Plagiocéphalie et autres déformations crâniennes

 

Le développement du crâne d’un bébé traverse une période cruciale entre la vie in utéro et les 2 ans de celui-ci environ.

A la naissance, les fontanelles, des tissus membraneux relativement sont présentes entre les différents os du crâne pour permettre au crâne de passer dans le canal vaginal, puis après celle-ci, permettre à la boîte crânienne d’augmenter de volume. Elles finissent par se solidifier et donc stabiliser la forme du crâne aux alentours des deux ans de l’enfant.  Une belle forme arrondie, symétrique est importante pour le développement physique et cérébral du bébé.

Au jour d’aujourd’hui, certains professionnels mal informés continuent de penser que la plagiocéphalie et les déformations crâniennes sont uniquement un souci d’esthétique et qu’elles se résorbent seules. C’est faux. Une déformation du crâne est le symptôme d’un dysfonctionnement global, et non prise en charge à temps celle-ci a des conséquences sur la qualité de vie. Plus le bébé est jeune, plus les effets de la prise en charge seront efficaces.

Cet article évoque des causes et remèdes, prises en charge possibles.

pour un groupe fb de soutien : “Nos bébés & plagiocéphalie…”

pour des témoignages de parents : un article ici
pour la chiropraxie : un article ici / pour les techniques sacro occipitales un article ici
pour les freins restrictifs : ici

Voici une forme de crâne ‘normal’

 

Qu’est-ce qu’une plagiocéphalie ?

Une plagiocéphalie est un aplatissement à l’arrière du crâne, ou sur un côté.

Le terme vient du grec, et signifie tête (céphalie) oblique (plagio). Il peut y avoir différents degrés.

plagiocéphalie à droite.

 

Il existe d’autres formes de déformation du crâne.

La brachycéphalie : La brachycéphalie est une malformation du crâne due à la soudure précoce de la suture coronale. Elle se traduit par une tête courte, large, aplatie en arrière. Il peut y avoir différents degrés.

brachycéphalie et plagio                                            brachycéphalie

 

La scaphocéphalie ou dolichocéphalie : c’est une malformation du crâne se caractérisant par une forme allongée d’avant en arrière. Il peut y avoir différents degrés. Cela requiert une intervention chirurgicale.

 

 

Pour résumer

 

 

La craniosténose qui est d’une des formes les plus sérieuses des déformations crâniennes  et requiert une intervention chirurgicale.

 

Importance de la prise en charge

Une déformation du crâne n’est pas une question d’esthétique ou d’apparence. Elle indique la présence de tensions, notamment méningées, avec une altération de la circulation du fluide cérébrospinal ce qui peut donner un vaste éventail de symptômes moteurs, sensitifs, sympatiques et parasympatiques.

C’est donc le signal d’une série de dysfonctionnements, qu’il faut prendre en charge le plus rapidement possible. Plus la plagiocéphalie ou déformation est prise en charge tôt, meilleurs sont les résultats.

 

Conséquences d’une non prise en charge

Une déformation du crâne peut causer une asymétrie du visage à vie  l’âge adulte, une déformation et/ou asymétrie de la mâchoire, le syndrome d’ATM, des troubles de l’audition et de la vision, un retard dans l’acquisition du langage, un risque plus important de scoliose, des otites, oreilles qui se drainent mal, des retards moteurs et neurologiques.

 

Causes

avant la naissance

Carence en vitamine D ou autre carence chez la mère

La position in utéro : lorsque le bébé est resté dans la même position tout au long de la grossesse, qu’il y avait un manque de place (utérus de petite taille, bicorne etc), bassin de la mère asymétrique, déséquilibre physique chez la mère, absence de mouvements pendant la grossesse, jumeaux ou plus) cela peut avoir des conséquences sur la forme du crâne qui est naturellement encore très souple pour permettre la naissance

Les circonstances de la naissance : les plaques crâniennes ne sont pas encore soudées lors de la naissance, leur mobilité permettant un passage. Si l’accouchement est très long, rapide, assistés d’outils telles que ventouse, forceps, cela peut laisser une marque sur le crâne et des tensions considérables.

 

 

Après la naissance

Torticolis ou manque de mobilité des cervicales : dans cette situation le bébé manque de mobilité, sa tête reste tournée toujours du même côté et cela influence la forme que va prendre le crâne (on retrouve souvent des déformations crâniennes dans le cas de bébé KISS, réflexes archaïques non intégrés)

Naissance prématurée : temps passé en couveuse allongé au lieu de dans les bras, porté.

Frein de langue, lèvre, joues restrictifs : un frein de langue restrictif exerce des tensions sur tout le corps via la chaine myofasciale, il est parfois associé avec une asymétrie, la déglutition étant sous optimale et la langue n’étant pas au contact avec le palais cela peut jouer sur la formation du crâne. Les autres freins restrictifs exercent également des tensions.

Un bébé qui est en permanence dans la même position, allongé sur le dos, qui n ‘est pas porté, pas allaité.

Un bébé qui n’est pas porté : le portage permet d’éviter que le bébé soit toujours dans la même position et le mouvement joue favorablement sur la formation du crâne.

Un bébé qui n’est pas allaité : les mouvements de déglution, le jeu de muscles en action lors de la téter aide le crâne à s’équilibrer.

Trop peu de temps passé sur le ventre : le temps sur le ventre permet de rééquilibrer les tensions et pressions sur le crâne, de muscler le cou

Un manque de mobilité du bassin : il peut être d’origine mécanique (articulations, muscles, os, dysplasie, autre pathologie), ou d’origine chimique (allergies, intoxication, carences nutritives…) , ce manque retentit sur la formation du crâne.

 

Ce qui n’aide pas

Eviter l’immobilisme

Eviter d’arrêter les activités physiques pendant la grossesse.

Eviter de laisser bébé sur le dos : cela ne favorise pas sa mobilité mais l’immobilisme.

Eviter de mettre bébé dans des transats ou cosy, le bébé reste également immobile.

Eviter l’usage de coussin anti tête plate ou accessoires du type, ils favorisent aussi l’immobilisme voire peuvent être dangereux (risque d’étouffement).

Eviter de forcer sur le corps du bébé

Eviter de maintenir le bébé debout ou assis avec des accessoires tant qu’il n’est pas capable de le faire lui-même (chaise, trotteur etc). Respecter son rythme physiologique.

 

 

Ce qui aide

Prendre soin de la santé de la mère, avant et pendant la grossesse,

  • Surveiller d’éventuelles carences
  • Maintenir des activités physiques ‘douces’ : marche à pied, exercices etc.
  • Faire un suivi en chiropraxie pour rééquilibre d’éventuelles asymétries, soulager les muscles et tendons, optimiser la place pour le bébé.

Favoriser le mouvement une fois que bébé est là

  • Le portage : garder bébé dans les bras, ou en portage physiologique (écharpe, porte bébé physiologique à partir de 6 mois) le plus possible. Ainsi le bébé va être en mouvement, et le balancement permet de rééquilibrer les tensions présentes dans le corps.
  • L’allaitement : être allaité favorise un développement physique optimale, et la manière de déglutir, comment la langue touche le palais.
  • Habituer le bébé à passer du temps sur le ventre à l’aide de jeux et accessoires, cela muscle le dos et le cou, permet au bébé de trouver un équilibre physique et de corriger lui-même d’éventuelles asymétries. Proposer des activités, des choses à regarder, pour stimuler les capacités motrices de l’enfant. article sur le tummy time : ici.
  • Pratiquer la position guppy pour aider à relâcher des tensions et aider le bébé à réaliser ses potentiels.

 

Rééquilibrer

  • Lorsque bébé est sur le dos, le faire dormir sur le côté non aplati.
  • Si bébé non allaité, changer de côté lors de la prise de biberon.
  • Faire un suivi très régulier chez un chiropracteur pour permettre de prendre en charge les dysfonctionnements physiques, tels que torticolis ou problème au niveau du bassin.

S’intéresser aux problèmes sous-jacents

Faire évaluer les freins de langue et lèvre, qui peuvent contribuer au torticolis et déséquilibre physique.

Se préoccuper de l’état du microbiote et des allergies qui jouent sur le bassin. (un article sur les allergies chez les bébés ici)

Écarter d’autres pathologies, problèmes fonctionnels du bassin.

Si un suivi rapproché en thérapie manuelle (chiropracteur de préférence) ne porte pas ses fruits il y a souvent un souci avec les hanches (dysplasie ou autre problème qui peut ne pas avoir été diagnostiqué).

 

Casques / orthèses

Lorsque la plagiocéphalie ou déformation crânienne n’évolue pas favorablement malgré un suivi hebdomadaire avec un chiropracteur, il est envisageable de faire porter un casque correctif, cela demande de voir des spécialistes et les casques sont bien souvent non remboursés. Ce sont des dépenses financières conséquentes et il existe plusieurs centres pour les casques, plusieurs types de casques. Les plus connus en France sont le docband aux alentour de 4000-4500 euros, les laguarrigues et les proteors au alentour de 1000-2000 euros.

 

Craniosténose

Dans le cas de suspicion de craniosténose, il faut consulter un neurochirurgien au plus vite. Une opération est réalisée entre 6 et 9 mois. Elle est impressionnante mais salvatrice pour les facultés cognitives et la qualité de vie.

 

Ne jamais oublier que la déformation vient de plusieurs facteurs et témoigne d’un dysfonctionnement global du corps, qu’il est nécessaire d’adresser.

Ne pas se décourager et insister jusqu’à trouver le professionnel compétent à l’écoute et une prise en charge adaptée, qui peut/doit être pluridisciplinaire.

 

Pourquoi consulter un chiropracteur ?

Grâce à leurs ajustements, ils permettent de retrouver un équilibre au corps, une colonne vertébrale qui a mobilité satisfaisante, une bonne circulation de l’information nerveuse qui permet de maintenir une relation entre le cerveau et tout le reste du corps.

Il n’est pas nécessaire d’avoir une recommandation du médecin pour consulter.

Les séances ne sont pas prises en charge par la sécurité sociale et très rarement par certaines mutuelles.

Cela requiert des séances de chiropraxie de préférence ou thérapie manuelle de manière intense pendant quelques mois. Selon la sévérité de la déformation cela peut être une à deux séances par semaine, puis lorsque les améliorations se sont stabilisées, on espace les séances et on surveille.

En France, nous ne sommes pas habitués à des suivis en thérapie manuelle aussi rapprochés. Cela semble conséquent, inutile.

Pourtant, dans de nombreux pays, c’est comme cela que les problèmes des jeunes bébés sont pris en charge et résolus.

C’est un investissement financier, qui peut éviter le port d’un casque (coûteux) et d’autres soucis de santé plus tard.

Le crâne d’un bébé est bien plus souple et malléable que celui d’un adulte.

Idéalement il faut que la déformation soit prise en charge avant les 4 mois du bébé et sinon avant deux ans, si la prise en charge est appropriée, et que les différents facteurs sont adressés, il est possible de ‘récupérer’ l’essentiel. Au-delà de deux ans il est beaucoup plus difficile d’obtenir des changements au niveau de la forme du crâne, une fois que la fontanelle s’est solidifiée, les mouvements, les plaques crâniennes se stabilisent presque définitivement, même si la thérapie manuelle reste utile. l

 

Le lien entre crâne et bassin et SOT (Sacro Occipital Technique)

Les technique chiropractiques Sacro-Occipitales (Sacro Occipital Technique en anglais) s’intéressent au lien existant entre le crâne, la colonne vertébrale et le bassin. Voici pourquoi.

Les os du crâne sont en déplacement constant. A chaque respiration et à chaque mouvement du corps.
Chaque mouvement est indispensable pour un fonctionnement optimal du cerveau.

Il y a 22 os. Deux os pariétaux, deux os temporaux, l’occiput, le sphénoïde, et lesos frontaux. Il existe une réciprocité entre le crâne et le bassin. Si la mobilité des os crâniens est perdue, cela a des conséquences sur le reste, et inversement.

Principe de réciprocité

Le Dr DeJarnette identifie les deux types de mouvements qui existent, l’un lié à la respiration et l’autre aux mouvements du corps et leur rôle sur la mâchoire. Il utilise les ISP (Integrated Sutural Protocols) pour traiter les problèmes crâniens.

Il existe des mécanisme réciproques. Quand quelque chose arrive à l’un des éléments cela se répercute sur l’autre. Voici les paires les plus importantes.

  • Occiput et sacrum (base du crâne et coccyx)
  • Ilium et os temporal du même côté (os du bassin et un os qui se trouve sur le côté du crâne)
  • Les os temporaux droit et gauche
  • Les os droit et gauche du bassin (ilia)

Le bassin et le crâne sont les deux extrémités de la colonne vertébrale, l’enveloppe de la moelle osseuse où se trouvent tous les nerfs ainsi que le fluide cérébrospinal, et un souci, peu importe à quelle extrémité se trouve-t-il, retentit sur l’autre extrémité, et influence sa mobilité ou l’absence de. Imaginez un ballon allongé gonflé d’air. Si vous appuyez sur une des deux extrémités, que se passe-t-il de l’autre ? Aucune partie du système est complètement indépendante. Ainsi des troubles au niveau du système digestif, intoxication médicamenteuse ou autre, des allergies, des infections bactériennes peuvent jouer sur la formation du cerveau.

La poulie

La relation entre l’occiput et le sacrum illustrée comme un système de poulie. Les deux sont connectés par la durée et se répondent de manière synchronisée quand ils fonctionnent normalement. Mais si ce n’est pas le cas les torsions sont transmises.
source des images : ‘Brain matter’ du Dr Ungen

 

Les torsions

(1)                                                   (2)                                         (3)

(1) Le sacrum, le pelvis, la dure-mère et toutes ses attachent forment le mécanisme respiratoire cranio sacré. Ce mécanisme est documenté comme bougeant de manière cyclique à l’intérieur du corps et selon des mouvements de flexion et extensions

(2) la réciprocité cranio-sacrée. La nature réciproque des mouvements des os de l’occiput et du sacrum est décrit dans l’histoire de la craniopathie. Une autre relation n’a pas obtenu autant d’attention. C’est le mouvement réciproque de l’ilium de la hanche alors qu’il s’associe à l’os temporal du crâne. Un ilium tourné vers l’arrière s’accompagne de  rotation interne de l’os temporal du même côté. Et si la rotation est vers l’avant, la rotation de l’os temporal sera externe. Il doit être noté que de la même manière que les torsions du pelvis se reflètent sur le crâne, les torsion du crâne se reflètent sur le pelvis.

(3) la subluxation de l’os temporel est associé avec un ilim posterieur (tourné vers l’arrière)

source des images : ‘Brain matter’ du Dr Ungen

 

Le CSF (Cerebro Spinal Fluid) / Fluide cérébrospinal

Le fluide cérébrospinal permet de maintenir le cerveau en bon état ainsi que le système nerveux en les nourrissant et détoxifiant, protégeant des infections extérieures, en régulant la température ?

Ce fluide a eu plusieurs noms ‘l’eau de la vie’, ‘le nectar de la vie’, ‘le fluide divin’, (larmes du Dieu du Ciel’, ‘les larmes du Christ’ Il est produit dans le cerveau à 500ml par jour. Il rafraichit 3 ou 4 fois le cerveau par jour.

Il aide à maintenir une bonne circulation du sang.

La distribution et le flux du fluide est sur le contrôle de Mécanisme respiratoire craniosacré (CSRM Craniosacral respiratory mechanism) aussi connu sous le nom de pompe craniosacrée. En résumé, le mouvement des os crâniens pompe le fluide à travers le cerveau et le font ressortir. Ce mécanisme suit un rythme de 6 à 8 pompage par minute et pousse le le flux à travers la colonne vertébrale. Une bonne circulation du flux est essentielle au cerveau et au système nerveux Des traumatismes crâniens peut intérargir.

 

La Dure-Mère
Sans la dura, le fluide cérébrospinal ne peut pas circuler. Elle est comme le cuir, fibreuse et pliable mais on ne peut pas changer sa forme. Elle est attachée sur la base du foramen magnum, les premières cervicales et va jusqu’au coccyx. Toute pression sur la dure-mère va retentir ailleurs.

 

 

Livre

Brain Matters – The Missing Link, Dr. Joseph Unger

 

Documents

  • Position de la Haute Autorité de Santé

« Considérant qu’il ressort de l’instruction des services de la HAS que depuis la mise en œuvre des recommandations de couchage sur le dos pour prévenir la mort subite du nourrisson, une augmentation de la fréquence d’asymétrie crânienne, également nommée plagiocéphalie, a été observée;

Considérant que la plagiocéphalie peut conduire à des complications mécaniques, sur le plan maxillo-facial ou cervico-brachial, voire cognitives »
https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2017-07/dir33/dc_2017_0086_droit_d_alerte_le_lien_plagiocephalie_cd_2017_06_28_vd.pdf

Recommendations du CHU de Dijon
https://www.chu-dijon.fr/fr/prevenir-plagiocephalie

la plagiocéphalie / tête plate, qu’est-ce que c’est avec le professeur Federico Di Rocco, neurochirurgien https://www.youtube.com/watch?v=Z1tApMr5AW4

plagiocéphalie, problème de santé publique avec intervention du professeur Federico Di Rocco, neurochirurgien https://www.youtube.com/watch?v=N98KoNPH6Ow / quoi faire ?  https://www.youtube.com/watch?v=tE5SnZamuXQ

vidéo avec intervention d’un docteur en chirurgie maxillo faciale, Arnaud Gleizal, sur les conséquences d’une plagiocéphalie non prise en charge https://www.youtube.com/watch?v=g8T4IKumi4M / ses propositions pour quoi faire https://www.youtube.com/watch?v=pKvyDCGtV4g

site de l’association de l’association plagiocéphalie info et soutien http://association-plagiocephalie-info-et-soutien.fr/association/

explications sur les casques https://www.youtube.com/watch?v=AbbIs4AHG0w

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.