Relactation / tire-allaitement exclusif

Il est possible de se retrouver dans une situation où l’on doit lancer la lactation pour le bébé après la naissance car :

  • La naissance a été prématurée, le bébé nécessite des soins.
  • On est séparée de bébé.
  • Le bébé ne tète pas du tout / pas de réflexe de succion.
  • La succion est inefficace et le bébé prend très peu de poids ou pas de poids au sein.

Il est possible de se retrouver dans une situation où on doit faire une relactation :

  • Un bébé qui ne prend pas assez de poids
  • Un bébé qui a une succion inefficace
  • Un bébé qui grève
  • Une confusion
  • Une baisse de la lactation suite à un incident
  • Un sevrage qu’on regrette.
  • Un bébé allergique qui ne supporte aucune préparation commerciale pour nourrisson.

Si l’on souhaite booster sa lactation, soutenir la production pour bébé : dans ce cas on ne parle pas de 10 tirages puisqu’on ne cherche pas à remplacer toutes les tétées. Bébé tète déjà et parvient à obtenir du lait, on tire après les tétées 20mn minimum. Tirer après la tétée pour éviter que bébé soit frustré au sein plusieurs fois par jour, on peut également ajouter un ou deux tirages la nuit surtout si bébé ne se réveille pas pour téter.

Il existe aussi les différentes techniques de booster la lactation : http://lesptitesmainsdabord.fr/2018/02/je-narrive-pas-a-tirer-mon-lait-booster-sa-lactation/
Pour ce qui est de tirer dans le cadre de reprise du travail : http://lesptitesmainsdabord.fr/2016/06/201606reprendre-le-travail-en-allaitant/
Tirer son lait toutes les bases : http://mamanlune.com/index.php/2019/07/17/tirer-son-lait-toutes-les-bases/

Si l’on a jamais allaité, ni accouché : on parle de lactation induite, ce sujet n’est pas traité dans cet article.

Si en revanche le bébé tète mais ne prend pas du tout de poids ou en perd, dans ce cas il s’agit bien d’une relactation. Un bébé peut téter sans obtenir du lait au sein. 

matériel pour le tire-allaitement : ici.
les téterelles : ici
astuces pour le tire-allaitement : ici.
douleurs en tirant son lait : ici.
le dispositif d’aide à la lactation : ici.
tirer son lait toutes les bases : ici

 

Pour entreprendre ce projet de relactation/ lancer la lactation pour bébé, il faut :

  • du temps, de la persévérance, de l’organisation, un investissement quotidien et régulier, être sérieuse dans son projet.
  • Avoir des objectifs réalistes. Si le bébé n’a jamais été allaité et que la relactation prend place un mois ou deux mois après sa naissance, il est peu probable que ses besoins en lait puissent être couverts entièrement par la relactation, mais uniquement un pourcentage. Si on a déjà allaité, qu’on est dans les semaines post naissance, cela peut fonctionner
  • Dans le cas d’une relactation où l’on souhaite remettre bébé au sein : un professionnel de confiance (pédiatre, médecin généraliste, …) qui accepte de suivre le bébé et de le peser toutes les semaines afin de savoir quand il est possible de supprimer les compléments et de les remplacer par les tétées. La prise de poids, le comportement du bébé, la fréquence de ses tétées, la qualité de sa succion sont des indicateurs importants à prendre en compte. Il faut aussi trouver un professionnel compétent (sage femme, consultante IBCLC, doula) pour s’assurer de de la bonne position au sein.
  •  Il faut minimum 2 semaines de tirage avec minimum 10 tirages par 24h (soit environ toutes les 2 h jour et nuit) pour commencer à obtenir des quantités conséquentes puis il faut continuer ensuite à tirer. Avec 10 tirages en 24h, et 120 ml obtenus à chaque tirage, les besoins du bébé seront couverts. Un bébé allaité reçoit en moyenne (donc données à adapter, cela être plus ou moins, mais il vaut toujours mieux avoir plus que moins) 750ml en 24h, soit entre 60 et 120ml par tétée, en 10 tétées minimum. Les tirages la nuit sont très importants pour permettre d’obtenir une quantité de lait suffisante.
  • Une taille de téterelles inadaptée et/ou un tire-lait inefficace peuvent causer la fin d’un allaitement ou d’une relactation.
  • Du matériel de qualité et adapté : un bon tire-lait électrique double pompage : spectra s1 ou symphony de medela. Il est possible de les acheter en ligne et de ne pas avoir recours à la location. Si location insister pour avoir ces modèles et aucun autre, qui pourraient être moins efficaces. Il faut savoir aussi que le moteur d’un tire-lait peut fatiguer, d’où l’intérêt de se procurer son propre modèle neuf. (Pour exemple un spectra s1 neuf revient à 200 euros environ, sans téterelles). Des téterelles adaptées à la taille de ses mamelons. Il peut être judicieux d’avoir plusieurs tailles en fonction de du moment de la journée, de l’allaitement. Savoir qu’il faut changer les valves et vérifier le système d’étanchéité régulièrement, c’est à dire tous les mois. Une brassière pour maintenir les seins. (article : ici )
  • Réussir à tirer : pour réussir à tirer il y a plusieurs facteurs en cause, la qualité du matériel, la fréquence et régularité du tirage, mais aussi le mental, les hormones, la santé, l’alimentation. Essayer de se motiver sans dramatiser la situation peut aider. Penser à son bébé, le regarder, avoir un objet qui l’évoque, une photo. S’approprier son matériel aussi peut être utile, en donnant un surnom à son tire lait, en le décorant. On peut aussi essayer d’éviter de se focaliser sur les quantités tirées en début de relactation car cela peut être décourageant. Il est normal de tirer peu. Donc mettre une chaussette sur les biberons, de ne pas les regarder, d’écouter de la musique etc. Masser les seins, mettre du chaud favorise la montée de lait. Des massages, prendre soin de sa santé, bien boire, manger varié, des produits frais peut permettre à la mère de produire plus de lait. Il est crucial de tirer la nuit même s’il peut être difficile de se motiver. Il y a une fenêtre hormonale qui joue un rôle important dans le maintien de la lactation car les bébés sont sensés téter la nuit. (astuces : ici)
  • Tirer en la présence de bébé : cela relève d’une organisation spécifique. Idéalement il faut pouvoir s’appuyer sur un-e (ou plusieurs) coéquipier-e de relactation au moins pour le démarrage. Un coéquipier est une personne qui va prendre en charge au moins l’essentiel de l’intendance (courses, repas, ménage) afin que la mère puisse s’occuper du bébé, des tirages et pouvoir manger et dormir correctement. Cela permet aussi des tirages pendant les moments où le coéquipier berce, lave, s’occupe du bébé. Sinon définir les priorités, laisser le non essentiel de côté, lors des moments de cuisine cuisiner pour plusieurs repas et congeler. Tirer pendant que bébé dort, les moments calmes (ou de jeu pour les bébés plus grands) tout en restant près de lui, en lui parlant, chantant.
  • Efficacité du tirage : cela dépend de causes mécaniques telles que l’état du moteur du tire lait, valves, et taille des téterelles, la fréquence des tirages, mais aussi de causes biologiques : état de santé de la mère, contraception hormonale, médicaments, alcool.
  • Rythme et temps de tirage : on peut décider en fonction de ce que l’on trouve pratique, de notre besoin de visualiser, d’élaborer un planning avec des horaires/moments de tirage.
  • Des douleurs pendant ou en dehors du tirage ne sont pas normales : elles signifient qu’il y a un problème : taille de téterelles inadaptées, candidose, canal bouché, mastite. Changer de taille de téterelles, soigner l’infection/la candidose, drainer le sein avec des massages, de la chaleur. (des détails dans cet article : douleurs de tirage)
  • Comment tirer, conserver, transporter le lait : http://lesptitesmainsdabord.fr/2016/03/201603201603tirer-son-lait/
  • Comment nettoyer le tire lait : Entre les tirages on peut placer les téterelles dans un saladier avec couvercle/tupperware propre et le mettre au frigo pour éviter de tout devoir nettoyer. Avec les petits bébés jusqu’à 6 mois il faut idéalement stériliser le matériel une fois par jour en laisser bouillir.
  • Si le lait lipase, c’est à dire change de goût et d’odeur, il est possible de le faire chauffer à 60 degrés juste après le tirage. Le retirer du feu dès que le lait se met à frémir. Tester la complémentation en vitamine d, pour voir s’il s’agit d’une oxydation trop rapide.
  • Donner le lait autrement qu’au biberon mais avec un contenant qui permet le développement du visage, de la bouche et limite le risque de confusion : dispositif d’aide à la lactation (au sein, au doigt), biberon cuillère, soft cup, tasse simple. (article sur le dal ici , contenants )

  • Dans le cas d’une remise au sein souhaitée mais aussi en général : prendre en charge ce qui pose des difficultés au bébé pour téter ou téter assez souvent : l’absence de cododo, l’absence de portage, une tétine qui a supprimé des tétées, un biberon (ou autre contenant qui a causé une confusion), des tensions physiques avec un chiropracteur, des réflexes archaïques peu exprimés, des freins restrictifs, des allergies alimentaires ou respiratoires (tenir un journal des allergies, trouver un bon allergologue), des séparations trop fréquentes, une diversification trop précoce et des quantités d’aliments solides trop importantes qui ont causé une confusion.
  • La lune de miel dans le cas d’une remise au sein souhaitée : se consacrer uniquement à lui en plus des tirages, le porter, faire du cododo, prendre des bains avec lui, supprimer la tétine, les contenants qui peuvent causer une confusion, essayer de proposer le sein la nuit dans le demi-sommeil, en portage, favoriser l’utilisation d’un dal au sein : pour plus d’information et choisir un modèle un lien.
  • Chercher la cause de manque d’augmentation de la production : après deux ou trois semaines de tirage réguliers, si les quantités n’augmentent pas, on peut chercher du côté de causes biologiques et mécaniques : contraception hormonale, médicaments, carences, revoir le matériel, téterelles. En dernier ressort, envisager une hypoplasie mammaire (manque de lait primaire). Il est bon de savoir que plus la relactation a lieu longtemps après la naissance, plus elle sera laborieuse, d’où l’importance d’être réaliste.
  • les ustensiles pratiques :  la brassière de tirage, elle peut s’acheter telle que se fabriquer avec un vieux soutien-gorge, des vêtements. Le sac pour le transport du tire lait : il existe des marques américaines qui fabriquent des sacs somptueux pour faciliter le transport.

Sevrage du tirage

  • Sevrage du tirage pour remise au sein exclusive :  se faire accompagner par un professionnel pour des prises de poids fréquente afin de vérifier que le bébé obtient assez de lait au sein et faire vérifier l’efficacité de sa succion. On ne supprime pas de compléments sans vision globale et vigilance face à la prise de poids/ comportement du bébé. Garder le tire lait à disposition en cas d’engorgement, ou relance future. Etre attentive aux signes de bien-être du bébé, un nombre de tétées efficaces supérieur à 10.
  •  Sevrage du tirage définitif sans remise au sein : supprimer un tirage par quinzaine éviter un engorgement, une mastite. Lorsque le nombre de tirages a bien diminué, tirer sur l’horaire d’entre deux tirages, puis plus tard encore tirer uniquement lorsqu’on commence à se sentir inconfortable, que les seins s’engorgent. A la fin utiliser un tire lait manuel et des massages pour exprimer le surplus de lait, des feuilles de choux.

matériel de tirage : article ici

téterelles : article ici

astuces et problèmes de tirage: article ici.

dispositif d’aide à la lactation : article ici

 

 

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.