A toi

A toi qui me regarde téter.
A toi qui regarde ma mère allaiter.

Je suis en train de me nourrir. J’ai faim et j’ai soif. J’ai besoin de gras, de sucres, de protéines. Des calories qui flambent. Mon corps en réclame pour pouvoir grandir, pour prendre des forces.

Ce liquide chaud est délicieux, sucré mais gras aussi, il coule doucement dans ma gorge. Mes joues et ma langue réalisent un mouvement rythmique pour que je puisse en prendre autant que nécessaire. Cela muscle ma langue, permet à ma bouche et à mon visage de se développer au mieux.

J’aime ce lait. Il est bon, rassasiant. Il vient nourrir chaque cellule de mon corps, apporte de l’énergie à mes organes, mes muscles, mon cerveau. Il permet à de nouvelles connexions de s’établir.

Je me nourris aussi de la chaleur de ma mère, du contact avec sa peau. J’entends les battements de son coeur, et je me sens lové, aimé. A ma place, dans la tendresse et l’amour. Là où j’ai été 9 mois. Dans l’abri qui me permet de croître, un port d’où l’on part et où l’on revient après de nouvelles découvertes et aventures. Cela me donne de l’équilibre. La sécurité d’avoir une existence qui compte, qui est reliée aux autres, qui a du sens et de la valeur.

Je suis un bébé. Je suis un enfant.

J’ai besoin de ce lait, j’ai besoin de cet amour, n’importe où, n’importe quand.

Alors, toi aussi, regarde nous avec amour et comprends à quel point cette relation est importante. Elle ne sera pas éternelle mais elle est si précieuse.

Image de @space.for.women

la main posée contre ton sein, une promesse contre une tendresse.
Vagues de lait qui irradient mon corps de chaleur humaine.

Posted in Non classé | Leave a comment

Prière amérindienne

Grand Esprit, je suis Mère
J’ai été faite par Vous pour que l’image de Votre amour puisse exister.
Puis-je toujours garder avec moi le sens sacré de cet honneur.
Créateur, je suis fille.
Je suis celle qui apprend les traditions
Afin de pouvoir les perpétuer
De telle manière à ce que la mémoire des anciens et des ancêtres ne soit jamais perdue.
Créateur de Toutes Les Choses, je suis Soeur.
A travers moi, puissent mes frères voir la manière dont on doit me respecter.
Puis je m’allier avec mes soeurs dans la force et le pouvoir pour être un bouclier guérisseur
Afin qu’elles n’aient plus à porter le poids de l’abus.
Niskam, je suis une compagne dévouée;
Une qui partage ce qu’elle est
Mais qui est suffisamment sage pour ne jamais le trahir
Sinon il se perd
Et les deux deviennent moins qu’un.
Je suis Femme.
Entends moi
Welal’in
Ta’ ho

Prière de femme amérindienne

#femme #mère #soeur #fille #sacré
Photo de @tebej_ Vu chez @birthofamama

Posted in Non classé | Leave a comment

Renaissance

Cette période de l’hiver s’inscrit dans l’esprit de l’espoir et de la renaissance.

Au creux de l’hiver, la lumière diminue, l’obscurité s’épaissit avec l’arrivée de la neige qui vient comme un duvet adoucir les contours et les sons. Les arbres se dénudent, la majorité des animaux hibernent. La vie se cache sous la terre dans la chaleur souterraine. Elle se cache pour mieux revenir.
Et la flamme de la bougie, les rayons chauds du soleil dans la rigueur de l’hiver sont la promesse que la vie est là. Elle n’a pas disparue. Elle subsiste pour resurgir quand le temps sera venu.

Les fêtes de l’hiver et de noël célèbrent la promesse et le miracle, le cycle de la vie, la lumière qui semble s’éteindre à petit feu pour renaître.

Une femme, comme la nature, est par essence cyclique. Son corps suit le rythme lunaire. Le vide remplace le plein, le plein décroit pour laisser place au vide, et ainsi de suite. Les forces s’amenuisent puis ressurgissent. Ce cycle sans fin identique au fonctionnement de l’univers, création puis destruction est le principe de la Vie.

Se recréer sans cesse.
Renaître.
Devenir mère.

– La puissance inouïe des femmes –

Photo de Tawny Chatmon

Posted in Non classé | Leave a comment

Tire allaitantes rockstars

 

Le plus simple pour pouvoir allaiter longtemps et sereinement est de rester avec son bébé.

Mais cela ne signifie pas que reprendre le travail rime avec arrêt de l’allaitement.

De nombreuses mères reprennent la route du travail à la fin d’un très cours congé de maternité, en France ou ailleurs, avec un tire lait sous le bras, la bonne taille de téterelles, un sac isotherme, des sachets de conservation.

Elles vont pouvoir ou non s’arranger avec leur employeur pour bénéficier de l’heure d’allaitement au travail, qui est décompté ou non en fonction des arrangements. C’est un droit. Il peut malheureusement être non applicable ni nécessité de service ou dans de nombreuses professions de la fonction publique. De même fournir un lieu pour tirer est compris dans ce droit, pas toujours respecté cependant et certaines femmes tirent dans une armoire ou des toilettes. Mais c’est aussi le stress de trouver un frigo pour le conserver sur place au froid, le transporter, savoir si les quantités tirées couvriront les besoins de leur bébé, si le personnel sur le lieu de garde acceptera ou non de donner du lait maternel, de ne pas respecter les délais de conservation, d’imposer un contenant pour le donner. Et encore, affronter le regard des autres, chef, collègues qui se permettront parfois des réflexions.

Vous êtes des rockstars mesdames.

Pas autant maquillées que Rachel McAdams, ni sappées dans de magnifiques atours, ni parées de colliers en diamants et pierres précieuses. Mais c’est tout comme.

C’est mieux en fait.

Vous faites jaillir de vos seins votre or blanc. Si précieux que la moindre goutte renversée fait couler des larmes, la moindre pochette égarée déclenche des recherches frénétiques et des crises de panique.

Cet or blanc qui ira remplir le ventre de votre bébé, le réchauffera, permettra à son petit corps de grandir harmonieusement, à son système digestif de se tapisser d’anticorps et d’agents antibactérien, à ses cellules de recevoir des hormones de croissance humaines, et de se développer avec le meilleur aliment qui soit.

Non, vous n’êtes pas une vache, ni une vache laitière, ni une bonne laitière.

Vous êtes une femme extraordinaire qui brave de multiples épreuves et défis grâce à sa détermination, ses aptitudes à la recherce de solutions, gestion du temps et organisation. Vous êtes une femme qui récolte le liquide fabriqué par son corps sur mesure pour combler les besoins nutritifs de son bébé. Une production qui demande de l’énergie, des nutriments, des ressources rares. C’est un travail à la fois complexe et naturel de la part des glandes mammaires.

A seule chose que vous méritez est de l’admiration et du respect.

WOW.

Du blog des ptitesmainsdabord
Tirer son lait http://lesptitesmainsdabord.fr/…/201603201603tirer-son-lait/
Reprendre le travail en allaitant http://lesptitesmainsdabord.fr/…/201606reprendre-le-travai…/

Photo : rachel mcadams par @clairerothstein

Posted in Non classé | Leave a comment

Allaiter et force mentale

Il arrive que lorsque l’on allaite on reçoive moult réflexions et critiques sur notre ‘manière de faire’, comme si l’allaitement était un choix ou une option alors que c’est une évidence, cela correspond avec un ressenti et avec une compréhension fine des besoins du bébé. Rien d’aberrant ni déplacé. Juste une mère et son bébé.

Il se peut aussi que l’allaitement ne se se passe pas aussi bien qu’on le souhaiterait, qu’on soit confronté à du stress, des épreuves, le sentiment de devoir s’affirmer face au reste du monde et de devoir faire ses ‘preuves’.
Ça fait mal, ça abime la confiance en soi, ça déchire peu à peu l’estime qu’on a de ses propres capacités à nourrir son propre enfant.

Et à cela vienne s’ajouter des remarques inopportunes, qui blessent et mettent plus bas que terre, gardent éveiller la nuit à ressasser. Des propos durs qui ne démontrent que deux choses : incompréhension de l’importance de l’allaitement et incapacité à apporter des pistes ou solutions pour que l’allaitement se passe bien.

L’allaitement est la norme physiologique. La nature a prévu que ce soit une expérience positive et agréable pour la mère, en lui délivrant des décharges d’ocytocine pendant les tétées et contact avec son bébé, que le bébé s’épanouisse grâce aux propriétés du lait maternel et ait une belle croissance.

La société est elle tellement malade pour ne pas voir que si ça n’est pas le cas c’est qu’il y a un problème? Et qu’il faut aider la dyade mère-enfant pour que ça aille mieux?

À toutes les mères qui galèrent avec leur allaitement, une place dans mon coeur pour chacune d’entre vous.
Vous êtes courageuses.

Un jour, le soutien et l’accompagnement seront meilleurs. Je le crois.

photo de @helesalomao

#allaiter #allaitement #difficultés #force #téter #mères #femmes #société#soutien #aide #accompagnement

Posted in Non classé | Leave a comment

Orthotropics ou forwardontics : repenser la bouche et le visage

Orthodontie

Les orthodontistes sont formés d’abord comme des dentistes et ils sont intéressés par l’arrangement des dents, leur aspect esthétique. Ils apprennent que les traits du visage sont héréditaires, ils ne prennent pas en considération les facteurs environnementaux.

La recherche démontre que les traitements orthodontiques sont des bénéfices éphémères. A la fin du traitement la place pour la langue se remet à rétrécir et la malocclusion revient, le degré de rechute varie d’individu en individu.

Orthopédistes dentaires

Ces praticiens commencent à traiter les enfants à parti de 4 ou 5 ans. Ils considèrent que certains facteurs environnementaux peuvent causer des déséquilibres dans le développement des dents, mâchoire et visage. Des problèmes tels que zozoter, respirer par la bouche, sucer ses lèvres ou son pouce peut causer des caries et d’autres problèmes.

Ils cherchent la cause du problème, et ils essaient d’utiliser des appareils pour essayer d’empêcher le patient de continuer à faire les mouvements qui causent le problème.

Les appareils font le travail pour le patient. En général les muscles finissent par se battre contre les appareils et les résultats sont infructueux. Mais ces appareils peuvent parfois réduire les voies respiratoires (le casque cervical notamment), Twinblock et Herbst en tirant la machoire supérieure vers le bas. Il y a peu de résultats à long terme et on est obligé de passer ensuite par des appareils dentaires classiques.

 

Forwardontists / Biobloc / Orthotropics faciaux

John Mew et Simon Wong s’intéressent au visage et causes de malocclusion : taille de la mâchoire, lien entre dents et mâchoire, structure du visage, taille des voies respiratoires.

Tropic premise – tropic signifie ‘croissance en réponse à un stimulus’.

John Mew considérait qu’une position orale correcte au repos est le stimulus : la langue posée au palais, les lèvres collées, et les dents en contact léger pendant 4 à 8h par jour.

A partir de ces notions il a inventé des appareils pour aider à retrouver la bonne posture orale. Ceux-ci provoquent de l’inconfort quand la bouche est entrouverte, donc ils encouragent à fermer la bouche. Et à se servir de leur muscles de la mâchoire.

Le patient doit donc faire un effort conscient.

Sa théorie :

  1. Aujourd’hui chez quasiment toutes les personnes la mâchoire supérieure (maxilla) et la mâchoire inférieure (mandibule) sont loin de ce qui serait idéal pour la respiration.
  2. ce sous-développement est la conséquence de l’historique de la personne concernant ses habitudes alimentaires et respiratoires qui causent une mauvaise interaction entre la langue, le palais, et les autres muscles et os qui jouent un rôle dans le développement du visage et de la mâchoire.
  3. La position des dents n’est pas statique, les dents continuent de bouger doucement tout au long de la vie. Les os sont toujours en train d’être dissous et reformés, réorganisés ou remodelés. Donc leurs formes et la direction dans laquelle les dents pointent peuvent être changé. Cette flexibilité, que l’os n’est pas du béton, est la base des orthodontiques et forwardontics.

 

Il veut guérir le problème que l’orthodontie ne fait que mettre en rémission. Plutôt que de maintenir une maladie chronique. L’idée est de redonner de la force à la bouche, avec du mâchage, des postures au repos correct, que la croissance de la mâchoire se déroule normalement.

Il a inventé le biobloc, pour élargir le palais, donner de bonnes habitudes à la langue et plus de place.  Il y a aussi la série d’exercices du GOPex.

biobloc

Avec les forwardontics il y a une part de motivation comprise dedans. Il faut être actif et impliquer. Ce ne sont pas juste des appareils qui font le travail.

Certains appareils aussi pour les adultes : Homeoblock et Oasys

oasys                                                                      homeobloc

L’objectif est d’obtenir des résultats durables et cela s’appelle forwardontics car le but est d’élargir le palais pendant la première dizaine d’année de vie, en rétrécissant la distance entre la lèvre supérieure et le nez en faisant avancer le palais.

deux exemples de traitements avec orthotropics ci-dessous

 

élargissement de la mâchoire  et donc plus de place pour la langue

 

élargissement des voies respiratoire suite au traitement orthotropics

Si la posture orale est maintenue, le changement est permanent.

L’orthodontie et l’orthopédie dentale peut améliorer le positionnement mais avoir un impact négatif sur la santé – couronnes, amalgames, extractions font bouger les structures en arrière et réduisent l’espace de la bouche, la langue a moins de place et recule vers l’arrière, donc les voies respiratoires sont restreintes.

Avec les forwadontics, on fait grandir le visage pour élargir les voies respiratoires.

 

Source : Jaws – The Story of A Hidden Epidemic – Sandra Kahn, Paul R. Ehrlich

 

article sur le développement de la mâchoire: http://mamanlune.com/index.php/2018/12/12/commentsedeveloppelamachoire/
article sur les problèmes de mâchoire et respiration http://mamanlune.com/index.php/2018/12/12/machoireetrespiration/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Problèmes de mâchoire et respiration : quels symptômes et quoi faire?

Une mâchoire sous développée signifie que la langue a moins de place, elle se met donc en retrait et peut causer de nombreux soucis, dont l’apnée du sommeil car la langue se relâche et obstrue les voies respiratoires.

 

Symptômes de respiration par la bouche :

  • Epuisement : essoufflement, se fatigue facilement pendant des exercices physiques, douleurs au dos et à la nuque, les yeux qui se ferment la journée
  • Perte des sens : détérioration  du goût et de l’odorat,
  • bouche : mauvaise haleine, bouche sèche, lèvres sèches, gencives gonflées qui saignent facilement, malocclusion
  • sommeil : se réveiller en étouffant pendant la nuit, ronfler, dormir la bouche ouverte, mauvais sommeil, brouillard la journée, des points noirs sous les yeux, éternuements, beaucoup de salive quand on parle entre autre,
  • apparence physique : l’enfant a un visage long, des yeux qui se ferment, des narines étroites, des muscles faibles au niveau des joues, un palais creux, le palais qui se rétrécit et de la malocclusion,
  • infections chroniques : infections respiratoires,infection des sinus et otites, et rhumes.
  • Dents et caries : Respirer par la bouche réduit la quantité de salive dans la bouche et réduit la production. La salive est importante pour neutraliser l’acide dans la bouche et aider à nettoyer les bactéries : sans salive, le risque de caries augmente.
  • Gencives : Une bouche sèche est l’une des causes de maladie de la gencive, caries, les gencives inflammées de la gingivite qui peut devenir une periodonditis. Si non traiter la periodontitis peut permettre aux bactéries d’avoir accès à la circulation sanguine et causer des infections aux niveaux du cœur. L’infection d’un abcès peut aussi se déplacer au cerveau.

Autres problèmes :

Respirer par la bouche qui peut devenir de l’hyperventilation (respiration trop profonde ou rapide) et de l’hypoxie (incapacité à apporter de l’oxygène aux tissus qui en ont besoin), cela peut aussi causer de l’asthme ou l’aggraver.

Apnée du sommeil

‘Il n’y aurait pas d’apnée du sommeil si la mâchoire supérieure et la mâchoire inférieure étaient placées correctement dans le visage’ John Remmers

Respirer est notre priorité vitale, le cerveau y veille. L’obésité, la consommation d’alcool, de tabac peuvent contribuer à l’apnée du sommeil.

Elle engendre des problèmes de santé. Avant les enfants ne ronflaient pas, maintenant oui.  Souvent les docteurs attribuent les ronflements aux amygdales, végétations, allergies, et occultent le manque de santé faciale. On risque de développer de l’apnée si on ronfle enfant.

Comment on respire pendant qu’on dort peut avoir des conséquences sur la santé : au niveau du cœur, diabète, maladies mentales. Les enfants qui font de l’apnée ont plus de chances que les autres enfants d’avoir des difficultés d’apprentissage, des soucis de comportement, de l’hyperactivité, des blessures au cerveau, de faire de la dépression. L’un des principales symptômes qui indiquent qu’un enfant fera de l’apnée est qu’il respire par la bouche.

Par ailleurs, des perturbations du sommeil ont été liés à des troubles de l’attention chez les adultes aussi, du stress, de l’hypertension, des  maladies cardio-vasculaires, des problèmes de vue, cela fragilise la barrière sanguine protégeant le cerveau permettant aux infections et bactéries d’entrer (Alzheimer, épilepsie, méningite, sclérose et)

 

 

 

La méthode de respiration Buteyko

D’après Buteyko, la respiration normale ne doit pas etre vue, ni entendue, doit se faire bouche fermée. On peut faire des exercices pour s’entrainer la journée lorsqu’on est conscient pour respirer mieux la nuit.

L’hyperventilation lors d’efforts est mauvais pour la santé, le sang ne parvient pas à apporter l’oxygène aux tissus. Les spirit runners apaches étaient entrainés à courir dans le désert la bouche pleine d’eau dès l’enfance pour respirer essentiellement par le nez de manière ordonnée.

Trois techniques :

  • Dormir avec un scotch sur la bouche
  • Compter les pas : marcher en se pinçant le nez pour voir combien de pas on peut faire sans respirer.
  • déboucher le nez quand il est bouché.

Good Oral Posture Exercices (GOPex) – dentiste Simon Wong

La thérapie myoposturelle qui consiste à trouver un équilibre physique, comme les bonnes manières de l’époque. Mais aussi mâcher vraiment, avaler avec les dents qui se touchent. Fermer la bouche quand on ne s’en sert pas et se servir uniquement du nez pour respirer.

La posture assise, le dos droit est aussi fondamentale.

image extraite du livreJaws – The Story of A Hidden Epidemic’ – Sandra Kahn, Paul R. Ehrlich

  • Exercice de mastication

Réserver deux ou trois minutes par jour à un repas pour se concentrer sur la mastication et mâcher jusqu’à ce que la nourriture se liquéfie. Muscler la mâchoire et aider la digestion.  15 mastication avec de la nourriture molle, 20 avec de la nourriture solide.

Toujours joindre les lèvres et les dents. Faire une pause de 2 secondes avant d’avaler et se concentrer sur le mouvement

–  Exercice de comptage

Compter à haute voix de 1 à 60 (30 pour les plus jeunes). S’arrêter entre chaque nombre et mettre ses lèvres en contact. Tous les 5 nombres respirer par le nez. Le faire deux fois par jour.  Essayer de ne respirer que par le nez.

– Lire à haute voix

utiliser la bonne ponctuation est un excellent exercice pour apprendre à respirer par le nez. Le faire 5 à 20 minutes par jour, en s’arrêtant à chaque ponctuation et respirer uniquement par le nez.

 

S’entrainer à garder la bouche fermée la journée, entre chaque activité, prises de parole.

Marcher le plus souvent possible avec la bouche fermée.

S’entrainer à sourire la bouche ouverte devant un miroir pour muscler la mâchoire.

Mâcher un chewing gum sans sucre et assez dur 30 mn par jour, des deux côtés en fermant la bouche et en respirant par le nez. Être attentif aux mouvements et à la déglutition. Cela fait travailler la mémoire musculaire.

 

article sur le développement de la mâchoire: http://mamanlune.com/index.php/2018/12/12/commentsedeveloppelamachoire/

article sur les forwardontics et orthotropics par comparaison à orthodontie http://mamanlune.com/index.php/2018/12/12/machoireetrespiration/

Posted in Non classé | Leave a comment

Comment se développe la mâchoire

D’après Sandra Kahn, Paul R. Ehrlich dans ‘Jaws – The Story of A Hidden Epidemic’,  la langue est la charpente qui empêche les dents de sortir là où elle devrait se poser. C’est moins la génétique et plutôt ce que l’on fait, la posture orale et la solidité du régime alimentaire de quand on était jeune qui forme la mâchoire.

schéma tiré de ‘Jaws’ représentant le rôle de la langue dans la formation de la mâchoire et le maintien de celle-ci. Elle applique une pression qui fait d’elle la structure maîtresse.

 

Trois facteurs essentiels qui influent sur la formation de la mâchoire

  1.  Ce qu’on mange et comment :  Une nourriture de plus en plus raffinée et moins de mâchage empêchent la mâchoire de se développer correctement.  D’après les auteurs, Weston Price a fait des observation intéressantes mais c’est pas les nutriments et la qualité de la nourriture qui est en cause mais sa forme, le fait qu’on mâche plus. Hamburgers, viande moulue, glaces, purées pour bébé, à cause de l’industrialisation, moins d’’exercices pour les muscles du visage Les régimes alimentaires de nos ancêtres contenaient moins de carbohydrates et sucres, donc moins de caries. Maintenant beaucoup plus, donc caries. Le changement de la flore buccale a causé les caries. Avoir des caries pousse à moins mâcher donc c’est un cercle vicieux.

« Les forces mécaniques générées par le mâchage de la nourriture non seulement aident nos mâchoires à se développer à la bonne taille et forme, mais elles aident également nos dents à prendre le bon emplacement au sein de celle-ci. » Daniel Lieberman

  1. Mâchoire relâchée et posture orale dominante : Ce que fait la bouche quand on mange pas : posture, l’inclinaison détermine comment elle va croitre. Bouche fermée, dents en contact et langue au palais. Une mauvaise posture orale peut être la conséquence de difficultés pour respirer. S’il y a un blocage au niveau du nez à cause d’allergies ou d’une obstruction des voies respiratoires à cause d’amygdales gonflées ou végétations, on a tendance à respirer par la bouche et donc la mâchoire risque d’être sous développée et il y a plus de risques de malocclusion.
  1. Vivre a l’intérieur et comment on respire. On vit à l’intérieur donc concentration d’allergènes plus importantes : animaux, mites, insectes, microorganismes qu’il y avait pas à l’extérieur. Plus de virus, plus d’asthme. Et la réponse naturelle pour un nez bouché est de respirer par la bouche. Mâchoire plus petite du coup. Faire attention aux allergies qui vont jouer sur la respiration et du coup le développement du visage.

Question de l’œuf et de la poule : respirer par la bouche cause des problèmes qui poussent à respirer par la bouche. La posture de compensation pour obtenir plus d’air influence comment le visage va se développer et c’est une boucle sans fin.
Conséquences de respirer par la bouche : hypertension pulmonaire, tension artérielle élevée. On peut mourir de ces deux choses.

 

Développement de la posture orale au travers de l’histoire de l’humanité

Si on n’a pas la place pour 32 dents, la langue reste en bas, les voies respiratoires sont restreintes.  Le changement dans l’ADN qui a permis au langage complexe d’être possible a réduit les voies respiratoires légèrement, par comparaison aux chimpanzés. Une partie de nos problèmes dentaires viennent de l’acquisition du langage complexe.

 

L’importance de téter et mastiquer


‘L’allaitement est perçu comme un facteur déterminant pour un développement cranio facial optimal, parce que cela encourage un exercice intense des muscles du visage, en stimulant de manière favorable la capacité à respirer, déglutir, mâcher et produire du discours.’ Suzely Moimaz

Le lait maternel peut aussi aider à obtenir de bonnes réactions immunitaires et réduire la proportion de nez qui coulent qui contribuent aussi à la respiration par la bouche et par conséquent au développement de la mâchoire et des dents cariées.

Non seulement l’allaitement aide à éviter la malocclusion mais en comparaison, l’usage de la tétine, augmente le risque de malocclusion sans doute parce que cela diminue la quantité des tétées. Donner des biberons a un effet similaire à donner une tétine mais moins prononcé.

Contrairement aux bébés nourris au biberon, les bébés allaités réalisent un travail musculaire intense pour téter le sein, fatigant les muscles de la mâchoire, ce qui fait que les bébés dorment (après la tétée) et n’ont pas besoin de tétine, doigts ou autres objets.
En conclusion, les activités de succion qui n’apportent pas de lait – tétine, doigts etc causent de la malocclusion.

On n’apprend pas aux enfants à mâcher leur nourriture correctement et à poser leur langue au palais. Il y a une période critique la première année et la première dizaine d’années ou il faut que l’environnement soit favorable, après c’est plus difficile à faire bouger.

La pratique de la diversification alimentaire menée par l’enfant (ou blw = baby led weaning) est également fondamentale. Lorsque bébé appréhende des aliments sous une forme ‘dure’, cela lui permet de muscler sa mâchoire et de la développer.

 

exemple d’une mâchoire correctement développée (en haut) et d’une mâchoire restreinte (en bas).

Source : Jaws – The Story of A Hidden Epidemic – Sandra Kahn, Paul R. Ehrlich

 

article sur les problèmes de mâchoire et respiration http://mamanlune.com/index.php/2018/12/12/machoireetrespiration/
article sur les forwardontics et orthotropics par comparaison à orthodontie http://mamanlune.com/index.php/2018/12/12/machoireetrespiration/

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Sevrage des fêtes

Posted in Allaitement | Leave a comment

Consommation d’alcool et allaitement

On lit un peu partout tout et son contraire : soit que c’est à éviter absolument, soit qu’être ivre morte n’empêche pas d’allaiter son bébé, qu’il suffit d’être capable de le mettre au sein.

Voici quelques points de réflexion sur ce qu’il se passe lorsqu’on consomme de l’alcool et qu’on allaite.

Plusieurs choses ont été observées

Sur le lait maternel
la consommation d’alcool modifierait la composition de celui-ci.

