Douleurs au sein

Lors des toutes premières tétées, la charge hormonale peut expliquer une sensibilité des mamelons, mais elle est différente d’une douleur.

Une douleur lors des tétées est le symptôme que quelque chose ne va pas.

La principale cause de douleurs est une prise du sein trop serrée du bébé. Essayer de l’installer en prise asymétrique, augmenter la fréquence des tétées et l’aider à recevoir plus de lait. Un bébé peut serrer uniquement parce qu’il lutte pour obtenir du lait.

Si le bébé n’ouvre pas assez la bouche, cela peut être parce qu’il n’est pas bien installé, a des freins restrictifs, a des tensions liées à sa position in utéro, sa naissance (ou d’autres sources de tensions comme des allergies). Cela peut évidemment être plusieurs facteurs qui se cumulent.

Des tensions physiques de la mère qui font qu’elle fait téter toujours dans la même position, son état de santé (carence, infection bactérienne, candidose, faiblesse immunitaire etc) peuvent également causer des douleurs.

On évite de donner une tétine, des biberons, d’utiliser des bouts de sein car la succion avec ces trois objets est différente de celle du sein : bébé va pincer avec ses gencives et mettre la langue en arrière. S’il fait la même chose au sein, cela va causer des douleurs

une   vidéo de prise du sein qui aborde différents sujets.

Causes de douleurs

  • 1) un engorgement peut rendre le sein particulièrement douloureux, dû à la tension exercée par le surplus de lait dans les canaux lactifères. Dans ce cas, faire téter le bébé plus souvent, l’aider à drainer le sein en la plaçant en prise asymétrique et en faisant de la compression du sein à la fin de la tétée. Les engorgements sont généralement causés par des tétées trop peu fréquentes ou un bébé qui ne draine pas correctement le sein. Si le bébé refuse de téter essayer :

FullSizeRender(8) FullSizeRender(9)

    • la technique de verre d’eau chaude (plonger le sein dans un verre d’eau tiède et laisser le lait couler) https://www.youtube.com/watch?v=OVDx85D5RsI
    • masser avec du chaud / sous la douche pour aider le lait à sortir.

     

 

  • 2) une irritation du sein, des crevasses : à cause d’une prise trop peu profonde le mamelon peut devenir douloureux. Le bébé ne prend pas assez de mamelon en bouche, et le mamelon frotte contre la partie dure du palais. Ou encore le bébé ne parvient pas à maintenir le sein en bouche et serre avec ses mâchoires, ses lèvres, ses dents et cela occasionne des plaies à d’autres endroits. Les freins restrictifs mais aussi des tensions crâniennes, au niveau des cervicales, de la mâchoire, de la colonne vertébrale, peuvent causer une prise du sein qui va blesser la mère. Voir un chiropracteur peut aider le bébé à ouvrir davantage la bouche, soulager des tensions au niveau de la langue. Un accouchement long, très rapide, l’utilisation de ventouse, forceps, la présence d’un tour de cordon ou deux etc sont des sources de tensions.

L’humidité accélère la cicatrisation mais elle favorise aussi la candidose et les infections. On évite les coupelles en argent, les coquillages, coquilles et tous les gadgets miraculeux.

On peut utiliser de l’huile de coco biologique en application sur le sein après qui est antifongique, antibactérienne et cicatrisante.
Et/ou de l’extrait de pépins de pamplemousse de bonne qualité (à base de citrus paradisi et bio) sur les mamelons après chaque tétée, dilué ou non en fonction de la sensibilité. C’est également un antibactérien.
Et / ou de l’argent colloïdal à pulvériser sur le mamelon après chaque tétée. C’est également un antibactérien puissant et efficace qui aide à la cicatrisation.
Pour la qualité et contre-indications des produits voir avec le médecin, sage-femme ou pharmacien.  

3) des crevasses qui ne guérissent pas : c’est souvent qu’une candidose et/ou infection bactérienne s’est installée.

4) candidose : c’est un champignon naturellement présent sur le corps mais qui peut se multiplier et causer des douleurs. La candidose apparaît comme une sensation de brûlure, pics, qui peut remonter dans le sein. Certaines mères parlent de sensation de ‘lave’. Le mamelon est rouge et irrité, sensible au frottement des vêtements. Il n’est pas nécessaire que bébé ait du muguet dans la bouche pour confirmer le diagnostic. Avoir une candidose signale une fragilité au niveau du système immunitaire, donc prendre soin de soi. Lorsque la candidose résiste aux traitements rigoureux (on traite la mère et le bébé avec un antifongique, le linge, les soutien-gorges, tout ce qui est mis à la bouche, les couches lavables aussi), on fait un prélèvement pour s’assurer que ce n’est pas une infection bactérienne (streptocoque, staphylocoque doré par exemple). Les traitements antibiotiques sont généralement compatibles avec l’allaitement. article complet ici.

En attendant le traitement, pour se soulager :
On peut utiliser de l’huile de coco biologique en application sur le sein après qui est antifongique, antibactérienne et cicatrisante.
Et/ou de l’extrait de pépins de pamplemousse de bonne qualité (à base de citrus paradisi et bio) sur les mamelons après chaque tétée, dilué ou non en fonction de la sensibilité. C’est également un antibactérien.
Et / ou de l’argent colloïdal à pulvériser sur le mamelon après chaque tétée. C’est également un antibactérien puissant et efficace qui aide à la cicatrisation.
Pour la qualité et contre-indications des produits voir avec le médecin, sage-femme ou pharmacien.

5) Eczéma : la peau peut réagir à un excès d’humidité ou un produit utilisé pour se doucher, faire la lessive, un tissu. Cesser d’utiliser l’allergène. article complet ici.

6) le vasospasme : lors de la tétée et juste après celle-ci les vaisseaux sanguins se contractent et peuvent causer des douleurs semblables à la candidose, ou différentes. Le téton change de couleur – il peut blanchir, jaunir, devenir violet ou bleu. la chaleur sèche et se complémenter en magnésium et calcium peut aider. article complet ici.

7) le syndrome de constriction mammaire : Les vaisseaux sanguins se contractent et il y a un manque d’afflux sanguins et d’oxygène. Cela cause de la douleur et la douleur va causer de la tension. La mère qui a mal va se tendre au niveau des épaules, serrer les dents. Cela va contracter les muscles de la poitrine, et de l’épaule et du cou, ce qui va comprimer les vaisseaux sanguins qui vont aux tétons et à la poitrine, et causant une douleur intense, comme un coup de couteau ou sourde. Cela peut être constant, gratter, être brûlant ou glaçant, une combinaison de sensations différentes.
Certaines mères parlent d’une douleur débilitante qui les contraint à s’allonger après la tétée, ou les pousse à vouloir arrêter l’allaitement. Ces symptômes sont souvent confondus avec une candidose. Nous appelons ça ‘mammary constriction syndrom’, un ensemble de symptôme tels que décrits au-dessus. Cela peut aussi faire changer de couleur et de forme les tétons comme avec le syndrome de Raynaud.
Pour le traiter on utilise une technique de massage qui est simple, masser les muscles pectoraux (pas le sein) avec vigueur pendant 46 à 60 secondes du côté affecté.
Masser 1) au-dessus des seins 2) entre les seins 3) sous le sein douloureux sur la cage thoracique 4) sur le côté du sein à côté. Une de ses zones va soulager la mère. Eviter les charges lourdes, voir un chiropracteur pour les tensions et s’étirer avant d’allaiter.

8) l’ampoule de lait : Un petit point blanc douloureux (mais pas toujours) situé au bout du mamelon qui signale un canal lactifère bouché. On peut varier les positions de tétée pour que le bébé finisse par percer l’ampoule, y mettre du gras pour la ramollir. Ou consulter pour la faire percer. Ensuite il faut s’assurer qu’il n’y a pas de canal à drainer. article complet : ici.

9) le canal lactifère bouché :
Du lait n’a pas été extrait du sein correctement, il stagne dans un canal lactifère et devient douloureux, et peut former une boule rouge ou une zone dure dans le sein. Il faut drainer le canal en multipliant les tétées, les positions. Le lait qui a stagné peut avoir la consistance d’une pâte de dentifrice. article complet : ici

10) la mastite :
La mère a mal et/ou a une masse dans le sein, rouge, dure et chaude. On se sent fiévreuse, vaseuse. Le bébé refuse le sein atteint. On l’appelle la grippe du sein. Elle peut être causée par une inflammation ou bien une infection (notamment si la mère a des crevasses, une candidose etc). Il faut drainer le sein en utilisant différentes techniques et se reposer. Si l’état ne s’améliore pas rapidement, consulter. Si la mastite est là depuis plusieurs jours il faut consulter. Il faut parfois un traitement en plus du drainage (vérifier avec le/les noms de médicaments sur www.lecrat.fr et www.e-lactancia.org la compatibilité avec l’allaitement). Si des crevasses ou candidose sont présentes lorsque la mastite se déclare il faut consulter immédiatement. Avoir une mastite n’est pas une contrindication à l’allaitement. Ce sont les tétées qui sont les plus efficaces pour guérir, et si le bébé refuse de téter, un tire-lait, un bambin, un adulte. article complet : ici.

La mastite inflammatoire arrive lorsque le sein n’a pas été suffisamment drainé et pas assez fréquemment et le surplus de lait retourne vers les alvéoles qui sont surchargées. Cela cause une réaction inflammatoire. Elle apparaît généralement rapidement et peut disparaître rapidement en 24h ou 48h si prise en charge correctement.
Une mastite infectieuse/bactérienne peut découler d’une mastite qui était d’abord inflammatoire et qui s’infecte, ou bien directement d’un canal lactifère bouché qui n’a pas été pris en charge auparavant, ou encore d’une infection (à levures ou champignons). Elle va souvent de pair avec une candidose qui était déjà présente.

11 ) abcès du sein :
C’est une mastite qui n’a pas été traité, et l’infection occasionne une poche de pus à l’intérieur du sein qui augmente et est extrêmement douloureuse.
Il nécessite souvent une intervention chirurgicale et de maintenir le drainage. Le docteur Newman dit qu’un abcès ne nécessite pas l’arrêt de l’allaitement. Le bébé avait déjà été mis en contact avec les bactéries et le priver de lait le prive d’anticorps, et le pus n’est que des cellules mortes que son système digestif est capable de détruire facilement. article complet : ici.

 

 

This entry was posted in Allaitement and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *