Les mythes au sujet de l’allaitement douloureux de Bobby Ghaheri

Je ne suis ni docteur, ni pédiatre, ni sage-femme, ni consultante en lactation,  je suis une maman.

Je partage ici un article pour que la connaissance des freins serrés/courts et leur impact sur l’allaitement soit davantage connu. Je remercie  le comité de correction de tout cœur.

Article original de l’ORL étatsunien Bobby Ghaheri disponible ici , qui a accepté de partager ses écrits:

http://drghaheri.squarespace.com/blog/2014/2/9/the-myths-about-painful-breastfeeding

 

Avec ce blog, je vais faire de mon mieux pour contredire ce qui est généralement dit par les docteurs, dentistes, consultantes en lactation qui ne comprennent pas le lien entre un frein de langue, un frein de lèvre et un allaitement qui ne va pas bien. Je pense que nous devons commencer par prouver que ce qu’ils pensent savoir est faux. Je pense que ces mythes viennent d’un manque flagrant de connaissances, et qu’avec le temps, nous aurons peut-être la chance de moins les entendre.

J’ai rassemblé une liste d’affirmations qui sont souvent utilisées quand une mère a mal ou des difficultés quand elle allaite. Je vais essayer de vous montrer en quoi elles sont inadaptées et comprendre pourquoi, avant de parler avec votre docteur, ce qui je l’espère peut vous donner confiance en vous.

 

_ « C’est normal d’avoir mal (ou des crevasses ou de saigner) » souvent associé avec « il faut que vos tétons s’habituent». Ces affirmations sont d’autant plus inquiétantes quand elles viennent de quelqu’un qui n’a jamais allaité. Je ne sais pas comment une telle manière de penser est acceptable d’une manière ou d’une autre. Si une mère, que cela soit la première fois qu’elle allaite ou qu’elle soit une allaitante expérimentée, a mal au sein, comment peut-on lui dire que la situation est normale ? Si c’était n’importe quelle autre situation où quelqu’un était blessé, cette réponse serait-elle acceptable de la part d’un docteur ? Si j’avais une grosse coupure sur la main, et que mon docteur disait « C’est la première fois que vous avez une grosse coupure là, il faut endurcir votre main » je serai probablement fâché.

 

 

« Votre bébé est fainéant. »  Les nouveaux nés fonctionnent à l’instinct. Un bébé n’a pas la capacité de décider d’être fainéant au sein. Si le bébé essaie de téter et n’en est pas capable, il va essayer de compenser d’une autre manière. Quelquefois, cela les force à utiliser un effort gigantesque pour essayer de téter, et ils s’endorment au sein (quelquefois très vite). Aussi s’ils ne sont pas assez nourris à cause d’un retard dans le diagnostic, ils n’auront pas l’énergie nécessaire pour téter assez longtemps.

 

« Vous n’avez pas assez de lait ». Oui cela peut être vrai. La production de lait dépend d’une stimulation du mamelon efficace. Au début, le lait peut mettre du temps à venir. Plus tard, la production de la mère peut baisser. Mais pourquoi ? Si un bébé n’est pas capable de stimuler le tissu mammaire et glisse sur le mamelon à cause de limitations physiques, cela nous donne une explication sur pourquoi une mère peut avoir des soucis de production de lait. Mais dire ça et ne pas ensuite chercher une raison derrière cela est juste incompréhensible. Par exemple si vous aviez besoin d’oxygène mais que je ne cherchais pas pourquoi vous aviez besoin de plus d’oxygène je ne ferai pas mon travail.

 

« Votre bébé a une petite langue » qui va souvent avec « Vos mamelons sont trop gros » ou « la bouche de votre bébé est trop petite ». Tous les bébés ont des petites langues. Toutes les langues des bébés sont plus petites que le sein de leur mère. Considérant que ces réflexions viennent souvent de docteurs qui ne sont pas des orl, je ne sais pas comment ils arrivent à cette explication. Suis-je supposé penser qu’à travers l’histoire de l’évolution de l’humanité les bébés qui ont souffert de ce syndrome de la petite bouche n’ont jamais tété ? Montrez-moi une étude qui a déjà comparé la taille de la langue de bébé et les problèmes d’allaitement. Cette étude n’existe pas.

 

« Les freins de langue, les freins de lèvre ne posent pas de problème avec l’allaitement. » Cela vient souvent de la bouche de spécialistes mal informés (orl, stomatologues ou pédodentistes). Ce qui se traduit par « Comme le Dr. Ghaheri, il y a quelques années, je n’avais aucun intérêt pour l’allaitement. Parce que je n’ai pas de formation, c’est facile pour moi d’être catégorique et de dire qu’il n’y a pas de lien. Ce blog a la vocation de changer ça. »

 

« Le frein va s’assouplir avec le temps » Combien de temps ? Combien de temps doit attendre une mère avant que cela ne soit plus le cas ? Combien de temps devrait attendre un bébé qui n’arrive pas à se nourrir correctement ? Plutôt que d’évaluer la situation ou de penser à une frénotomie, les docteurs et les consultantes en lactation supposent qu’un bébé doit attendre. De plus, il n’y a jamais eu une seule étude qui dit que les freins s’assouplissent. A ma connaissance, ce qui s’assouplit c’est ce à quoi le frein est attaché. Dans la bataille entre le mouvement musculaire et un os immobile, les muscle gagnent toujours. Cela se traduit par un os qui se transforme et peut faire bouger les dents (je l’ai vu chez des enfants plus âgés et des adultes qui ont des appareils dentaires aussi – une fois que l’appareil est enlevé, si on ne s’est pas occupé des attaches, les dents vont continuer à bouger à cause de la tension).

Ce bébé est tombé et a déchiré son frein de lèvre. Avez-vous regarder la quantité de tissu qu’il reste sur la mâchoire ? Cela peut prédisposer le bébé à un frein qui se reforme et causer encore des soucis au niveau de la dentition.

 

« Un jour votre bébé va tomber et se casser le frein de lèvre et le problème sera résolu. » Je ne sais pas pour vous, mais je n’arrive pas à trouver aucun autre souci médical où on attend pour une résolution spontanée du traumatisme. « Oh, vous vous êtes cassé le nez ? On va attendre la prochaine fois qu’il se casse ça le remettra peut-être en place ». Même si le traumatisme a lieu (en général il n’a pas lieu) le frein de lèvre n’est jamais complètement enlevé et il y a la possibilité qu’il se reforme.

 

« Le bébé peut tirer la langue donc il n’a pas un frein de langue ». Celle-ci est la plus fréquente que l’on entend. C’est une affirmation simple que les parents peuvent tout de suite comprendre. Mais le problème est là : les bébés ne tirent pas leur langue en dehors de la bouche quand ils tètent ! Ce que l’on oublie aussi est que la langue est capable de faire beaucoup de mouvements différents. Je ne sais pas qui a décidé arbitrairement que pouvoir faire l’un de ces mouvements signifiait que tous les autres mouvements étaient acquis, mais ce n’est pas le cas. Le mouvement le plus important de la langue pour un bébé est l’élévation de la langue à l’intérieur de la cavité orale à l’intérieur de la bouche de bébé et lever la langue en l’air. Beaucoup de gens ne le font pas, donc je ne considère pas cette affirmation comme valide.

 

 

 

J’ai entendu d’autres affirmations intéressantes encore, mais j’ai choisi ces mythes car ils sont les plus courants lorsqu’on essaie de convaincre une maman que rien ne peut être fait ou que rien ne devrait être fait. Renseignez-vous avant de parler avec votre docteur, dentiste, ou consultantes en lactation. S’il est évident que vous connaissez plus de choses qu’eux, vous pouvez aussi essayer de leur apprendre des choses.

 

 

 

 

This entry was posted in Allaitement et culture, Allaitement et freins. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *