Elvie : le tire-lait nomade silencieux

De nombreuses mères sont amenées à devoir tirer leur lait du fait de séparations causées par la reprise du travail, des soins, ou bien pour permettre à leur bébé d’obtenir plus de lait lorsqu’il a des difficultés de succion, ou tout simplement l’allaiter dans le cas de prématurés.

Lorsqu’on a pris l’habitude d’utiliser un tire-lait, on est familière avec les avantages et les désavantages de chacun. On peut les trouver encombrants, bruyants et se retrouver immobilisées lorsqu’on a besoin de tirer.

De même, certaines femmes ont de très importantes difficultés à trouver un moment et/ou un endroit pour pouvoir tirer dans leur journée au travail : elles sont sans cesse en déplacement, en voiture, n’ont pas de lieu où s’installer sans être au milieu de tous leurs collègues … On leur reproche de ‘perdre’ leur temps.

De nouveaux types de tire-lait qui visent à remédier à ces difficultés apparaissent sur le marché, ils fonctionnent sans fil et peuvent être portés directement dans le soutien-gorge.

Voici ici l’interview d’Alice Melique, une maman qui utilise le Elvie pump. Elvie pump est le premier tire-lait sans fil qui s’installe dans le soutien gorge et qui est silencieux. Le premier tire-lait ‘nomade’ était le Willow, mais il n’est pas silencieux.

Comment as-tu entendu parler de ce tire lait?

J’en ai entendu parlé par hasard, sur un groupe de vente d’occasions de matériels d’allaitement. Une tire allaitante exclusive disait qu’elle avait celui-ci et toutes les mamans disaient que c’était le graal.  Du coup, je me suis renseignée, fait le tour de tous les sites internet d’allaitement, de tire-allaitantes, et le site en lui-même.

Combien a-t-il coûté? Où l’as tu acheté? Quels étaient les délais? – Depuis quand est-il en ta possession?

J’ai découvert qu’il y avait une liste d’attente en Angleterre pour se le procurer… j’ai fait le tour des sites français et en cherchant bien, en période de soldes j’ai trouvé le double elvie pump a 417€ frais de port inclus. Contre en moyenne 540€.  Du coup j’ai passé commande et je l’ai reçu le 6 juillet.

Quelle en est ton utilisation?  Avoir du lait tiré pour les séparations? Quel âge a ton bébé? Combien de tirages par jour ? Qui durent combien de temps? Quelle est la quantité de lait obtenue? Cela couvre ses besoins? 

Bébé a 13 mois, il est en moyenne 7h chez la nounou.

Je loue aussi un medela symphonie depuis ma reprise de boulot en février. Je tirais donc en rentrant du boulot pour le lendemain chez nounou. Le reste du temps, c’est tétées à volonté.
Avec le elvie pump je peux maintenant tirer dans le milieu de ma matinée sans souci, j’en profite sur un temps de route long (15min ou +). J’arrive à récolter 40ml en tout. Et sur mon chemin de retour (souvent 30min de route) je tire aussi 60ml. (Le tout sur les 2 seins)
Ca, c’était au début les 5 premiers jours, parce que du coup maintenant c’est beaucoup plus simple.
Là au 17 juillet, je tire 60ml sur chaque sein en milieu de matinée (en 15min) puis vers 13h je tire 80ml sur chaque seins (en 30min). J’ai profité de mes jours de repos pour faire du power pumping et j’en fais aussi les autres jours.
Ma production varie beaucoup en fonction de mon stress. Je tire sur mes jours de repos pour faire du stock et là clairement avec le Elvie pump c’est plus simple.

Quels sont les avantages ?
Je peux jouer avec mon fils et tirer en même temps, pas de fil, pas de prise à laquelle il doit être relié. Je suis libre de mes mouvements, les tire lait tiennent dans le soutien-gorge.

Après les premières utilisations on l’oublierait. Il est discret, silencieux. Il stimule bien, il est simple.  Il est pratique. Et clairement pour ceux qui comme moi ne peuvent pas se permettre de prendre 30min de pause pour tirer, c’est un soulagement.
Il est clairement en train de sauver mon allaitement.
Des autres avantages : quand la batterie a trop chaud elle se coupe toute seule. Quand elle est presque vide elle se met en petite stimulation.

Quels sont les inconvénients ?
Les inconvénients : on ne peut pas le porter tout le temps, 2h de batterie cela peut ne pas être assez.  Les téterelles 21mm sont vendu a part (28€ les 2) le prix est correct.  Par contre rien en dessous du 21mm.

Comment fonctionne-t-il ?
On peut modifier le rythme de la “ventouse” sur chaque tire lait, du coup si on a besoin de d’augmenter l’intensité on le fait sans souci.

Il y a une application mobile également, je l’ai téléchargé mais je ne m’en sers pas encore, elle est en anglais il faut que je la traduise.
Du coup avec l’application on peut choisir de tirer sur un seul et le faire démarrer avec son portable.

Les premières utilisations en voiture étaient compliquées, ça fait une poitrine plus imposante. Pas évident, maintenant c’est bon cela ne me gêne plus. Les téterelles sont agréables, et je ressens mieux les sensations du tire lait.

Quand je tire avec le medela je ne sens rien du tout et ma monté de lait met 20min au moins à venir. Avec le Elvie c’est plus rapide dans les 5 minutes.
Il y a que 3 tailles de téterelles 21mm, 24 et 28 mm.  Les 24 et 28 sont dans le kit d’achat que j’ai pris.

Il est facile d’installation et d’entretien. Pas trop de pièces à démonter pour le lavage et la stérilisation. Les 2 batteries se rechargent sur secteur et sont autonomes 2h environ. Elles se rechargent en 2h aussi.  Il est vendu avec un cable usb. Il y a une garantie de deux ans.

Comment conserves-tu le lait tiré dans ta voiture ?
J’ai un sac isotherme + glacière secteur et 2 pain de glace dedans.

 

En anglais :

https://www.forbes.com/sites/tanyaklich/2019/04/02/elvie-a-femtech-startup-that-developed-a-wireless-and-wearable-breast-pump-raises-42-million-in-vc/#5105dc8f2753

Posted in Non classé | Leave a comment

A la recherche de la téterelle parfaite – témoignage

Témoignage de Sabrina Alexandre Grieco
“Comme beaucoup de maman je m’étais dit que je n’aurais pas besoin de tire lait à part pour les jours où je devrais partir 1h ou 2 et laisser ma fille à son papa. A la maternité il ne m’ont même pas proposé d’ordonnance pour la location. A ses 1mois ma sage-femme m’en fait une et j’appelle sous des conseils avisés grandir nature. Je m’étais légèrement renseigné, je demande le medela symphonie mais sur liste d’attente. On me propose le ardo Calypso. Avec tout le kit au complet des téterelles et compagnie pour 37€. Facile à transporter.. on me vend du rêve. Je me vois déjà tirer des ml et des ml à foison.
Une fois le tire-lait reçu je me met en quête de mon or blanc. Ma sage-femme et une consultante en lactation avait mesuré mes tétons.. les deux m’avaient dit 24mm, allez au pire du pire 22mm si ça ne va pas.. 1er utilisation : J’ai mal, mes tétons ressortent violet et je tire très peu. Ce qui est bien avec le kit c’est que tu as tout sous la main. Je teste les 22mm. Je tire un peu plus mais c’est toujours douloureux et je ne comprend pas, un bout de mon sein est aspiré. Je laisse vite tombé le tire lait. A chaque fois que je tire j’ai mal et je tire rien. Je l’utilise vraiment très rarement (genre 2 fois pour m’absenter 1h pour un examen médical) . Je re-demande un medela on me dit que je suis sur la liste et pas prioritaire car je n’ai pas de bébé prématuré ou que je ne travaille pas.. ok! Je leur renvoi leur tire lait et laisse tomber les tirages.
Au 3mois de mon bébé je repart a la recherche du medela symphony. 3 pharmacie plus tard, je tombe sur un super pharmacien qui m’offre les téterelles en 21mm. Mon sein est toujours aspiré mais j’ai moins mal et surtout j’ai plus de lait. Je pensais que le modèle de tire lait ne changeait rien. Il change tout en terme de confort et d’efficacité.
A cause des freins de mon bébé je suis obligé de tirer, et de compenser sa succion et les erreur de mon début d’allaitement. En plus j’encaisse une baisse de lactation, le tire-lait pour “dépanner” devient le tire-lait pour continuer à allaiter. Je cherche des tailles plus petites. Sur allaiter en maternant on parle de la marque maymom. J’ai commandé la téterelle 19mm sur Amazon.uk puis la 17mm sur amazon.fr et la 15 sur amazon.uk. Pourquoi ? Parce qu’en fonction de l’angleterre ou de la France la téterelle peut-être moins cher ou plus cher, même avec les frais de port. A savoir que vous ne recevez QU’UNE téterelle avec une valve. J’ai mesurer plusieurs fois la taille mais je n’ai jamais réussi. (NB : Je crois que depuis peu sur Amazon.uk vous pouvez commander la paire de téterelles)
Les 15mm sont OK. Mais je trouve l’info qu’on peut demander à tester des 13mm. Je vais sur le site de Maymom, et miracle vous avez une vrai règle pour mesurer vos tétons. Il suffit juste de l’imprimer et de faire un petit découpage/montage.. je fais donc environ entre 13mm et 15mm (oui les deux tétons ne mesurent pas forcement les même tailles). Sinon c’est pas drôle me direz vous.
Je me rend sur la partie “contact” et malgré que le site soit en anglais je leur demande en français si par hasard ils ne ferait pas des 13mm à tout hasard. Ils me répondent dans la minute. Un texte en anglais. Ils m’expliquent qu’ils ont des prototypes et que je n’ai qu’à payer les frais de port. En fonction de la rapidité vous choisissez votre sommes: 8.50$ pour un envoi régulier qui met environ 15/19jours. Sans suivis.
31$ pour un envoi via DHL qui met à peu près 2/3jours. Avec un suivi.
J’ai donc pris l’option 2. J’ai payé exactement 28.32€ et j’ai reçu mon colis en 3jours. Dedans il y avait DEUX téterelles 15mm et DEUX téterelles 13mm. Par contre il n’y avait ni valve ni connecteur. J’ai du coup acheté 2 connecteurs sur newpharma pour 6.70€. Pour les valves j’avais déjà celle de mes autres téterelles.
J’utilise les 13 et 15mm. Cela dépend des jours. Je suis entre deux.
Il faut vraiment prendre en compte la qualité du tire-lait, tous ne se valent pas malheureusement. Et surtout une bonne taille de téterelle. Sinon votre tirage sera inefficace. J’ai compris aussi que certaines tirais 100ml en un tirage sur un sein. Moi je suis plus entre 40ml les deux seins les mauvais jour a 70ml les deux seins dans les bons jours. Il faut juste savoir qu’on est vraiment inégale face à ça. Et que cela ne remet pas en cause notre production pour bébé.
A savoir que la taille de vos mamelons peuvent changer au cours de votre allaitement, je suis aujourd’hui passé au 17mm. Si vous constater de moins bon tirage, des douleurs ou des gènes, n’hésitez pas a mesurer de nouveau votre taille.
Des tirages réguliers donnent une meilleure production. Tirer n’est pas représentatif de ce que vous produisez.”
 
Posted in Non classé | Leave a comment

« Je suis enceinte ou je viens d’accoucher et je veux allaiter” de JWB

Rédigé par Julia Wolf Beylesse.

Allaiter est un acte naturel oui, mais comme toute chose nouvelle, allaiter est un apprentissage. Vous pouvez profiter de votre grossesse pour vous renseigner un maximum. Une fois bébé au creux de vos bras, laissez-lui et laissez-vous du temps. Le temps de comprendre, de surmonter les obstacles auxquels vous ferez peut-être face, le temps de vous découvrir, de vous apprivoiser. Même si des choses se déroulent mal à la maternité, l’allaitement est rattrapable.

http://lesptitesmainsdabord.fr/2018/04/se-preparer-a-allaiter-pourquoi-a-partir-de-quand-comment/

http://lesptitesmainsdabord.fr/2017/01/201701je-souhaite-allaiter-mais-ny-connais-rien/

Ce qui favorise les montées de lait, c’est le maternage, la proximité et un contact permanent avec son bébé, la bonne conduite de l’allaitement.

– Créer et préserver la bulle de naissance :

La naissance est une expérience intense, autant pour la mère que pour bébé. Limiter au maximum les visites, bannir le passage de bras en bras, garder bébé le plus possible contre soi en peau à peau dès la naissance et pendant les premières semaines est essentiel pour le rassurer et bien lancer la lactation. La mère les seins à l’air, bébé en couche contre sa poitrine et quelque chose pour vous couvrir, pas de gants ni de bonnet puisque bébé est contre vous. Pas de séparations : à la maternité, gardez votre bébé auprès de vous, y compris la nuit. Surtout pas de nursery, vous avez le droit de rester avec votre bébé en permanence. Et plus tard, si la séparation n’est pas obligatoire comme dans le cas de la reprise du travail ou d’un acte médical par exemple, il est souhaitable pour le bien-être de l’enfant et répondre au mieux à ses besoins qu’elle soit évitée. Dans la mesure du possible, privilégiez les maternités au sein desquelles le second parent peut rester dormir sur place la nuit. Les bains les premières semaines et mois ne sont pas nécessaires et plutôt nuisibles pour plusieurs raisons : un bébé n’est pas sale, le nettoyage du siège et les soins du cordon sont suffisants. La peau du bébé est colonisée par la flore bactérienne de sa mère et il est important de ne pas perturber cet équilibre naissant. Le vernix présent sur la peau de bébé la protège et aide à la construction de son système immunitaire. Les bains peuvent être générateurs de stress, brouillent les repères sensoriels qui permettent à bébé de comprendre où il se trouve et parvenir jusqu’aux seins et sont surconsommateurs d’énergie, de par la température corporelle qu’ils font descendre très rapidement et les pleurs qu’ils génèrent. Vous êtes libres de refuser les bains à la maternité.

http://mamanlune.com/index.php/2018/04/22/allaiter-et-materner-un-bebe/

Pour en apprendre plus sur la tétée d’accueil, les positions pour allaiter, le démarrage de l’allaitement en cas de séparation inévitable ou césarienne, le colostrum, la montée de lait, l’engorgement, la perte de poids physiologique etc : http://mamanlune.com/index.php/2018/05/04/petite-guide-de-survie-a-la-maternite/

 

– Soutien des proches et alimentation :

Entourez-vous de personnes qui soutiennent l’allaitement. Vous pouvez partager à vos proche le guide de La Leche League à destination de l’entourage de la mère allaitante. Ne pas hésiter à demander de l’aide les premiers temps : si des personnes viennent vous rendre visite, c’est avant tout pour vous prêter main forte dans les tâches du quotidien. Par exemple en faisant quelques courses, en ramenant des plats cuisinés, en faisant un peu de ménage, de lessives. Ne pas hésiter à stocker à l’avance des plats, tranches de cakes, boules de cookies etc au congélateur qui pourront être réchauffés facilement lorsque vous serez seule avec bébé. Boire beaucoup et régulièrement. Manger à votre faim, prendre des collations.

Guide LLL : https://www.lllfrance.org/vous-informer/actualites/download/186_d9f377450274d364f56c9dafd9ab8bd9

 

– Signes d’éveil :

Allaiter aux signes d’éveil. Ne pas attendre que bébé ait faim ou qu’il pleure pour proposer le sein. Si bébé, endormis pour une sieste ou pour la nuit, commence à tourner la tête, à droite, à gauche, fait des mouvements de bouche ou gigote, il vous montre qu’il a besoin de téter. Vous pouvez lui proposer le sein dans son sommeil, bien souvent cela ne le réveillera même pas. Et même chose lorsque bébé est éveillé, les mêmes signes sont à repérer pour proposer le sein.

– Portage et cododo :

Ne pas emmailloter bébé : ça l’empêche de se mouvoir, fait disparaître les signaux non verbaux que bébé utilise pour communiquer avec nous, fait taire les mal-êtres et souffrances sans en régler la cause, brouille les signes d’éveil et fait sauter des tétées. Pour ne rater aucun signe d’éveil et en même temps rassurer bébé, le portage en écharpe est très recommandé. Cela permet d’avoir son enfant tout contre soi tout en ayant les mains libres. Ici bébé a 10 mois et est toujours portée en écharpe plusieurs fois par jour à la maison et à l’extérieur. Il existe des modèles de toutes sortes, avec ou sans noeuds. Il est recommandé de suivre un atelier près de chez soi pendant la grossesse pour trouver le modèle qui correspond aux parents et apprendre à l’installer. Pratiquer le cododo sécuritaire, dès la maternité, dans le lit familial ou à minima dans la même chambre. Parce que les enfants ne sont physiologiquement et biologiquement pas faits pour dormir seul, parce que le cododo réduit le risque de mort subite du nourrisson, favorise un allaitement non écourté et le repos de la mère.

http://lesptitesmainsdabord.fr/2018/03/le-cododo

 

– Rythmes du bébé allaité :

On recommande un minimum de 10/12 tétées par 24h pour que bébé obtienne suffisamment de lait et pour maintenir une bonne lactation. Et ce pendant toute la durée de l’allaitement. On recommande de ne pas dépasser 2h sans tétées la journée, et 4h la nuit. C’est vraiment un minimum. Bébé peut et doit téter bien plus souvent que cela, notamment en cas de fortes chaleurs. Le sein est fait pour boire, manger, mais aussi câliner, apaiser, réconforter, rassurer, sécuriser, endormir, guérir bébé. Toutes ces tétées sont aussi importantes les unes que les autres. Nourrir de lait et d’amour.

https://mamanlune.com/index.php/2018/03/07/les-rythmes-du-bebe-allaite/

 

– Deux seins par tétée :

C’est important de toujours proposer les deux seins à chaque tétée à bébé pour qu’il obtienne suffisamment de lait et pour maintenir une bonne lactation. Il ne faut pas attendre que bébé se retire du sein ou s’endorme pour lui proposer le deuxième. À ce moment là c’est trop tard, bébé n’a plus le courage de téter. Donc on propose le sein A, on observe le rythme de déglutition et dès que ce rythme commence à ralentir on insère son petit doigt dans la commissure des lèvres de bébé pour le retirer du sein sans se blesser et on propose le sein B. Et à la tétée suivante on commence par le dernier sein tété donc le B puis une fois le rythme de déglutition ralentis on propose le A. Et ainsi de suite. C’est la méthode ABBA. Pour se souvenir quel sein a été donné en dernier, on peut par exemple mettre un élastique à cheveux à son poignet.

– Positionnement et prise asymétrique :

Un bon positionnement et une bonne prise du sein sont importants pour que la mère ne ressente pas de douleurs, pour que bébé reçoive suffisamment de lait et pour bien stimuler la lactation. Bébé doit être le plus possible rapproché de vous et toujours avoir son ventre collé contre le vôtre. Et téter en prise asymétrique, c’est à dire le nez bien dégagé, le menton enfoncé dans le sein, la bouche grande ouverte.

https://mamanlune.com/index.php/2017/09/01/teter-efficacement-la-prise-asymetrique/

https://mamanlune.com/index.php/2018/03/01/compenser-pour-une-succion-inefficace/

 

– Confusion et place du second parent :

Jamais de tétine, ni au début, ni plus tard : elle déforme la mâchoire, la dentition et le palais, elle peut causer une confusion en désapprenant au bébé à téter à tout moment, elle fait sauter des tétées, peut causer un manque de lait, une stagnation ou perte de poids pour bébé, une baisse de lactation pour la mère et entraîner un sevrage prématuré. Tous les bébés ont un besoin de succion et si bébé a besoin de téter, c’est au sein qu’il doit être. Pas de bouts de sein : ils masquent les problèmes de positionnement et de succion au lieu de les régler, peuvent causer une confusion, réduisent la qualité de la stimulation et l’efficacité du drainage des seins et donc causent à long terme une baisse de lactation qui peut mener à un sevrage prématuré. Et pas de biberon. Si du lait doit être donné à bébé, même à la maternité, il y a d’autres contenants moins risqués à privilégier. Le second parent peut participer en faisant pleins de choses autres que nourrir son enfant : aider la mère à installer bébé au sein, faire les courses, cuisiner, lui apporter son assiette pour qu’elle puisse manger pendant les tétées, pratiquer le portage à bras ou en écharpe, câliner, chanter, bercer, changer les couches, habiller, faire les soins, plus tard donner le bain…

http://mamanlune.com/index.php/2017/05/25/le-biberon-la-tetine-les-bouts-de-sein-et-lallaitement-au-sein/

 

Enfin, il n’est pas normal de ressentir des douleurs en allaitant, même pas les premiers jours, ni qu’un bébé pleure beaucoup ou semble souffrir de quelque chose. Des douleurs, des crevasses, un bébé qui s’agite, s’énerve au sein, espace les tétées, refuse le sein, pleure beaucoup, semble douloureux, présente de l’eczéma, espace les selles etc… cela peut être signe de tensions, blocages, mauvais positionnement, difficultés de succion, reflux interne ou externe, coliques, allergie etc etc. Ça n’est pas normal, ça ne va pas passer tout seul, ni avec le temps. Il faut en parler et chercher la cause, pour agir et soulager réellement maman et bébé. (un article sur les douleurs)

 

– Plus de lecture :

Les blogs Maman Lune et Les Ptitesmainsdabord à parcourir. Le livre « Serre-moi fort, comment élever vos enfants avec amour » du Docteur Carlos Gonzalès, qui fait l’unanimité ici.

Posted in Non classé | Leave a comment

Diarrhée et constipation (symptômes allergiques)

La constipation, en dehors d’un manque d’apport en nutriments et en eau, ou trouble fonctionnel, peut être un symptôme allergique.

Les diarrhées, lorsqu’une infection bactérienne ou virus sont écartés, peuvent être un symptôme allergique.

Extrait du livre ‘Les allergies alimentaires – Diagnostic, traitements et perspectives‘ du Dr Habib Chabane, 2017.

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Urticaire, eczéma, dermatite (symptômes allergiques)

L’urticaire, l’eczéma, l’érythème et la dermatite (herpétiforme) peuvent être les symptôme d’une allergie. La peau étant un organe émonctoire, elle réagit à la substance non tolérée et lance un signal d’alarme.

voici quelques pages issues du livre de l’allergologue Habib Chabane, ‘Les allergies alimentaires – Diagnostic, traitements et perspectives’, 2017.

 

 

 

 

 

 

 

 

Posted in Non classé | Leave a comment

RGO (symptôme allergique)

Un RGO peut être un symptôme allergique.  Pour d’autres pistes possible consulter cet article : ici.

Voici une source qui parle du RGO et un extrait du livre de l’allergologue Habib Chabane ‘les allergies alimentaires: diagnostic, traitement et perspectives’, 2017.

Trois amendements : les tétées la nuit sont normales, reflux ou non.
Les épaississants peuvent être très irritants voire allergisants.
Des freins restrictifs et des tensions physiques peuvent contribuer au RGO

Symptômes cités:
– se gratte l’oreille
– pleurs
– troubles du sommeil
– toux
– asthme
– rhinite chronique
– otites répétées
– laryngites répétées
– pneumopathie par fausse route
– torticolis du nourrisson
– refus des morceaux
– refus de la nourriture chaude
– tétées très fréquentes pour calmer les brulures
– douleurs thoraciques
– voix rauque
– mauvaise haleine
– amydgales gonflées
– langue géographique
– gorge rouge
– caries

Posted in Non classé | Leave a comment

Oesophagite (symptôme allergique)

Une oesophagite peut être un symptôme allergique. Voici deux sources qui évoquent cette piste.

Un extrait du livre de l’allergologue Habib Chabane ‘les allergies alimentaires: diagnostic, traitement et perspectives’, 2017. Il évoque une hypothèse intéressante pour les personnes souffrant des troubles de l’oralité.
Mastiquer devient douloureux quand l’oesophage est brûlé. Déglutir également.
Avaler de même. Et les allergies alimentaires peuvent être la cause des brûlures.

Un article de 2016 qui parle de 75% de rémission d’oesophagite avec l’exclusion de certains allergènes. on peut supposer que dans les 25% restant les allergènes en cause n’ont pas été identifiés car les tests de détection ne sont pas fiables et probants dans ce cas là.  https://www.fmcgastro.org/textes-postus/no-postu_year/loesophagite-a-eosinophiles/

Posted in Non classé | Leave a comment

Tirer son lait : toutes les bases

 

Tirer son lait peut être utile à diverses fins : naissance prématurée, séparation, bébé qui rencontre des difficultés, relancer la lactation, reprise du travail.

A la main : il est possible d’exprimer son lait à la main à l’aide de la méthode marmet : vidéos ici , ici  et .

Concernant le tirage et la reprise du travail, il existe de nombreux articles sur le blog lesptitesmainsdabord qui est une véritable mine d’or sur le sujet ! Les panneaux et liens ci-dessous sont tirés de son site, à l’exception de deux. (www.lesptitesmainsdabord.fr).

Au tire-lait : si on n’y arrive pas du premier coup, on ne panique surtout pas!

 

Couleur et apparence du lait maternel (article leche league) : https://www.lllfrance.org/1782-les-aspects-du-lait-humain

 

Et si mon lait sent mauvais ? (site à tire d’ailes) http://www.lactissima.com/a-tire-d-ailes/lait-predigere/

 

Reprendre le travail et continuer à allaiter (oui c’est possible) : http://lesptitesmainsdabord.fr/2016/06/201606reprendre-le-travail-en-allaitant/

Modes de garde et donner le lait tiré : http://lesptitesmainsdabord.fr/2018/02/allaitement-et-mode-de-garde/

Comment tirer son lait, le conserver, le transporter : http://lesptitesmainsdabord.fr/2016/03/201603201603tirer-son-lait/

Réchauffer le lait maternel : http://lesptitesmainsdabord.fr/2017/09/201709rechauffer-le-lait-maternel/

Contenants pour donner le lait maternel:

On évite le biberon à cause de la confusion !

Bébé refuse le lait tiré : http://lesptitesmainsdabord.fr/2018/05/bebe-refuse-le-lait-tire-recette-de-flan-au-lait-maternel/

Augmenter sa production : http://lesptitesmainsdabord.fr/2018/02/je-narrive-pas-a-tirer-mon-lait-booster-sa-lactation/

Comment louer un tire-lait : http://lesptitesmainsdabord.fr/2016/05/201605louer-un-tire-lait/

Louer ou acheter un tire-lait ? http://lesptitesmainsdabord.fr/2019/06/tire-lait-le-louer-ou-l-acheter/

Qu’est-ce que le tire-allaitement http://lesptitesmainsdabord.fr/2018/03/quest-ce-que-le-tire-allaitement/

 

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Sevrer son bébé

Le sevrage naturel arrive entre 2 ans et demi et 7 ans. Par sevrage naturel, on entend un enfant qui se détourne progressivement du sein, tète de moins en moins, pour finir par oublier de téter un jour. On dit que cela correspondrait à l’arrivée à maturité du système immunitaire, le lait maternel ayant rempli sa fonction d’éducation de celui-ci, son importance pour la santé finit par décroitre. L’orthophoniste John Mew dit que physiologiquement il faudrait 4 ans et demi minimum de tétées pour permettre à la bouche de se développer correctement.  Un article sur le sevrage naturel ici despetitesmainsdabord : https://lesptitesmainsdabord.fr/2018/03/le-sevrage-de-lallaitement/

Avant cela il existe de très nombreuses situations de sevrage induits : confusion avec un contenant, grève et refus du sein à cause de la baisse de la lactation, introduction de produits laitiers, difficultés de succion etc. Un article sur la confusion : ici. Un article sur les causes possibles de manque de lait : ici.

 

Pour rappel, être allaité est très important pour l’enfant :

  • Cela permet développement optimal de la mâchoire,
  • Cela protège contre les maladies et infections.
  • cela réduit les risques de développer des allergies, maladies cardio-vasculaires, obésité, puberté précoce, cancers, troubles alimentaires, épilepsie.
  • Cela favorise le bon développement du système immunitaire. Le lait maternel a le rôle de l’éduquer. Il contribue à la construction et enrichissement du microbiote intestinal, la barrière immunitaire.
  • Cela favorise le développement cérébral, le langage, la sociabilité.
  • C’est aussi une manière de développer une relation avec la mère, des contacts, et développer le sens de sécurité affective.

Pour rappel, allaiter est très important pour la mère :

  • cela permet de récupérer plus vite en post partum en facilitant la reprise de taille normale de l’utérus
  • les hormones liées à la production de lait permettent d’adoucir les transitions entre la grossesse et la suite de la vie, de supporter davantage la fatigue, de ressentir davantage d’amour et bien-être (merci l’ocytocine)
  • cela diminue les risques de cancer du sein, diabète de type 2, maladies cardio vasculaires, endometriose, alzheimer, arthrite rhumatoide, dégénerescence lié à l’âge et obésité.
  • cela diminue les risques d’anémie en suspendant les cycles.
  • en cas de dépression post partum, l’allaitement favorise le maintien du lien mère-enfant et la sécrétion d’ocytocine donc de pensées positives.

Source : ‘Allaiter plus longtemps’ de Claude Suzanne Didierjean-Jouveau, 2017

article : 8 raisons d’allaiter son enfant. 

 

 

Une mère peut croire à tort que le sevrage est nécessaire alors que ce n’est pas le cas. Par manque d’informations et/ou de soutien, elle peut se retrouver à sevrer contre son propre gré.

Quelques exemples de situations :

prise de médicaments qui sont pourtant ‘compatibles’ avec l’allaitement, on peut vérifier sur le site du crat (www.lecrat.fr)

fait par des docteurs de l’hôpital Armand-Trousseau et le site e-lactancia (www.e-lactancia.org) en anglais et espagnol tenu par  des pédiatres et pharmaciens espagnols de l’association APILAM.

une situation médicale où la mère reçoit de mauvaises informations : on lui dit de cesser l’allaitement si elle a une mastite ou un abcès, alors que ce n’est pas le cas, il faut continuer à drainer le sein. Si elle est malade, a la grippe, elle représente un danger, alors que la contagion est déjà effective et que le bébé sera davantage protégé en recevant le lait maternel et les anticorps qu’il contient. Si elle est hospitalisée, ou qu’elle reçoit des médicaments non compatibles. Elle peut tirer son lait et le jeter pour maintenir sa lactation et reprendre l’allaitement ensuite.  Inversement, si le bébé est malade, a une gastro-entérite ou autre on peut lui il faut arrêter de l’allaiter alors que l’allaitement protège le bébé de la déshydratation et des infections, l’aide à se rétablir plus vite.

perte de confiance en ses capacités d’allaiter, l’impression de ne pas être capable de subvenir aux besoins du bébé : ‘tu n’as plus de lait’ etc alors que c’est un manque connaissances des rythmes du bébé allaité et qu’il est possible de relancer la lactation

les douleurs au sein : il arrive que la mère ait des douleurs pendant les tétées, et les professionnels étant rarement formés, elle ne sait pas ce qui les cause ni comment y remédier. Elle sèvre pour y mettre fin alors qu’il y a des solutions. Un article sur les douleurs ici.

un bébé qui pleure au sein semble avoir des difficultés pour téter : des tensions physiques peuvent causer des difficultés, ainsi que des freins restrictifs, et des allergies. Le sevrage ne soulagent pas le bébé. Les tensions restent présentes juste moins visibles, les freins (article ici) continuent de poser des soucis de déglutition au biberon, et être allaité est ce qui permet de développer correctement la bouche du bébé. Concernant les pleurs et difficultés liées aux allergies, elles perdurent. Aucune préparation commerciale pour nourrisson / lait artificiel n’est adapté à un bébé allergique. Leur composition ne leur permet pas d’être cicatrisants, ni d’apporter dans souches de bonnes bactéries, ni de protéger le système digestif et de l’aider à se développer. Les pcn sont très pauvres, encore plus pour les bébés allergiques. Ici un article.

la pression sociale : à cause du regard des autres / de stéréotypes ou des images reçues ‘c’est malsain, incestueux, c’est assez, cela rend l’enfant dépendant, c’est inutile, ton corps’, la mère n’arrive pas à imaginer allaiter plus longtemps et elle sèvre. Il est dommage de laisser le regard extérieur influencé les décisions, d’autant que ce n’est que le début des conflits vis-à-vis de l’éducation que l’on souhaite donner à son enfant. Et que la société manque cruellement de culture d’allaitement et de la conscience à quel point être allaité est important pour la santé.

que la religion interdit l’allaitement à partir d’un certain âge : par exemple que le  Coran interdit l’allaitement passé deux ans, ce qui est une mauvaise interprétation du texte. Il est stipulé que l’enfant a droit a deux ans d’allaitement pleins, mais que l’allaitement peut être écourté et allongé si cela lui est profitable. Article ici.

manque de soutien et critiques dans le noyau familial : père, conjointe, tous les problèmes du bébé, de la maison, du couple, sont mis sur le dos de l’allaitement. La mère croit que le sevrage va aider.

– la fatigue : débordée par les nouveaux rythmes, peu aidée, la mère peut se sentir épuisée, dépassée, et croire que le sevrage va lui permettre de mieux gérer et d’avoir plus de temps… ce n’est pas le cas. Son bébé restera un bébé, et donner des biberons suppose toute une logistique.

– le ‘faire ses nuits’ : on peut laisser entendre à la mère que le bébé fera ses nuits s’il est sevré. C’est faux. Il est physiologique pour un bébé de se réveiller la nuit. Ici un article sur les nuits des bébés.

le manque de lait avéré : il est possible de relancer sa lactation avec un tire lait et la bonne taille de téterelles avec des tirages fréquents, et d’explorer les différentes causes qui nous ont faites arriver là. Article sur le manque de lait : ici.

– la reprise du travail : tout le monde s’attend à ce que vous sevriez votre bébé, mais maintenir les tétées à la demande lorsqu’on est pas séparé et tirer au travail permet de maintenir la lactation et de continuer à allaiter.  Un article http://lesptitesmainsdabord.fr/2016/06/201606reprendre-le-travail-en-allaitant/

 

Il existe des situations complexes cependant dans lesquelles la mère se retrouve obligée de sevrer :

  • traitement long et non compatible / grave souci de santé chez la mère
  • allaitement pendant une grossesse à risque (même si le lien entre les faibles contractions causées par les tétées et un véritable risque pour le fœtus n’a jamais été prouvé).
  • Très grave et rare souci de santé pour le bébé , mais il peut continuer d’être allaité via des sondes/biberons de lait maternel tiré.

Il peut y avoir des situations dans laquelle la mère peut envisager un sevrage :

  • aversion ou réflexe d’éjection dysphorique très marqué qui transforme la relation avec son bébé et joue sur sa santé morale.
  • Elle peut éventuellement continuer à tirer et donner son lait autrement.
  • Une mère déterminée, qui est arrivée à sa limite personnelle pour une raison ou une autre.

 

Ce qu’il faut savoir

  • La décision de sevrage revient à la mère et à elle seule. Elle dispose de son corps et de ses ressources.
  • Sevrer n’est pas maternant, quelle que soit la raison du sevrage. C’est une grande perte pour l’enfant, qui va se sentir soudainement moins aimé.
  • Un sevrage ‘partiel’, c’est à dire sevrage de nuit, ou supprimer quelques tétées la journée est autant douloureux pour le bébé. Les tétées la nuit sont essentielles pour qu’il se nourrisse correctement, cela jusqu’à la fin de l’allaitement. Il n’y a pas de tétées ‘inutiles’. Ce type de sevrage peut entrainer un sevrage définitif du bébé. Ce n’est pas plus simple, ce n’est pas plus respectueux.
  • On peut décider de continuer à donner son lait autrement en tirant et en arrêtant les tétées.
  • Il est important d’expliquer pourquoi l’on fait cette démarche et que cette démarche nous appartient et n’a rien à voir avec lui, qu’il n’est pas fautif, qu’il n’a pas fait quelque chose de mal.
  • sevrer bébé ne permet pas d’avoir plus de temps/ qu’un bébé sevré n’est pas moins prenant, cela reste un bébé.
  • sevrer un bébé allergique est très problématique, toutes les préparations commerciales pour nourrissons contiennent des allergènes et n’ont pas les propriétés exceptionnelles du lait maternel.
  • Il est possible revenir sur sa décision à n’importe quel moment.
  • il suffit parfois de donner plus à manger et à boire à son bébé pour qu’il tète moins souvent si c’est un bambin.
  • s’occuper de la santé de la mère : carences, hydratation alimentation, équilibre hormonal peut permettre de résoudre les difficultés, améliorer les ressentis, et maintenir l’allaitement.
  • Dans le cas d’une dépression post partum, l’allaitement permet de sécréter de l’ocytocine et de favoriser le lien mère-enfant. Il est donc crucial de le maintenir.
  • un bébé qui tète en permanence et hurle peut avoir du reflux, un manque de lait, signaler ainsi une souffrance. En prenant la souffrance en charge, la situation peut s’améliorer grandement et l’allaitement devenir agréable.
  • le sevrage a des conséquences hormonales sur la mère, et que même si elle l’a choisi, elle risque de ressentir les changements, qui peuvent jouer sur son moral et sur son corps.
  • on n’a pas à se sentir seule dans l’allaitement et les difficultés, il existe de la vraie aide, on peut aller à des réunions pour rencontrer d’autres mères allaitantes.
  • Il est important de sevrer progressivement pour le corps de la mère aussi, que les changements hormonaux ne soient pas trop brusques, éviter mastite et engorgement.

 

Comment procéder ?

  • Informer son bébé de sa décision et du fait qu’il n’en est en aucun cas responsable.
  • L’assurer régulièrement de son amour et le câliner, ne pas supprimer la proximité physique
  • Accueillir ses émotions : frustration, pleurs, colère, s’appuyer sur le deuxième parent qui peut bercer ou proposer des activités.
  • Supprimer une tétée à la fois et étaler le sevrage sur plusieurs semaines, remplacer la tétée par des câlins / activités.
  • Causer une confusion avec un contenant à débit plus rapide que le sein : on remplace les tétées par des prises de liquides (pcn si petit bébé, pcn ou eau si bébé deplus de 1 an)
  • Choisir une période où le bébé est moins intéressé/ mobilisé par d’autres choses dans la journée pour le sevrer (périodes d’acquisitions motrices)
  • Ne pas oublier de remplacer les calories et liquides perdus par des compléments pour les bébés de moins de 1 an, compléments, aliments sains et de l’eau pour les bambins  à défaut de pouvoir remplacer le lait maternel.

A ne pas faire car encore plus traumatisant pour le bébé :

  • On ne se décharge pas de la responsabilité du sevrage en confiant son bébé à quelqu’un d’autre et en s’en séparant. La séparation ajoute de l’angoisse et justifie la sensation de ne pas être aimé. Cela marque profondément le bébé et inscrit un traumatisme supplémentaire.
  • On ne met pas de produits sur les seins pour décourager le bébé. En tant qu’adulte, on peut accueillir les émotions et verbaliser.

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Canicule et bébés

1. Canicule
2. Recommandations
3. Symptômes de déshydratation

  1. La canicule

La canicule est un terme utilisé lorsqu’il y a des chaleurs importantes pendant 3 jours ou plus et que la nuit la température ne baisse pas. Les pics de pollution qui s’ajoutent à l’effet de la chaleur. L’humidité et l’absence de vent aggravent la situation. Les heures les plus chaudes se trouvent entre 11h et 21h.

Un bébé n’est pas habitué aux grandes chaleurs et a des difficultés à réguler sa température corporelle. Pour le bébé allaité, la source d’eau et donc d’hydratation est le sein. Il faut multiplier les tétées, quitte à ce que le bébé ne quitte pas le sein, le découvrir et redoubler de vigilance quant aux signes de déshydratation.

2. Recommandations

Logement

  • fermer rideaux et volets sur les façades exposées au soleil. Les laisser fermés tant que la chaleur extérieure reste importante, 
  • ouvrir et aérer la nuit.
  • Des ventilateurs et linges mouillés étendus aident à rafraîchir les pièces.
  • Supprimer toutes les affaires dans les lits, peluches, oreillers, draps, couettes etc.
  • Se loger ailleurs si le logement est trop chaud et qu’on a une alternative.

Sorties

  • ne pas sortir ou éviter les sorties dans la mesure du possible : déléguer les courses à quelqu’un d’autre ou les faire à l’avance, se faire livrer. 
  • faire venir les gens chez soi plutôt que se déplacer et leur faire apporter des boissons et vivres 
  • Si sortie porter des couleurs claires, chapeaux, pas de couverture sur landaux ou poussettes qui font grimper la température, penser à aérer la voiture avant de monter dedans et de ne jamais y laisser les enfants seuls
  • Éviter les transports en commun, non climatisés et surchargés
  • Éviter les lieux ensoleillés, piscines municipales où en plus de chaleur il y aura de la foule. 
  • Chercher les endroits frais, couverts, climatisés (attention à la climatisation pour les tous petits bébés et personnes allergiques, elle brasse microbes et bactéries)
  • Les moyens de portage comme écharpes, porte bébé sont à considérer comme une couche de vêtements supplémentaire

Bébé / bambin allaité

  • faire du peau à peau permet de l’aider à réguler sa température
  • le laisser en couche
  • Lui proposer le sein toutes les 15mn. Le lait maternel est essentiellement composé d’eau, parfaitement hydratant et nourrissant. Ici un article sur pourquoi ne pas donner de l’eau à un bébé allaité.
  • dormir dans la même pièce ou même lit que le bébé pour ne pas rater de signes de soif pendant la nuit.
  • Si le bébé refuse de téter, exprimer du lait à la main ou au tire lait et lui donner à la tasse ou cuillère
  • Baigner le bébé dans une eau à 37 degré, ou douche.
  • Pour rafraîchir le bébé : bains à la maison dans la baignoire ou des bassines / petites piscines en plastique. Pour patauger ou se baigner en fonction de l’âge mais toujours sous la surveillance d’un adulte. 5 centimètres d’eau est suffisant pour se noyer.
  • Vaporiser de l’eau sur le corps avec un vaporisateur
  • Organiser des activités à la maison
  • dans le cas d’un bébé/ bambin non allaité : les quantités de lait artificiel données en 24h ne peuvent pas dépasser une certaine limite journalière, au delà il y a le risque d’endommager les reins. Dans ce cas, on propose de l’eau adaptée aux nourrissons très souvent, toutes les 15mn si nécessaire. 

 

Pour les enfants, la mère, les adultes

  • boire beaucoup plus que d’habitude (encore plus pour une mère allaitante) : plus de 2, 5 litres sans allaiter, au delà de 3 litres en allaitant.
  • Ne pas de consommation d’alcool qui favorise la déshydratation
  • Eviter café, thés, sodas qui sont des diurétiques
  • Manger plus souvent en petites quantités
  • Consommer fruits frais, crudités, légumes qui sont pleins d’eau
  • Prendre régulièrement douche et bains sans se sécher
  • Ne pas faire d’activité physique

3. Surveiller les signes de déshydratation

Chez les bébés

  • cernes autour des yeux
  • Fontanelle creuse
  • Perte de poids
  • extrémités froides, 
  • troubles de la conscience,
  • hypotonie,
  • bébé amorphe, somnolent
  • couches sèches ou peu mouillées
  • Muqueuses de la bouche sèches
  • Ventre gonflé qui gargouille 
  • Pli abdominal
  • accélération du rythme cardiaque sans fièvre
  • temps de recoloration allongé

 

Chez les plus grands 

  • Migraines
  • Crampes
  • Difficultés à s’exprimer / incohérence
  • Fatigue inhabituelle
  • Vertiges
  • Nausées
  • Fièvre

Prendre des nouvelles des proches et personnes sensibles

Sources
http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/evenement_climatique/canicule/canicule-outils.asp
http://campus.cerimes.fr/

Posted in Non classé | Leave a comment