Biological Nurturing – Posture de la continuité

Plus tu portes ton bébé, plus il tétera.

Tout commence ou plutôt continue à la naissance qui est la première séparation des corps. Après une période de fusion et d’ ‘intra-existence’, la maman et le bébé se retrouvent deux.

Un article en anglais qui parlait du concept ‘from womb to world’ (de l’utérus au monde) a retenu mon attention. Il expliquait que la position biological nurturing était la plus adaptée à l’allaitement d’un bébé. Cette postion ne nécessitait pas d’accessoires, alors qu’on ne cesse de nous vendre des coussins d’allaitement pour être correctement positionnée, éviter le mal de doset être à l’aise pour allaiter. En effet, un simple arrangement de coussins classiques, une couverture, un lit incliné, un vieux fauteuil font l’affaire. Et la mère et son bébé.

Je me suis alors procurée le livre de Suzanne Colson, ‘An introduction to Biological Nurturing’.

J’aimerais avoir mille livres comme ça. Il a changé mon regard sur l’allaitement, bousculé des conceptions que j’avais, m’a plongé au cœur de l’humain. Pour moi s’il faut avoir un livre sur l’allaitement, c’est celui-ci. Interroger l’essence même de celui-ci ! A la fois anthropologique, sociologique et philosophique.

Qu’est-ce qu’est le ‘biological nurturing’ ?

Biological Nurturing ce n’est pas une position mais une posture, c’est à dire un état, une manière d’interargir avec son bébé, de le regarder, de prendre soin de lui, de l’aimer. Cette posture permet de reconnecter la dyade, comme lors de la période pré-accouchement.

La mère est allongée, le haut du dos surélevé, et son bébé installé à plat ventre sur elle. Son torse est ouvert. Ses bras et ses mains sont libres. Elle peut encercler facilement son bébé dans une sorte de nid. Il n’y a pas de modèle, chaque dyade mère-bébé doit trouver sa posture de confort, celle qui fonctionne pour eux.

Les positions classiques

De nombreuses mères se trouvent inquiètes et désarçonnées, lors du démarrage de l’allaitement et lorsque leur bébé semble refuser le sein. Hors ce refus du sein peut tout simplement venir d’une position inconfortable pour bébé, qui se trouve trop comprimé, le bras le soutenant par dessous son dos, des pieds qui ne trouvent pas d’appui.

Dans la majorité des positions pour allaiter qu’on nous montre, la maman est assise, le dos droit, ‘raide’, le bras ou le coude portant le poids du bébé, celui-ci n’a pas la possibilité de se mouvoir, il est ‘coincé’. Il n’a pas de repères. Il est censé attraper le sein alors que le reste de son corps ne peut trouver d’équilibre et d’appui.

Ce type de position fatigue la mère également, elle est en déséquilibre et travaille contre la gravité et le poids de son bébé. Elle doit se servir de sa force, de son bras tendu pour le maintenir. Ce n’est pas plaisant pour elle et lui occasionne souvent du mal au dos. De plus la gravité tirant le bébé vers le bas, on peut supposer que cela cause des crevasses.

Pourquoi donc ce sont les positions que nous connaissons ? on peut supposer que l’organisation patriarcale de la société ne cesse d’essayer de contrôler et réguler les relations, fracturant dès que c’est possible le lien mère-enfant. La position ‘dactylo’ , la mère assise droite sur une chaise pour allaiter, n’est confortable ni pour le bébé ni pour elle, donc à quoi bon ?

 

Le confort de la mère est important !

L’allaitement et le maternage sont deux univers entremêlés de manière intrinsèque, le maternage augmentant les chances de ‘réussite’ de l’allaitement, et l’allaitement dans de bonnes conditions aidant au maternage.

Materner c’est écouter son bébé, et donc suivre ses besoins nutritifs et affectifs sans les restreindre. L’allaitement peut donc s’épanouir dans ces conditions. Mais allaiter dans de bonnes conditions accorde à la mère de la satisfaction, du bien-être, de l’amour. La libération d’ocytocine est possible si la mère est confortable. Donc plus la mère est à l’aise, plus elle va souhaiter maintenir cet état de bien-être. Il est par conséquent logique que si sa posture pour allaiter est agréable, qu’elle lui procure la sensation d’être capable d’allaiter, il y a des chances qu’elle allaite plus longtemps.

 Les réflexes innés ou archaïques

Les études de Suzanne Colson ont démontré que cette posture permet grâce au contact de la mère et du bébé, d’activer certains réflexes innés, indispensables à la tétée et favorisent la mise en place de l’allaitement et la durée de celui-ci.

Il n’est pas nécessaire d’être en peau à peau, le contact à travers les vêtements est suffisant pour la biological nurturing.

Les réflexes innés sont classifiés en quatre catégories :

1) endogènes (indices : porter les mains à la bouche, mouvements des jambes, bras.. ) ,

2) rythmiques (se nourrir : téter, déglutir..)

3) moteurs (trouver : ramper, attraper …)

4) anti gravité (trouver : soulever sa tête s’enraciner)

Ils aident au transfert de lait qui dépend du mécanisme de tétée ‘succion-déglutition-respiration’.

Le cycle et la continuité

La position que va prendre le bébé, positionné ainsi sur le ventre de sa mère est un retour à ses origines, une sécurité, un lieu de confort. Si la mère le laisse se mouvoir il va en effet reprendre une position probablement semblable à celle qu’il avait dans l’utérus.

Le bébé est donc à nouveau abrité, sécurisé, dans sa maison. Et cette posture adoucit donc la première rupture qu’il a vécu avec sa mère et son arrivée dans le monde. Une forme de continuité lui est ainsi offerte.

La place du bébé est d’être porté, comme il l’a été  pendant  neuf mois.

Plus il l’est, plus il tétera.

 

A savoir que cette positon est également possible après une césarienne, à condition d’orienter le bébé différemment, il peut être en appui ailleurs que sur le ventre de sa mère.

Si vous n’arrivez pas à vous installer en biological nurturing, pas de panique. Cela peut être la conséquence de blocages, freins. Vous pouvez essayer de consulter un chiropracteur formé en pédiatrie pour les blocages, une consultante en lactation pour les freins, et surtout, profiter de la position allongée pour allaiter lovée contre bébé.  Encore une fois c’est une position souvent décriée et pourtant tellement naturelle et utile…

  

 

Sources

Suzanne Colson est sage-femme, IBCLC et LLL.

Le livre  ‘An Introduction to Biological Nurturing’, 2010 (une nouvelle édition disponible en juin 2018, j’aurais l’ancienne et la nouvelle !)

Le site du Suzanne Colson https://www.biologicalnurturing.com/

Un article sur les positions d’allaitement https://www.lllfrance.org/vous-informer/fonds-documentaire/dossiers-de-l-allaitement/1815-da-79-positions-optimales-stimulant-l-expression-des-reflexes-facilitant-l-allaitement

Une vidéo qui parle de biological nurturing et la position dactylo entre autre https://www.youtube.com/watch?v=tvYwOxIoQYA

 

This entry was posted in Allaitement. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *