Régime d’éviction des protéines de lait de vache pendant l’allaitement

Pourquoi propose-t-on souvent une éviction des protéines de lait de vache à une mère qui allaite et qui rencontre des difficultés avec un bébé agité au sein, qui a des phases de pleurs intenses, un rgo, semble irritable ?

Une partie des protéines alimentaires ingérées par la mère se retrouve intacte dans la circulation sanguine et peut donc être présente dans le lait maternel. La muqueuse intestinale de bébé étant très fragile, les protéines de lait de vache (caséine) peuvent être irritantes et causer une inflammation de la muqueuse même sans déclencher de réaction allergique. Ainsi les protéines de lait de vache présentes dans le lait maternel peuvent être la cause ou l’une des causes des pleurs intenses, d’un rgo, de réactions cutanées, d’un ralentissement ou mauvaise prise de poids. A savoir que 40 à 50% des rgo douloureux sont liés à une allergie aux protéines de lait de vache selon plusieurs études.

Le lait maternel est et reste le seul aliment adapté à un système digestif et immunitaire en voie de développement, car sa composition permet la maturation de celui-ci et réduit les réactions inflammatoires. Pour veiller au bien-être de bébé, lorsque de tels symptômes sont rencontrés on peut envisager une éviction de protéines de lait de vache, en parallèle avec d’autres pistes.

Il existe d’autres allergies, et en cas de suspicion d’allergie alimentaire chez bébé, il est judicieux de tenir un journal alimentaire et de noter tous les aliments consommés et les réactions à postériori. Les autres allergies les plus communes sont : œuf (protéine animale), gluten (protéine du blé), fruits à coques / arachide (protéines végétales), poissons fruits de mer (protéines animales).

 

I Allergies immédiates, allergies retardées, intolérances

II Les protéines et la caséine

III Eviction des protéines de lait de vache : comment procéder ?

IV Comment survivre : vivre sans protéines de lait de vache

 

Une allergie alimentaire est un ensemble de réactions alimentaires anormales consécutives à une ingestion de protéine animale ou végétale. Il peut y avoir des allergies immédiates, retardées, ou mixtes.

Allergie immédiate – IgE médiée : le corps déclenche une réponse immunitaire immédiate avec une réaction forte des antigènes IgE qui intervient dans les instants qui suivent l’ingestion, le pronostic vital peut être engagé. Ces allergies sont généralement détectables par prise de sang et prick test. Symptômes : œdème de Quincke, boursouflements, difficultés respiratoires/asthme, choc anaphylactique, eczéma, irruptions cutanées, urticaire, reflux. Le passage au travers le lait maternel atténuerait les réactions du bébé, qui seraient bien plus violentes si l’aliment était donné directement.

Allergie retardée – non IgE médiée : ce seraient d’autres antigènes IgA, IgG4 qui déclencheraient une réaction immunitaire, moins violente et moins dangereuse pour la santé. Cette réaction arrive ‘à retardement’ suite l’ingestion de l’allergène donc il est parfois difficile de trouver l’aliment en cause. Ces allergies ne sont pas détectées par les tests allergiques car uniquement les antigènes IgE sont recherchés, et non les autres, qui seraient pourtant en cause ici. Uniquement l’éviction permet de déterminer si l’hypothèse d’une allergie est valable. Symptômes (généralement de 4h à 28h après ingestion mais parfois jusqu’à 72h) ; reflux, eczéma/ dermatite atopique/ problèmes cutanées, problèmes digestifs (diarrhées, constipation), vomissements, douleurs intestinales, réveils nocturnes très fréquents, pleurs intenses, infections de la sphère ORL récurrentes (rhinites, otites etc), fragilité immunitaire générale, irritabilité, fatigue, tension musculaire, faible prise de poids, migraines.

Intolérance, un autre nom pour une allergie retardée – non IgE médiée ? un manque d’enzymes nécessaires à la digestion d’un aliment spécifique. Le corps se retrouve à ne plus savoir comment se débarrasser de l’aliment et épuise ses forces en essayant de le casser en molécule

Galastosémie – La galactosémie classique est une maladie métabolique sévère à risque vital et à début néonatal. Elle se manifeste en général chez le nourrisson par des difficultés alimentaires, une léthargie et une atteinte hépatique sévère. C’est une maladie orpheline très rare. Le nourrisson est incapable de digérer le lactose de n’importe quel lait et l’allaitement maternel est arrêté progressivement dans les premières semaines de vie.

 

II Protéines et caséine

Marie Thirion dans ‘L’Allaitement’ explique que la caséine, la protéine du lait, est composée de molécules très complexes, assemblées d’une manière très précise, comme 20 lettres d’alphabet mises dans un ordre particulier. Chaque espèce de mammifère a une caséine qui contient les 20 lettres, 20 acides aminés, mais dans des proportions variables et avec des assemblages différents. Les laits d’espèces différentes ne sont donc pas échangeables.

Il faut au moins 100 jours pour que l’intestin soit une barrière anti allergique efficace pour un bébé né à terme car plus le bébé est petit, plus il est sensible aux protéines étrangères.

Pour le bébé humain, la caséine d’une autre espèce est une langue étrangère à déchiffrer, il lui manque des enzymes pour la digérer, casser les molécules, et est allergisante. Le corps du bébé l’identifie comme étrangère.

La beta lactoglobuline est une petite protéine qui passe facilement la barrière intestinale – et elle serait responsable de l’augmentation des allergies à cause du rapport caséine / protéines dans les laits premiers âge.

 

 

 

III Eviction des protéines de lait de vache : comment procéder ? 

Une éviction est la suppression de l’aliment suspecté comme allergisant pour le bébé. La mère le retire entièrement de son alimentation et des produits utilisés quotidiennement. Elle commence par une éviction stricte avec les allergènes croisés, et une fois les effets de l’éviction évidents ou non, uniquement sous surveillance médicale, elle peut tenter de réintroduire certains aliments moins risqués (les croisés).

La dose consommée n’a pas d’importance et il est nécessaire de supprimer complètement l’allergène en cas d’allergie.

L’allergie immédiate ou retardée aux protéines de lait de vache n’est pas une intolérance au lactose (sucre du lait), mais le lactose contient des traces de protéines et doit donc être supprimé dans un régime d’éviction strict.

Pour les protéines de lait de vache il faut minimum de 3 à 4 semaines pour qu’il n’y ait plus de traces de protéines dans le sang donc dans le lait de la mère allaitante.

Les tests d’allergies n’étant pas toujours fiables, l’éviction reste le meilleur moyen de s’assurer que ce n’est pas cela.

Cela demande de cuisiner soi-même et de décrypter les étiquettes des produits achetés pour trouver les plv cachés.

 

 

 

IV Comment survivre à une éviction?

Carence en calcium de source animale ?

Les lobbies du lait commandent régulièrement des études pour vanter les bienfaits du calcium sur la santé mais comme le révèlent un écart du canard enchaîné du mercredi 2 aout 2017, on peut se poser des questions !

  voici quelques sources végétales :

 

 

 

Recette du Crumesan :

250 ml de noix du brésil, amandes, graines de tournesol ou graines de chanvre.

½ gousse d’ail hâché

2ml (1/2 càc) de sel

15ml (1càs) de levure alimentaire

Moudre les noix au robot culinaire ou dans un moulin à café et ajouter le reste des ingrédients. Saupoudrer à la place du parmesan.

 

Bonne éviction !

 

Autres causes possibles de reflux à explorer en parallèle : frein de lèvre et langue serré, tensions physiques et blocages.

 

Sources et références

 

L’allaitement de Marie Thirion

 

Allergies alimentaires –  Nouveaux concepts, affections actuelles, perceptives thérapeutiques, El Sevier, Elsevier Masson

 

Intolérances alimentaires, sensibilités, allergies : Comprendre (et vivre avec) de Florence Arnaud

 

Sans lait ni soya – Régime d’éviction pour l’allaitement de Maman Mange Bien (nutritionniste) https://mamanmangebien.com/produit/sans-lait-ni-soya-regime-deviction-pour-lallaitement-ebook/

 

Etudes

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/j.1398-9995.2005.00705.x

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/j.1399-3038.2007.00561.x

http://www.worldallergy.org/professional/allergic_diseases_center/foodallergy/

 

RGO et allergie aux protéines de lait de vache

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3166669/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12415039

 

un blog

http://allergieetrgo.canalblog.com/archives/2014/02/08/29151481.html

 

sites de recettes

http://www.marmiton.org/pratique/sante-plaisir_l-allergie-aux-proteines-du-lait-de-vache_4.aspx

http://www.recette-sans-plv.com/

https://fauxmage.fr/

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *