pour nourrissons avec les protéines hydrolisées ne suffisent pas, il est nécessaire de prendre une préparation qui ne contient pas du tout l’allergène et de toujours être vigilant à la composition de la préparation.

 

Symptômes d’allergies chez un bébé allaité

  • comportement au sein : refus du sein, grèves, écourte les tétées parce que le lait ‘brûle’, ou inversement tète très souvent pour calmer le reflux. Le bébé peut s’énerver, se tortiller, se cambrer. (avec les bébés qui prennent des préparations commerciales pour nourrissons : pleurs lors de la prise du biberon, après la prise, hurlements, ne finissent pas le biberon, se raidissent, refus de s’alimenter, ou au contraire des bébés qui engloutissent de très grosses quantités pour calmer leur reflux.)
  • pleurs : crise de pleurs, hurlements, des fois ils sont plus forts la nuit et après les tétées mais cela peut être tout le temps. Un bébé peut aussi être très calme si en économie d’énergie
  • sommeil : bébé qui ne dort pas en journée ou très peu, à des difficultés d’endormissement le soir, s’agite, et qui peut se réveiller toutes les heures la nuit à cause du reflux et de l’inconfort. Il peut se réveiller en hurlant. Inversement un bébé allergique peut être épuisé et dormir tout le temps.
  • tensions physiques : le bébé peut se cambrer, refuser d’être porté, sembler raide, dormir en hyper extension, le bassin en l’air, ou dans d’autres positions figées qui lui permettent de soulager son inconfort.  Bébé qui n’aime pas vraiment la position allongée.
  • problèmes cutanés : eczéma, dermatite atopique, urticaire, acné du nourrisson, érythème toxique, dartre, rougeurs, autres types de boutons . La peau est un organe émonctoire qui a pour but de filtrer ce que l’organisme ne tolère pas  et de l’aider à évacuer.
  • sphère oro-faciale : reflux et régurgitations visibles, parfois en jet, mais aussi reflux interne invisible avec des raclements, toux, ronflements,  mauvaise haleine,
  • infections orl fréquentes : rhumes, otites, pharyngites, sinusites etc. Les amygdales et végétations finissent par être inflammées.  Les allergies alimentaires et respiratoires peuvent causer des  difficultés à respirer, le reflux et l’inflammation des organes défenseurs restreint l’espace des voies respiratoires.                        
  • sphère oro-faciale : reflux et régurgitations visibles, parfois en jet, mais aussi reflux interne invisible avec des raclements, toux, ronflements, mauvaise haleine, infections orl fréquentes : rhumes, otites, pharyngites, sinusites etc. Les amygdales et végétations finissent par être inflammées. Les allergies alimentaires et respiratoires peuvent causer des difficultés à respirer, le reflux et l’inflammation des organes défenseurs restreint l’espace des voies respiratoires.
  • problèmes digestifs : ballonnements, douleurs, ventre dur, gaz malodorants, candidose, brûlures et picotements et fissures anales.
  • selles : selles glaireuses, brillantes, ou d’autres consistances inhabituelles, avec du sang, malodorantes, constipation, diarrhées.
  • prise de poids: cassure dans la courbe, ralentissement de la courbe de taille et poids, bébé qui me prend pas de poids ou inversement qui prend du poids de manière  fulgurante (rétention d’eau, œdèmes).
  • carences et fatigue : On peut aussi noter des carences lors de prise de sang en fer ou autres minéraux essentiels car la paroi digestive est tellement inflammée qu’elle ne les assimile plus, et/ou saigne. A terme cela affecte le fonctionnement des organes.
  • oedèmes de quincke : ils peuvent entraîner la mort (allergies immédiates)

Lors de la diversification : aliments qui piquent dans la bouche, rejet de certains aliments, comportement semblable aux troubles de l’oralité, vomissements et symptômes ci-dessus.

 

Que faire lorsqu’on suspecte une allergie?

Faire une éviction des PLV et croisés. Beaucoup de bébés y réagissent. Et même si bébé n’y est pas allergique, c’est très irritant, donc une éviction peut améliorer les choses. Il faut compter 4 à 6 semaines d’éviction stricte pour commencer à voir une amélioration.

Tenir un journal alimentaire. Car ça peut être les plv mais ça peut aussi être autre chose. Ça peut permettre d’identifier un ou plusieurs aliments auxquels bébé réagit. Sur une double page pour chaque jour, on met tous les aliments sur une page, sur l’autre page on indique l’état de la peau, le sommeil, l’état des selles, le reflux, le comportement, la respiration, les infections orl, bref tout ce qu’on peut observer et relier à une intolérance alimentaire. Plv, protéine bovine et soja c’est très courant mais il y en a d’autres auxquelles on ne pense pas (oeufs, moutarde, légumineuses, maïs, tomates, sulfites, gluten,…). Le corps qui ne tolère pas directement (diversification) ou indirectement (via le lait maternel) peut l’exprimer de différentes façons comme une douleur provoquant des tensions.  Il faut plusieurs jours voir semaine pour trouver le/les aliment(s) en cause.

Voir un allergologue pour réaliser prick tests et patchs tests. Si possible un allergologue qui utilise de vrais aliments pour faire les tests, et pas des produits de synthèse en flacons. Les résultats sont plus fiables ainsi.

rejoindre le groupe sur les allergies. Il y a pleins de super conseils sur comment tenir et analyser un journal alimentaire, comment déchiffrer les étiquettes des produits, des idées de recettes sans allergènes etc. Voilà le lien vers le groupe : https://www.facebook.com/groups/1920904058213269/

 

Témoignage de Julia

Bébé a 8 mois et depuis maintenant 1 mois, pour la première fois depuis sa naissance, elle ne refuse plus le sein (bon sauf lorsqu’elle sort une dent mais c’est différent). Elle fait de belles, efficaces et longues tétées, même lorsque nous sommes à l’extérieur de la maison, qu’il y a du monde, du bruit etc ❤️

Pour le contexte, bébé avec eczéma purulent, des selles liquides et glaireuses, RGO interne +++ (aussi freins restrictifs et Kiss mais c’est un autre sujet). 10mn de sommeil le matin, 10mn l’après-midi et 2 ou 3h entrecoupées la nuit avec bébé debout sur moi qui devait dormir assise sur le canapé. Œsophagite, pleurs, hurlements de douleur du matin au soir… Je remercie tellement les mamans qu’on a croisées sur notre route et qui nous ont mises sur la piste des allergies ! Si on avait écouté les pédiatres, gastropédiatres et autres médecins… « C’est physiologique », « Ça passera avec la marche », « L’eczéma c’est héréditaire y’a rien à faire »… on y serait encore !

La première éviction mise en place dans mon alimentation a été celle du maïs (amidon, maltitol, sorbitol, sirop de glucose etc), suite à la prescription de l’Inexium. Bébé l’a hyper mal toléré, on a dû l’arrêter au bout de 2 jours ce qui a mis sur la piste car il contient du maïs. Après seulement 4 jours d’éviction du maïs, l’eczéma purulent qu’elle avait depuis sa naissance a entièrement disparu. Elle a commencé à faire de petites siestes la journée qui se sont allongées au fur et à mesure et petit à petit nous avons pu aller enfin dormir au lit la nuit, avec bébé allongée sur moi et plusieurs coussins sous mon dos pour être bien surélevées.

Mais malgré ça, les tétées restaient horriblement compliquées et bien sûr notre quotidien aussi. Bébé refusait très souvent de téter, ou alors avalait quelques gouttes et décrochait plusieurs dizaines de fois par tétées. J’ai mis très longtemps à comprendre que c’était une forme de grève, que mon lait la brûlait, que je continuais à manger quelque chose qui ne passait pas. On a donc consulté un allergologue. Mais prick tests négatifs, et refus de poser des patchs tests car soit disant ça ne se pratique pas avant plusieurs années. Heureusement, on a appris (encore par des mamans) que l’utilisation de produits synthétiques en flacons présente des résultats moins fiables que l’utilisation de produits alimentaires bruts. Donc on a fait refaire des tests, avec cette fois-ci de vrais aliments. Résultats, bébé allergique immédiate à œuf +++, vache ++, soja ++ et bien sûr retardée à maïs comme on le savait depuis plusieurs mois. En parallèle, on a voulu commencer la diversification à 7 mois, mais bébé a fait une grosse réaction au premier aliment qu’on lui a donné, la banane. Retour de l’eczéma et du RGO +++.

Depuis un mois, en plus du maïs, je suis donc en éviction œuf et banane (je ne consomme pas de vache, croisés et soja depuis quelques années à cause de problèmes d’estomac donc ces évictions là étaient déjà en cours). Et le changement est impressionnant. Bébé dort sur le dos la nuit, commence d’elle même à jouer quelques minutes sur le dos la journée et surtout s’alimente avec plaisir, sans gêne, sans douleurs, sans brûlures ! On est pas encore sortis d’affaire, on a des doutes sur plusieurs aliments que je ne consomme pas car on pense qu’elle y réagit. On verra avec les patchs tests dans un mois. La diversification est en pause et sera un gros sujet. Mais quand je repense à tous les mois qui se sont écoulés, aujourd’hui ça va tellement mieux ! J’espère qu’on est sur la bonne voie et que ça continuera comme ça.”

 

aliments pour le patch test

 

préparation du patch test

 

Pose du patch test

 

 

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Le manque d’oxygène

Le manque d’oxygène prive le cerveau de son carburant essentiel et occasionne des conséquences pour le fonctionnement de tout le corps.

Symptômes du manque d’oxygène chez un bébé

  • posture en hyper extension pour dormir
  • Réveils très fréquents
  • Grincements des dents
  • Se réveille en hurlant
  • Pleurs et agitations
  • Irritabilité et fatigue
  • Faiblesse immunitaire
  • Apnée du sommeil

Symptômes de manque d’oxygène chez un enfant et un adulte

  • Hyperactivité, difficultés à se concentrer, troubles de l’attention
  • Posture en hyper extension pour dormir
  • Grincements des dents
  • Réveils fréquents
  • Se réveille en hurlant
  • Posture debout avec inclinaison du cou vers l’avant (upper cross syndrome)
  • Irritabilité et fatigue générale
  • Syndrome des jambes agitées
  • Insuffisance cardiaque
  • Faiblesse immunitaire
  • Dysfonctionnement des organes qui sont en sous-régime
  • Apnée du sommeil
  • AVC : accident vasculaire cérébral
  • Epilepsie et autres pathologies touchant le cerveau

 

      Facteurs causant des voies respiratoires restreintes

Le non-allaitement : être allaité permet à la bouche de se développer de manière optimale. La langue mobile, il y a une musculation des muscles fasciaux, la mâchoire s’agrandit, le palais se développe dans la largeur, cela favorise l’acquisition de la déglutition mâture. Il est question d’allaiter plusieurs années pour les meilleurs résultats. Les tétines et le pouce ont un effet négatif sur ce développement.

Absence de mastication : la consommation d’aliments à mastiquer favorise le développement de la mâchoire. Chaque mastication y contribue. A l’opposé, consommé des aliments mous,liquides, sos forme de purée par exemple ne permet pas cette mastication.

Frein de langue restrictif, et autres freins buccaux et labiaux
qui causent un sous développement de la mâchoire et un palais étroit

Des malformations crâniennes ou de la gorge, certains syndromes peuvent également restreindre les voies respiratoires.

Allergies respiratoires : elles occasionnent une respiration pour la bouche, avec une langue qui se positionne en bas et occasionnent ainsi un sous développement de la mâchoire. Elles causent aussi une inflammation des amygdales et végétations qui causent un rétrécissement des voies respiratoires.

Allergies alimentaires : elles provoquent du reflux, une inflammation des amygdales et végétations.

Restriction physique : la mâchoire est sous développée, le menton est retrognathe, il y a  de la  malocclusion, le palais est creux et profond, du fait des freins et / ou allergies et / ou tensions.

Les différents facteurs peuvent être en lien et s’entretenir.

Le pouvoir de la langue : ici

langue, palais et respiration : ici

position de la langue et développement de la bouche : ici

palais : ici

freins  : ici

Posted in Non classé | Leave a comment

Contenants pour donner du lait

Un passage en revue des différents contenants, un point sur la confusion et les facteurs de confusion ici.

Posted in Non classé | Leave a comment

Préparations Commerciales pour Nourrissons ou Laits Artificiels?

Posted in Non classé | Leave a comment

Sommaire des réflexes

Un point sur les réflexes : ici

Réflexes en détails:
réflexe de peur paralysant / retrait
réflexe de Moro
réflexe de succion
réflexes des points cardinaux
réflexe de babkin
réflexe palmaire et plantaire
réflexe de babinski
réflexe de talonnage et pointage
réflexe tonique asymétrique du cou
réflexe Tonique symétrique du cou
réflexe spinal de galant
réflexe tonique du labyrinthe
réflexe de parachute

Information sensorielle et apprentissages : ici

Intégrer les réflexes et remédier aux difficultés d’apprentissage : ici

           

image de Kinésiologie pour enfants de Paul et Gail Dennison (1985)

 

 

Références et liens :

Reflexes, Learning and Behavior – A Window Into the Child’s Behavior de Sally Goddard (2002)

Retained Neonatal Reflexes Les Réflexes Néonataux Retenus – Une approche révolutionnaire pour la prise en chage ‘enfants souffrant de troubles du comportement et de difficultés d’apprentissage –  Livret d’accompagnement des Patients de Susan Walker (2013)

Maman, papa, j’y arrive pas ! comprendre et agir sur les causes physiologiques des difficultés scolaires et comportementales de son enfant de Marie-Claude Maisonneuve (2008)

Le Pouvoir des Réflexes à l’école – pourquoi nos enfants n’y arrivent pas, comment les aider de Emanuelle Sutherland (2019)

Brain Gym – le mouvement, clé de l’apprentissage de Paul Dennison et Gail Dennison (2010)

Brain Gym, bouger pour apprendre de Francine Dries (2017)

Kinésiologie pour enfants de Paul et Gail Dennison (1985)

Le site réflexes/ IMP https://www.reflexes.org/

Association français de réflexes et mouvements http://afrem.org/

Chiropracteurs formés aux réflexes https://www.retainedneonatalreflexes.com.au/fr/

Posted in Non classé | Leave a comment

Comment intégrer les réflexes et remédier aux difficultés d’apprentissage

Bébé, enfant, adulte, on peut se retrouver dans des situations d’apprentissages ou d’actions qui nous mettent en difficultés. Lire, comprendre, réaliser certaines actions, certaines tâches et cela peut s’expliquer par des émotions paralysant les fonctions cérébrales comme le stress, des organes sensoriels qui ne sont pas au maximum de leurs fonctions, un flux d’information interrompu, un mauvais échange entre l’hémisphère droit et l’hémisphère gauche du cerveau. En somme des neurones qui ne parviennent pas à se coordonner pour recueillir, traiter, enregistrer et réutiliser l’information.

Un point sur les réflexes : ici

13 réflexes en détail
réflexe de peur paralysant / retrait
réflexe de Moro
réflexe de succion
réflexes des points cardinaux
réflexe de babkin
réflexe palmaire et plantaire
réflexe de babinski
réflexe de talonnage et pointage
réflexe tonique asymétrique du cou
réflexe Tonique symétrique du cou
réflexe spinal de galant
réflexe tonique du labyrinthe
réflexe de parachute

Information sensorielle et apprentissages : ici

Comment y remédier ?

Il est possible de mobiliser le corps et de réaliser certains exercices qui vont faire travailler la vue, les membres, les sensations afin de construire une image plus juste de notre propre corps, de ses facultés et de réactiver une circulation optimale de l’information.

Il est nécessaire de s’assurer avant tout que la personne voit bien avec un ophtalmologue, entend bien  avec un ORL, a un sommeil réparateur et ne fait pas d’apnée. Si les sens ne sont pas en mesure de fonctionner correctement, les méthodes ci-dessous pourront ne pas permettre d’apporter des changements aux difficultés rencontrées. Il est nécessaire d’avoir une vision globale et de prendre en compte tous les facteurs physiologiques.

1. Sécurité et amour

2.Habitudes de vie

3. Chiropraxie

4. la musique et les sons

5. bercements rythmiques

6. mouvements et concepts de la brain gym

 

1. Sécurité et amour

Pour grandir, un bébé, un enfant, une personne a besoin de sécurité, c’est à dire un environnement rassurant, des relations sur lesquelles il peut compter, des personnes en qui il a confiance. C’est une base indispensable qui permet à son cerveau de développer de nouvelles ressources et d’étendre ses facultés. Ainsi, chaque épreuve rencontrée pourra être surmontée en s’appuyant sur ses forces intérieures qui construisent un être épanoui, rendu résilient par l’amour.

 2. Habitudes de vie 

Certaines habitudes de vie permettent de mobiliser le corps et de rétablir les fonctions de concentration,

Il est profitable de favoriser  les jeux libres, le mouvement quotidien (activités physiques, déplacements), les contacts avec le sol, sur le dos ou ventre qui stimulent le système vestibulaire. Également, instaurer des moments de stimulation tactile : toucher des objets, auditives : écouter de la musique etc.

Respirer, boire de l’eau, bailler pour détendre la mâchoire participent au relâchement et l’optimisation des facultés cognitives.

Pour les enfants et les adultes, éviter les écrans et écrans numériques le plus possible. Leur utilisation ne suppose pas de mouvements et d’intégration sensorielle comme une activité impliquant le corps.

Il est possible également de travailler la posture, la manière de s’asseoir, de se tenir debout.

Prendre soin de sa santé intestinale est aussi cruciale : consommer peu de sucres raffinés, d’aspartame, et de creuser du côté des allergies alimentaires et respiratoires en cas de fatigue, difficultés à se concentrer, hyperactivité, etc.

 

3. Chiropraxie

Faire un suivi chiropractique pour son enfant ou pour soi est une des clés pour permettre au corps de fonctionner de manière optimale. La chiropraxie utilise différents thechniques, dont des ajustements, pour remédier aux subluxations qui entrave les mouvements, et peuvent causer des dysfonctionnements très importants, une asymétrie physique et participer donc au déséquilibre.

Au cours de la vie, la vie in utéro, la naissance, et différents évènements ‘traumatiques’, le corps peut adopter des schémas de fonctionnement sous optimaux et la chiropraxie permet de se libérer de ses schémas et tensions.

Article sur la chiropraxie : ici

 

4. La musique et les sons

 

La musique est une très bonne thérapie. C’est un langage sans mot qui impose de l’ordre, du rythme, de la structure. Elle donne du sens. Elle peut etre comprise dans les niveaux les plus primitifs du cerveau La musique est l’un des premiers enseignants naturels. Le fœtus réagit à la musique in utéro.

« Le son n’est pas du son » (Steinbach, 1994).

« Le son est vibration, mouvement et énergie. Si l’on n’entend pas de son on perçoit du danger, parce qu’un monde totalement silencieux est un monde mort. Le son traverse tous les niveaux du cerveau et ne touche pas que l’oreille et le région vestibulaire mais aussi notre corps à travers la conduction osseuse. L’importance du son dans l’apprentissage est fondamentale. » (Sally Goddard 2002)

Le rythme commence dans le corps, c’est une fonction vestibulaire. La musique est une forme d’éducation en elle-même.

« pour les érudits médiévaux, l’arithmétique, la science du nombre était fondamentale. La musique était l’expression du nombre dans le temps, donnant la hauteur, durée, rythme, accentuation et l’accent pour les mots. Le langage régulé par le nombre est le chant. L’espace régulé par le nombre la géométrie. » (Sally Goddard, 2002)

Certaines fréquences sonores ont la capacité d’altérer les ondes cérébrales.

Il y a 4 types d’ondes cérébrales principales qui nous emmènent à travers nos cycles d’éveil et sommeil : relaxation et excitation, léthargie et créativité

  • Ondes beta (13-22 Hz) qui nous maintiennent dans un état alerte, focalisés sur notre environnement extérieur (il a été démontré que les ondes ne sont pas assez puissantes chez les enfants hyperactifs /qui ont des troubles de l’attention d’où leurs difficultés
  • Ondes alpha (8-12 Hz) activent des les phases de relaxation consciente comme les rêves éveillés
  • Ondes theta (4-7 Hz) sont actives à des moments de création optimale pendant les moments de méditation profonde et lorsqu’on s’endort
  • Ondes delta (0.5 – 3.5 Hz) se trouvent dans les phases les plus profondes du sommeil et dans les phases d’inconscience.

Certaines combinaisons de sons et rythmes peuvent reproduire et induire les fréquences qui sont actives dans le cas de certains états cérébraux. La musique et thérapie du son peuvent donc accorder le cerveau pour qu’il soit dans un état d’esprit désirable. On le fait de manière inconsciente lorsque l’on choisit de la musique à écouter.

 

4. Bercements rythmiques

Une articulation de mouvements spécifiques, organisé est pratiquée pendant 5 à 10mn par jour pendant 9 mois à 1 an. Ces mouvements se basent sur une connaissance précise (Institute for Neuro-Physiological Psychology au Royaume Uni et Suède). Il est important de ne pas surcharger la rééducation car l’enfant peut saturer.

Ils ont été utilisés par une thérapeute suédoise, Kerstin Linde, puis le médecin psychiatre  Harald Blomberg, suédois lui aussi.

Il a observé que les balancements avaient un rôle important et positif dans la maturation du cerveau, du tonus musculaire et de la posture.  Il les utilisait avec des enfants qui avaient des troubles de l’attention et d’hyperactivité. Ils joueraient sur l’activité du tronc cérébral et aideraient ainsi la relaxation, concentration et les apprentissages.

Ils se pratiquent seul ou à deux, sur le sol, pieds nus .Pas de surface trop moelleuse. Les mouvements doivent être fluides, faciles et répétés quotidiennement. On les retrouve ici www.reflexes.org

 

Le bercement par les pieds  (Moro, RTL, RTSC, RTAC, Galant, Babinski)

La personne s’allonge sur le sol, les bras contre son corps et elle relâche les tensions. L’autre personne se met au niveau de ses pieds et on berce la personne en poussant sur les pieds en direction de sa tête. Il faut faire l’exercice tant que la personne n’est pas détendue complètement et que certaines parties du corps ne bougent pas et ne suivent pas les mouvements du corps.

image extraite de Le Pouvoir des Réflexes à l’école – pourquoi nos enfants n’y arrivent pas, comment les aider de Emanuelle Sutherland (2019)

 

Bercements par les genoux (Moro, RTL, RTSC, RTAC, Galant, Perez)

De la même manière qu’avant la personne s’allonge sur le sol, et cette fois ci elle plie les genoux et la deuxième personne la berce en poussant sur ses genoux.

image extraite de Le Pouvoir des Réflexes à l’école – pourquoi nos enfants n’y arrivent pas, comment les aider de Emanuelle Sutherland (2019)

 

Bercement ventral actif

La personne se met sur le et se berce elle-même en se servant de ses pieds et ses mains. LE bercement a lieu de haut en bas.

image extraite de Le Pouvoir des Réflexes à l’école – pourquoi nos enfants n’y arrivent pas, comment les aider de Emanuelle Sutherland (2019)

 

Bercement sur le côté (Galant, Perez, redressement de la tête)

La personne se met sur le côté, comme en position latérale de sécurité mais avec les deux jambes pliées. La deuxième personne la berce en poussant sa hanche vers le sol.

image extraite de Le Pouvoir des Réflexes à l’école – pourquoi nos enfants n’y arrivent pas, comment les aider de Emanuelle Sutherland (2019)

 

Exercice du chat qui fait le gros dos

image extraite de Le Pouvoir des Réflexes à l’école – pourquoi nos enfants n’y arrivent pas, comment les aider de Emanuelle Sutherland (2019)

5. La brain gym

C’est un ensemble de 26 activités, créées par de Paul Dennison et Gail Dennison dans les années 80. Elles s’inscrivent dans un concept d’éducation kinesthésique afin de développer le potentiel des enfants et des adultes. C’est plus une philosophie qu’une méthode et on y retrouve aussi des informations sur les habitudes quotidiennes, l’état d’esprit.

image extraite de Brain Gym – le mouvement, clé de l’apprentissage de Paul Dennison et Gail Dennison (2010)

Les activités sont des mouvements qui stimulent l’activité cérébrale, optimisent l’apprentissage, contribuent à la gestion des émotions et à la régulation du stress.

Elles permettent de prendre conscience de son corps et de ses ressentis.

La brain gym stipule que le stress est un véritable parasite pour l’apprentissage et que les activités sensorielles qui vont permettre la structuration de la pensée en remobilisant le corps. La réussite de l’apprentissage passe par la conscience du déséquilibre qui permet

de rechercher un nouvel équilibre.

 

« L’apprentissage consiste à stocker l’information pour la réutiliser. » 

 

Pour retrouver les activités détaillées en version adulte il y a un livre « Brain Gym – le mouvement, clé de l’apprentissage » de Paul et Gail Dennison qui détaille toutes les activités et leur objectif. Pour les enfants, il existe un très belle version illustrée  « Brain gym – bouger pour apprendre » de Francine Dries.

 

La ligne médiane

Le principe de nombreux mouvements est d’aider le corps à traverser la ligne médiane, c’est à dire la ligne qui se trouve entre la partie gauche de son corps de la partie droite de son corps. Réussir à passer cette ligne permet aux deux hémisphères du cerveau de mutualiser les informations qu’ils reçoivent via les percepteurs sensoriels et de mieux travailler ensemble.

image extraite de Brain Gym – le mouvement, clé de l’apprentissage de Paul Dennison et Gail Dennison (2010)

 

image extraite de Kinésiologie pour enfants de Paul et Gail Dennison (1985)

 

 

Le 8 allongé, lazy 8 ou symbole de l’infini

le 8 allongé  permet de stimuler la vue et la coordination en traversant la ligne médiane. Cela reconnecte les deux hémisphères du cerveau. On peut se concentrer et suivre des yeux le tracé du yeux en plaçant le symbole devant nous, en l’affichant sur un mur.

On peut également le tracer nous même le huit allongé dans du sable, avec un feutre, un pinceau, etc

Finalement, on peut fermer les yeux et se le représenter mentalement.

Il est important de commencer par le haut en lien avec l’écriture.

image extraite de Brain Gym, bouger pour apprendre de Francine Dries (2017)

 

image extraite de Brain Gym – le mouvement, clé de l’apprentissage de Paul Dennison et Gail Dennison (2010)

 

image extraite de Le Pouvoir des Réflexes à l’école – pourquoi nos enfants n’y arrivent pas, comment les aider de Emanuelle Sutherland (2019)

  • Crayonnage en miroir : activité de dessin bilatérale, on dessine avec les deux mains en même temps de manière spontanée en laissant libre cours à son corps et à son imagination

image extraite de Brain Gym, bouger pour apprendre de Francine Dries (2017)

 

  • Huit de l’alphabet : une variante du huit allongé pour travailler l’écriture

image extraite de Brain Gym, bouger pour apprendre de Francine Dries (2017)

image extraite de Kinésiologie pour enfants de Paul et Gail Dennison (1985)

 

L’éléphant

Cette activité cherche à développer l’écoute/attention auditive, détendre les muscles du cou, améliorer la mémoire.

On se tient debout dans une position confortable en imaginant ou fixant un huit allongé face à soi. On colle la joue contre l’épaule et on lève le bras du même côté. La main pointe vers le huit, on le trace en regardant la main et en se détendant.

 

image extraite de Brain Gym, bouger pour apprendre de Francine Dries (2017)

La chouette

Allonger les muscles du cou et des épaules, libérer des tensions, renforcer la focalisation, l’attention, mémorisation

On se tient l’épaule avec la main opposée et presser tourner la tête lentement e, regardant loin derrière soi. Expirer et faire le bruit de la chouette en mettant les épaules vers l’arrière pour ouvrir la cage thoracique.

image extraite de Brain Gym, bouger pour apprendre de Francine Dries (2017)

 

Activation du bras

Elle allonge les muscles du haut de la poitrine et les épaule, rééquilibre les muscles et détend les doigts.

Debout ou assis, on lève un bras au-dessus de la tête et la main opposée saisit le bras pour le coller le plus possible à l’oreille. En respirant et avancer le bras en avant, arrière, à droite, à gauche, faire de même avec l’autre bras.

 

image extraite de Brain Gym, bouger pour apprendre de Francine Dries (2017)

 

Les mouvements croisés

 

image extraite de Le Pouvoir des Réflexes à l’école – pourquoi nos enfants n’y arrivent pas, comment les aider de Emanuelle Sutherland (2019)

image extraite de Brain Gym, bouger pour apprendre de Francine Dries (2017) 

Les contacts croisés qui permettent qu corps de se reconnecter et aux deux hémisphères de fonctionner ensemble.

image extraite de Kinésiologie pour enfants de Paul et Gail Dennison (1985)

 

Références et liens :

Reflexes, Learning and Behavior – A Window Into the Child’s Behavior de Sally Goddard (2002)

Retained Neonatal Reflexes Les Réflexes Néonataux Retenus – Une approche révolutionnaire pour la prise en chage ‘enfants souffrant de troubles du comportement et de difficultés d’apprentissage –  Livret d’accompagnement des Patients de Susan Walker (2013)

Maman, papa, j’y arrive pas ! comprendre et agir sur les causes physiologiques des difficultés scolaires et comportementales de son enfant de Marie-Claude Maisonneuve (2008)

Le Pouvoir des Réflexes à l’école – pourquoi nos enfants n’y arrivent pas, comment les aider de Emanuelle Sutherland (2019)

Brain Gym – le mouvement, clé de l’apprentissage de Paul Dennison et Gail Dennison (2010)

Brain Gym, bouger pour apprendre de Francine Dries (2017)

Kinésiologie pour enfants de Paul et Gail Dennison (1985)

Le site réflexes/ IMP https://www.reflexes.org/

Association français de réflexes et mouvements http://afrem.org/

Chiropracteurs formés aux réflexes https://www.retainedneonatalreflexes.com.au/fr/

 

 

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Information sensorielle et comment fonctionne l’apprentissage

L’enfant a besoin de 3 choses pour se développer au maximum de son potentiel

  • Une sécurité physique (pas de coups, pas de traumatisme)
  • Une sécurité émotionnelle (s’exprimer, pas de honte, stress etc)
  • Une sécurité cognitive (découvrir le monde, explorer)

Tout apprentissage se déroule dans le cerveau, mais c’est le corps qui est récepteur de l’information et moyen de transmettre la connaissance.

