La tétée ou comment offrir le sein

On parle de prise du sein et non de mise au sein, car c’est le bébé qui prend le sein.
Mise au sein suppose un bébé passif et une relation déséquilibrée.

La mère propose et le bébé dispose.

Rappel : un bébé peut ne pas assez téter et se laisser mourir de faim. Il est préférable d’être vigilante aux 10/12 tétées par 24h minimum.

Allaiter est l’histoire d’une dyade et d’une relation entre deux personnes, la mère et le bébé. Pour que cela fonctionne il est nécessaire de prendre en compte les deux éléments de l’équation.

Une mise au sein forcée peut causer une aversion, donc des grèves et refus du sein. On appuie jamais sur la tête d’un bébé, on ne le force pas à téter, c’est à dire qu’on ne lui met pas le mamelon dans la bouche de force.

On le laisse s’en saisir. Le bébé est une personne qui puise dans ses souvenirs, ses réflexes et ses forces.

 

Le confort de la mère : comment fait-on pour être à l’aise ?

Le confort de la mère est crucial. Si la mère est tendue, stressée, inconfortable, qu’elle a mal au dos, cela va jouer sur sa posture, sa manière de s’installer et sur la manière dont elle va proposer le sein. Il faut donc prendre soin de soi, penser à s’installer confortablement, se trouver un endroit spécial, une chaise, des coussins, etc et une position dans laquelle on se sent à l’aise. Il n’y a pas de mal à ne pas allaiter assise. Allaiter allongée est aussi une position bien plus physiologique que la position dactylo. Ici un article sur la biological nurturing et là une vidéo qui montre comment faire et laisser le bébé faire appel à ses réflexes.

Un point sur les positions ‘naturelles’ et les positions enseignées https://www.youtube.com/watch?v=tvYwOxIoQYA&t=2s

Egalement voir un chiropracteur peut se révéler utile en cas de tensions/douleurs/difficultés à se sentir bien et pour récupérer de l’accouchement. La rééducation du périnée qui est un muscle fort important qui joue sur l’équilibre du bassin peut de même être profitable pour le bien-être physique de la mère.

 

Comment aide-t-on bébé à prendre le sein ?

Pour qu’un bébé prenne le sein, il est nécessaire de veiller à plusieurs choses :

  • Les contacts permanents : le bébé a un seul repère physique : Le corps de sa mère C’est son ancre dans ce monde tout nouveau, rempli de nouvelles sensations. Le contact physique avec sa mère, le portage va permettre au bébé de se sentir à la maison, en sécurité, protégé. C’est un lieu familier, des bruits et des odeurs qu’il reconnaît. Cela stimule ses réflexes. De même les glandes de montgomery secrètent un liquide qui a la même odeur que le liquide amniotique et pousse ainsi le bébé à téter. Les contacts permettent à la mère de sécréter de l’ocytocine, hormone du bien-être et de l’amour et de s’attacher à son bébé, de prendre confiance en ses capacités. Le peau à peau est l’arme fatale pour faire téter un bébé. Ainsi que le bain à deux dès que permis.

  • L’absence de séparation : par conséquent on comprend donc que la séparation va perturber le bébé, inhiber ses réflexes, le pousser à se mettre en veille. Il est important de garder le bébé près de soi autant que possible, y compris la nuit en s’installant en cododo sécuritaire.
  • La relation : en maintenant les contacts et en évitant les séparations, la dyade crée un lien d’attachement réciproque, une confiance. Le bébé construit de nouveaux repères et peut ainsi devenir compétent dans son propre allaitement. On parle parfois de faire une lune de miel et de se retrouver dans sa bulle.
  • Ne pas faire attendre : un bébé qui pleure a déjà trop faim, il ne sera pas patient, peu enclin à téter. Il faudra déjà réussir à l’apaiser. L’une des clés de la prise du sein réussie est de proposer le sein au bébé lorsqu’il va bien et est calme. La mère peut proposer le sein très souvent, le laisser à disposition, apprendre à guetter les signes qui indiquent que le bébé souhaite téter (petits bruits, grimaces, mouvements des membres), de la tête, regard. Rapprocher les tétées permet au bébé de ne pas se fatiguer et d’obtenir du lait facilement, et cela réduit les risques d’engorgement. Quand le sein est trop plein, engorgé, le bébé n’arrive pas à s’accrocher.
  • Encourager son bébé et le soutenir : en parlant et en lui exprimant son amour, en le offrant la possibilité de prendre le sein sans bloquer ses mouvements. Lui chanter.
  • Aider la montée de lait, faciliter le transfert : en massant le sein pour faire venir le lait, en installant le bébé au sein, en faisant de la compression.
  • Maintenir une bonne production lactée : plus la production est conséquente, plus le bébé sera motivé pour téter, plus elle baisse et plus il lui faut travailler, plus il risque de refuser le sein.
  • Dormir avec son bébé de manière sécuritaire : cela le stimule, le rassure, il sent l’odeur de sa mère. Cela synchronise la dyade. Un bébé peut téter en dormant : on appelle cela le dreamfeeding.
  • Les massages et le tummy time : cela permet au bébé de se détendre et de prendre conscience de son corps.
  • Stimulation du réflexe de succion: pour stimuler le réflexe de succion on peut également passer son doigt de la joue à la commissure de la bouche du côté droit du visage puis faire la même chose à gauche, puis appuyer sur la lèvre supérieure, puis appuyer sur le menton. Cela incite le bébé à ouvrir la bouche.
  • Stimulation du palais : avec son index on peut masser juste derrière la gencive de gauche à droite ou droite à gauche, pas en caressant car cela va déclencher un réflexe nauséeux, ni en appuyant trop fort. Cela déclenche des réflexes et permet au bébé de prendre conscience de sa bouche.
  • Masser les gencives : cela permet au bébé de prendre conscience de sa bouche et le motive à déplacer sa langue. On peut également consulter un orthophoniste formé.
  • S’occuper des (grosses) tensions : bébé immobilisé in utéro, accouchement très long ou rapide, utilisation d’instruments tels que forceps, ventouse, certaines manipulations pour sortir le bébé, césarienne qui occasionnent des traumatismes physiques. Cela perturbe le bébé au niveau de ses réflexes, de la représentation de son corps, de la représentation de l’extérieur, de ses sensations et bien sûr la douleur est un obstacle à la prise du sein. Lorsque l’on soupçonne des tensions et que le bébé semble en difficulté, consulter un chiropracteur permet de le soulager.
  • S’assurer que le bébé n’a pas mal à la gorge, ou est malade s’il refuse le sein.
  • des allergies alimentaires et du reflux peuvent causer des grèves, ainsi que des tensions physiques et freins restrictifs.

 

Les positions

              la madone classique avec un petit bébé

                             la biological nurturing

         

en madone avec un bébé plus grand                           à califourchon

 

         allongée                                                                        en ballon de rugby

debout

 

Les différentes techniques de prise du sein

  • prise asymétrique : un article complet ici.

  • Prise en tacos : elle permet de faciliter la prise du sein pour un bébé qui glisse, a du mal à s’accrocher.

  • Prise dancer : particulièrement adaptée aux bébés qui ont d’importantes difficultés, par exemple dans le cadre d’une fente labiale.

(image extraite du livre de Nancy Mohrbacher, Breastfeeding Made Simple)

Idéalement, le bébé doit avoir le ventre collé à celui de sa maman si madone, ou allongée, cela lui permet d’avoir le menton enfoncé dans le sein, le nez décollé, ce qu’on appelle la prise asymétrique.

Il est important de garder sa tête dans l’axe de sa colonne vertébrale et pas la tête tournée sur le côté par exemple.

Il devrait aussi avoir les lèvres retroussées et la mâchoire grande ouverte.

 

Comment fait-on dans des contextes particuliers ?

  • Freins / tensions physiques : un article ici qui reprend les compensations. En plus des techniques vues précedement, voir un chiropracteur. Il faut parfois envisager une frénotomie pour que la langue gagne en mobilité.
  • Mamelons plats / invaginés / ombiliqués : la prise du sein peut demander un peu plus de patience, mais avec la technique du tacos et les principes au-dessus, un bébé parvient à prendre le sein et téter. Il est parfois conseiller aux mère d’utiliser une niplette, seringue inversée ou un tire-lait pour faire ressortir les seins avant la tétée, parfois même de s’entraîner avant l’accouchement. Il est important de ne pas se fixer là-dessus et d’avoir confiance en son propre corps. Les quelques cas où les mamelons ne ressortent pas avec la succion sont rares.
  • Fente labiale/palatine : un document ici http://dr-leca.fr/chirurgie-plastique-enfant/fentes-labio-palatines/livret-allaitement-lyon.pdf?fbclid=IwAR1HbqxVAT8UrOrgqLPaToXv4I7DG5EVg_vu2IP0NI-78TXvafLlljUjpSU

En plus des principes énoncés ci-dessous : la prise en tacos toujours, rapprocher les tétées pour que le bébé obtienne plus de lait facilement, voir un chiropracteur pour la mère et le bébé, il est possible de tirer entre les tétées pour que le bébé obtienne plus de lait plus facilement.

 

Ce qui n’aide pas

  • Les bouts de sein : si on part du principe que téter est une question d’odeur, de repères, de millimètres, de corps à corps, on comprend bien que les bouts de sein sont un obstacle. Ils bloquent l’odeur des mamelons, rajoutent une couche supplémentaire sur le sein, poussent le bébé à téter d’une manière différente en pinçant. La mère n’apprenne pas les différentes techniques pour faciliter la prise du sein du bébé (tacos, portage) et n’identifie pas les éventuelles entraves ni cherche à y remédier (tensions, freins). Le bébé s’habitue aux bouts de sein, qui sont plus rigides que le sein et il a ensuite besoin de cette sensation pour prendre le sein. Il va refuser de téter sans. De plus ils réduisent la qualité de la stimulation et font baisser la production à petit feu ou rapidement et augmentent le risque d’infection (candidose, infection bactérienne)
  • La tétine : elle modifie la manière dont le bébé place sa langue dans sa bouche. Avec une tétine le bébé pince avec ses gencives et sa langue se met en arrière alors qu’au sein la mâchoire doit être grande ouverte et la langue vient sceller le sein au palais en montant et en se plaçant à l’avant de la bouche. Cela modifie donc les réflexes du bébé, qui trompé se met à reproduire la même chose au sein et à refuser des tétées, moins réclamer.
  • Le biberon : il pose les mêmes problèmes que la tétine, et en plus de cela le débit étant plus rapide, le bébé s’habitue à fournir moins d’efforts et à obtenir du lait facilement. Il peut donc se détourner du sein définitivement.

un point sur la confusion : ici.

 

Ce qu’il se passe pendant la tétée : une belle vidéo d’une minute (chercher allaitement la succion de karine lafargue)

https://youtu.be/WJATQJXyMsk

 

Quatre vidéos pour voir si un bébé tète efficacement https://www.lllfrance.org/1253-quatre-videos-reconnaitre-assez-lait

 

 

 

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.