Sur le bébé
– Un bébé peut obtenir moins de lait au sein dans les heures qui suivent la consommation d’alcool car celui-ci fait baisser le taux d’ocytocine et peut aller jusqu’à bloquer le réflexe d’éjection
– Les bébés qui ont ingérés de l’alcool via le lait maternel ont des phases de sommeil différentes et moins de phases de sommeil actif.

Sur la mère
– Un réflexe d’éjection du lait plus lent voire bloqué du fait de l’action de l’alcool sur les hormones
– Des réflexes ralentis,
– Une vigilance moins importante
– Un sommeil potentiellement plus profond

Les effets sédatifs et de dysphorie sont plus importants chez quelqu’un de fatigué.

Cela signifie donc que bébé peut avoir des difficultés à obtenir du lait, que la mère n’est plus forcément en mesure de veiller à sa sécurité ni de faire du cododo (l’une des règles est du cododo sécuritaire est le ‘pas d’alcool).

Les implications à long terme de la consommation d’alcool chez la mère (ou les parents) est double : à travers le lait maternel elle peut impliquer des capacités cognitives réduites, mais la sensibilisation à la consommation d’alcool implique aussi une augmentation des risques d’alcoolisme à l’âge adulte selon un rapport de l’INSERM.

Sachant que chaque personne et chaque bébé sont différents on peut imaginer qu’il y a des variables importantes, mais qu’une personne qui a bu est la moins bien placée pour estimer son degré de lucidité et veiller au bien-être et à la sécurité des autres.
Que la fatigue nous rend encore moins efficace à la métabolisation de l’alcool.

Ne pas savoir quelles sont les conséquences exactes à long terme sur un enfant ne signifie pas que la consommation d’alcool pendant l’allaitement est sans danger. Elle réduit de manière significative le lait reçu par le bébé à l’instant T mais aussi la vigilance des adultes à l’égard des enfants. C’est valable pour le père ou le/la conjoint-e également, d’autant plus en cas de cododo.

Liens

Le pic concernant l’alcool se trouve à 20mn après a consommation, et le taux d’alcool diminuerait ensuite de manière linéaire. 3h après ingestion il serait présent de manière moins importante. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16713502

le bébé doit téter plus souvent pour obtenir une quantité de lait moins importante.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1886634/…

Cela modifie le sommeil des nourrissons moins de phase active de sommeil https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11839458

réduction des capacités cognitives https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30061301
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27174445

action de l’alcool sur les hormones et le réflexe d’éjection https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1351273/

Rapport de l’INSERM : ici

Lien de la santé allemande https://mobil.bfr.bund.de/cm/350/alcohol-during-the-nursing-period-a-risk-assessment-under-consideration-of-the-promotion-of-breastfeeding.pdf

Les mères qui consomment de l’alcool allaiteraient moins longtemps https://www.ncbi.nlm.nih.gov/m/pubmed/18394108/

Recommandations du canada sur la consommation d’alcool pendant l’allaitement https://www.jogc.com/article/S1701-2163(15)30858-6/pdf

Métabolisation de l’alcool chez le bébé et foie qui le métabolise deux fois moins vite (marie thirion) https://www.santeallaitementmaternel.com/se_former/aider_vos_patientes/accompagnement/bien_etre_mere/accompagnement9.ph

Recommandations du québec sur la conso d’alcool pendant l’allaitement https://www.beststart.org/resources/alc_reduction/pdf/Alcohol_desk_ref_FR_2016.pdf

Consommation d’alcool et effets / taux dans le sang québec http://www.professionsante.ca/files/2009/11/qp_mere_juillet_aout08.pdf

La consommation d’alcool change la composition du lait maternel https://www.ncbi.nlm.nih.gov/m/pubmed/15332353/

Recherche en faveur du zero alcool https://www.ncbi.nlm.nih.gov/m/pubmed/29934679/

Posted in Allaitement | Leave a comment