La proprioception est la capacité à percevoir notre corps. Le corps et le cerveau ont une relation étroite pour fonctionner. Pour pouvoir fonctionner, le cerveau doit construire une représentation visuelle spatiale et interactive de ce qu’il est, où il se trouve, l’espace qu’il est. Il le fait grâce à différents organes sensoriels : les yeux, les oreilles, la langue, les mains, les pieds, la peau.  A partir de cette représentation, le corps se tourne vers l’extérieur et construit des représentations d l’extérieur qu’il va intégrer. Cette circulation d’informations sensorielles est le fondement même de l’intelligence.

 

Par exemple, nous avons des capteurs dans tout le corps. Sous les pieds, il y a des capteurs nerveux qui envoient des informations sur le terrain sur lequel ils sont posés.

Dans le cou et la nuque, il y a des capteurs qui prennent des informations sur la position de la tête dans l’espace. Au niveau de la machoire, il y des capteurs extrêmement fins et précis et cela peut expliquer pourquoi la malocclusion peut causer des déséquilibres posturaux

La vue donne des informations sensorielles importantes pour le maintien de l’équilibre. Il y a de nombreux autres lieux de capteurs sensoriels, notre peau en est recouverte.

Le sixième sens et le sens de l’équilibre, notre relation avec la gravité.

 

L’hypersensibilité tout comme l’hyposensibilté sensorielle peuvent être de véritables entraves aux apprentissages. Elles complexifient l’accès à l’information pour le cerveau et le corps, donc le traitement et l’utilisation de celles-ci.

 

Pour que l’apprentissage puisse se mettre en place, il faut que trois choses fonctionnent à l’intérieur du corps :

  1. La réception de l’information à travers les sens
  2. L’intégration de l’information dans le cerveau
  3. La réponse ou expression de cette information du cerveau en passant par le corps

Des techniques de stimulation ou de reproduction des mouvements (réflexes innés) que le corps aurait dû réalisé peuvent permettre de reconstruire/ récréer/ rétablir des connexions cérébrales.

Intégrer les réflexes et remédier aux difficultés d’apprentissage : ici

Un point sur les réflexes : ici

13 Réflexes en détails
réflexe de peur paralysant / retrait
réflexe de Moro
réflexe de succion
réflexes des points cardinaux
réflexe de babkin
réflexe palmaire et plantaire
réflexe de babinski
réflexe de talonnage et pointage
réflexe tonique asymétrique du cou
réflexe Tonique symétrique du cou
réflexe spinal de galant
réflexe tonique du labyrinthe
réflexe de parachute

 

Références et liens :

Reflexes, Learning and Behavior – A Window Into the Child’s Behavior de Sally Goddard (2002)

Retained Neonatal Reflexes Les Réflexes Néonataux Retenus – Une approche révolutionnaire pour la prise en chage ‘enfants souffrant de troubles du comportement et de difficultés d’apprentissage –  Livret d’accompagnement des Patients de Susan Walker (2013)

Maman, papa, j’y arrive pas ! comprendre et agir sur les causes physiologiques des difficultés scolaires et comportementales de son enfant de Marie-Claude Maisonneuve (2008)

Le Pouvoir des Réflexes à l’école – pourquoi nos enfants n’y arrivent pas, comment les aider de Emanuelle Sutherland (2019)

Brain Gym – le mouvement, clé de l’apprentissage de Paul Dennison et Gail Dennison (2010)

Kinésiologie pour enfants de Paul et Gail Dennison (1985)

Le site réflexes/ IMP https://www.reflexes.org/

Association française de réflexes et mouvements http://afrem.org/

Chiropracteurs formés aux réflexes https://www.retainedneonatalreflexes.com.au/fr/

Posted in Non classé | Leave a comment

Réflexe de Parachute

 

A quoi cela correspond ? Quel est son rôle ?

Lorsque l’on tient le bébé à la verticale, face à une surface plane, il va tendre les mains vers l’avant. C’est une manière de se protéger

Il apparaît à la 28e semaine de gestion et devrait être intégré autour des 6 mois

Que faire pour aider l’intégration ?

Bercement ventral actif. Mouvement d’activation du bras (brain gym).

 

Effets positifs de l’intégration

Capacité à protéger son espace vital. Capacité à dire non, à se protéger de l’extérieur. Capacité à mettre les bonnes distances dans les relations. Capacité à aller vers l’autre. Capacité à faire face à de nouvelles situations. Meilleure communication, positionnement, centrage. Meilleure coordination oculomotrice. Effet sur la vision en trois dimensions. Capacités à estimer les distances. Aisance de dextérité. Capacités d’orientation et de représentation.

 

Conséquences possibles de la non intégration

Du mal à poser les limites. Suit les décisions des autres. On ne dit pas ce que l’on pense par peur de faire de la peine.

S’isoler des autres. Des difficultés dans les relations, à s’intégrer. Difficultés pour s’orienter, sur une carte, un plan.

 

Références et liens :

Reflexes, Learning and Behavior – A Window Into the Child’s Behavior de Sally Goddard (2002)
Retained Neonatal Reflexes Les Réflexes Néonataux Retenus – Une approche révolutionnaire pour la prise en chage ‘enfants souffrant de troubles du comportement et de difficultés d’apprentissage –  Livret d’accompagnement des Patients de Susan Walker (2013)
Maman, papa, j’y arrive pas ! comprendre et agir sur les causes physiologiques des difficultés scolaires et comportementales de son enfant de Marie-Claude Maisonneuve (2008)
Le Pouvoir des Réflexes à l’école – pourquoi nos enfants n’y arrivent pas, comment les aider de Emanuelle Sutherland (2019)
Brain Gym – le mouvement, clé de l’apprentissage de Paul Dennison et Gail Dennison (2010)
Kinésiologie pour enfants de Paul et Gail Dennison (1985)

Le site réflexes/ IMP https://www.reflexes.org/
Association français de réflexes et mouvements http://afrem.org/
Chiropracteurs formés aux réflexes https://www.retainedneonatalreflexes.com.au/fr/

Posted in Non classé | Leave a comment

Réflexe Tonique du Labyrinthe

       

Réflexe Tonique de Labyrinthe vers l’avant     Réflexe Tonique du Labyrinthe vers l’arrière

 

A quoi cela correspond ? Quel est son rôle ?

Lorsque le bébé penche la tête en avant le corps se replie sur lui-même, lorsqu’il incline la tête en arrière, le dos et les membres s’étendent. Ce réflexe aide le bébé à naître et est présent lorsque le travail se met en marche. Le bébé doit positionner sa tête dans le bassin et le réflexe lui indique la direction.  Un mauvais positionnement du bébé juste avant la naissance peut être lié à une insuffisance de stimulation du système vestibulaire. Les deux réflexes permettent ensuite au bébé d’avancer pour venir au monde.  Il aide à avoir un sens de l’équilibre et établit la position dans l’espace. Il est connecté au réflexe de Moro, c’est la première réponse à la sensation de gravité qui était atténuée in utéro.  Le labyrinthe est un réseau de cavités osseuses de l’os temporal.

 

Conséquences possibles de la non intégration

Réflexe tonique du labyrinthe avant / In utero, flexus habitus   Emergence : 12 semaines in utéro       Activation : 3-4 mois

Réflexe tonique du labyrinthe arrière   Emergence : naissance       Intégration : 2-4 mois

Comment aider l’intégration ?

Bercements par les pieds. Bercements par les genoux Mouvements de l’éléphant, du dynamiseur, d’activation du bras, du tigre (brain gym) Stimulation vestibulaire, ex. rotation, roulement, bercement, fait initialement avec les yeux fermés. Exercices d’étirement et  de flexion réalisés sur le sol allongé sur le dos et debout avec les yeux fermés. Ramper.

 

Effets positifs de l’intégration

Intérêt pour les autres et ce qu’il se passe autour. Connecté à ses émotions et sensations. Bonne estime de soi. Bonne structure posturale, Bonne coordination. Amélioration de la vision. Maîtrise des mouvements dans les activités de motricité globale. Bonne latéralisation. Bon repérage dans l’espace et le temps. Intérêt pour les activités en général. Capacité à copier le tableau et d’accommoder sa vue à quelque chose de loin et de près rapidement. Amélioration auditive permettant d’écouter et d’entendre même si gêne sonore. Capacité à comprendre et à se concentrer (lecture et maths). Capacité à aligner (en particulier les chiffres). Capacité à créer des séquences, organiser son discours, orthographier, composer et construire des concepts, améliorations des compétences de lectures. Bonnes compétences à communiquer. Amélioration du langage.

 

Conséquences possibles de la non intégration

Un enfant maladroit. Un mauvais équilibre. Difficulté à rester débout. Un mal des transports. Vertiges. Maladresses dans les activités sportives. Des difficultés à s’orienter, à estimer l’espace, la vitesse. Des problèmes de vue. Des difficultés à estimer les distances, vitesses etc. Des difficultés à lire et à entendre.

 

Références et liens :

Reflexes, Learning and Behavior – A Window Into the Child’s Behavior de Sally Goddard (2002)
Retained Neonatal Reflexes Les Réflexes Néonataux Retenus – Une approche révolutionnaire pour la prise en chage ‘enfants souffrant de troubles du comportement et de difficultés d’apprentissage –  Livret d’accompagnement des Patients de Susan Walker (2013)
Maman, papa, j’y arrive pas ! comprendre et agir sur les causes physiologiques des difficultés scolaires et comportementales de son enfant de Marie-Claude Maisonneuve (2008)
Le Pouvoir des Réflexes à l’école – pourquoi nos enfants n’y arrivent pas, comment les aider de Emanuelle Sutherland (2019)
Brain Gym – le mouvement, clé de l’apprentissage de Paul Dennison et Gail Dennison (2010)
Kinésiologie pour enfants de Paul et Gail Dennison (1985)

Le site réflexes/ IMP https://www.reflexes.org/
Association français de réflexes et mouvements http://afrem.org/
Chiropracteurs formés aux réflexes https://www.retainedneonatalreflexes.com.au/fr/

Posted in Non classé | Leave a comment